Andreas Ruhlmann

PREMIUM CLIENT MANAGER À IG BANK

Andreas Ruhlmann, diplômé de la John Molson School of Business à Montréal et détenteur du CAIA (Chartered Alternative Investment Analyst), a évolué plus de 10 ans au cœur des salles de marchés de Saxo Bank et de la Banque Nationale du Canada. Il rejoint IG Bank en février 2014 afin de mettre son expérience au profit des clients Premium de la banque.

Spécialiste du marché des devises, des actions et en analyse technique, Andreas développe également de nombreuses formations sur les stratégies de trading, l’analyse graphique, la gestion de risque et la psychologie du trader. Découvrez les formations sur ig.com

Les opinions exprimés dans ce Blog sont celles de Andreas Ruhlmann et non de son employeur.

Credit Suisse – une valeur intéressante sur le long terme

Credit Suisse a annoncé un bénéfice net de 170 millions de francs suisses, comparé à 1,05 milliard pour le même trimestre l'année passée. Néanmoins, les résultats sont meilleurs que ce qu'envisageait le consensus des analystes qui s'attendaient à ce que les pertes sur l'année s'amplifient.

Les points positifs:

Les coûts étaient inférieurs de 8 % à ce que prévoyait le consensus. La banque est en bonne voie pour atteindre son objectif de réduction des coûts fixé à 1,7 milliard de francs suisses pour l'année 2016. L'une des priorités de Thiam est de faire de Credit Suisse une banque plus efficiente. On assiste enfin aux premiers signes positifs: sa stratégie porte ses fruits.

La gestion de fortune, l'autre priorité du CEO, a également permis de continuer à attirer des fonds avec une entrée nette d'actifs supérieure à 5,4 milliards de francs, malgré le défi géopolitique en Europe. Ceci est clairement dû en grande partie à la forte présence internationale, notamment en Asie, du groupe.

Les points à surveiller:

Comme les autres banques d'investissement qui ont publié leurs résultats, la banque d'investissement de Credit Suisse a profité d'un volume important les jours qui ont suivi le vote du Brexit. La partie banque d’investissement a donc surperformé, mais cela provient d’un évènement exceptionnel. Il aurait été préférable de voir une progression de la section gestion de fortune qui, à l’inverse, a enregistré un ralentissement des bénéfices par rapport à l'année passée.

Faut-il acheter le titre?

Le contexte continuera d'apporter son lot de défis. L'épisode du Brexit aura un impact sans précédent sur la scène politique, et pas seulement en Europe, mais aussi aux Etats-Unis par exemple, où Donald Trump a de réelles chances de l’emporter. Cela risque de saper la confiance des investisseurs et en particulier de la clientèle des banques privées. Les taux d'intérêt resteront globalement bas. La Fed a une fois de plus décidé de retarder la hausse de taux, la Banque d'Angleterre va certainement les baisser, et la BCE, la Banque du Japon et la BNS resteront accommodantes en raison de la pression déflationniste mondiale. La deuxième banque suisse a également d'importantes opérations à la City de Londres, dont l'issue reste pour l'heure incertaine. Sa période de « reconstruction » arrive donc au pire moment.

Cela dit, Credit Suisse est un titre très mal aimé avec un niveau de position short record et en chute de plus de 45% depuis le début de l’année comparé au SMI en baisse de 8%. À 50% de sa valeur comptable, l'action semble peu cher pour une banque majeure avec une présence globale et une forte croissance en Asie. A ce prix, Credit Suisse pourrait attiser l’intérêt de plusieurs banques désirant s’entendre géographiquement. Pour ceux qui voient au-delà de la situation actuelle et de la volatilité certaine sur le titre à court-moyen terme, Credit Suisse offre une valeur intéressante sur le long terme.

 

Veuillez noter que les informations présentes dans cet article ne constituent pas une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."