Borboen Cedric

- SOUS-DIRECTEUR GÉRANT DE PATRIMOINE CHEZ LOMBARD ODIER & CIE SA - FONDATEUR & PRÉSIDENT DU FORUM ECONOMIQUE DU NORD VAUDOIS - FONDATEUR DE NETWORKING ON THE GREEN®

Cédric voit le jour le 3 février 1974. Il est le fier papa de Nathan (2007) et Jordane (2012), il vit à Nyon avec sa compagne Monica. Une carrière professionnelle riche et évolutive qui se complète par une activité sportive, dans le hockey sur glace notamment et surtout dans le golf qu’il pratique depuis plus de 25 ans et où il affiche un handicap de 11.Cédric aime observer les avions et la vie dans un aéroport ainsi que danser le tango argentin.

Il occupe avec la fonction de sous-directeur gérant de patrimoine au sein du département de gestion de fortune de La Banque Privée Lombard Odier & Cie SA avec notamment la responsabilité de développer les solutions de gestion patrimoniale et de prévoyance professionnelle en Suisse Romande.

Cédric Borboën est un spécialiste des questions de prévoyance et de fiscalité auxquelles il se dédie depuis plus de quatorze ans. Il a passé une grande partie de sa carrière au sein du courtier en assurances Gonthier & Schneeberger. Il y a assuré notamment la gestion de portefeuilles de prévoyance professionnelle lui permettant d’être en relation constante avec nombre de fondations de prévoyance, d’assurés ainsi que de dirigeants d’entreprises en Suisse romande.

Cédric a fondé en 2005 le Forum Economique du Nord Vaudois qui réunit chaque année l'espace d'une journée plus de 550 décideurs et leaders économiques de Romandie.

Ceux qui connaissent Cédric disent qu’il est :

Rassembleur d’individus partageant des intérêts communs.

Un regard sur le monde exceptionnellement soucieux de découvrir des ambitions novatrices.

Autodidacte confirmé et friand de projets à grande échelle.

Humainement passionné par la rencontre de compétences qu’il valorise en créant des équipes autonomes.

Accessible et chercheur d’originalité, ouvert à la rencontre de l’inattendu.

Méticuleux et curieux de nature, perfectionniste de processus efficaces.

Sa devise:«L’impossible est impossible pour ceux qui le pensent, mais devient possible pour ceux qui le croient possible» Cédric Borboën

L’intégralité de sa biographie est disponible sur www.cedric-borboen.com

cedric@borboen.com

+41 79 590 96 49

Concubinage, une vraie jungle !

Le terme de concubinage désigne la situation d'un couple formé de deux personnes adultes qui vivent ensemble de façon durable et notoire sans avoir officiellement célébré leur union.

L’existence d'une communauté de vie durable entre deux adultes vivant maritalement sera qualifiée de concubinage et générera les effets juridiques correspondant à cette situation, parfois même à l'insu des intéressés. Ils forment, en fait, une société simple au sens des articles 530 CC et suivants.

Dans notre système de prévoyance, la notion de concubinage n’est pas vraiment déterminée de manière définitive et même uniforme auprès de chaque institution. En matière de prévoyance, on ne parle de concubinage qu’en cas de décès et s’il est reconnu celui-ci donne les mêmes droits qu’à une personne mariée.

L’AVS ainsi que la LAA ne reconnaissent pas le concubinage. Par contre, certaines compagnies d’assurances proposent une reconnaissance du concubinage pour les prestations décès de la LAAC (Loi sur l’Assurance Accident complémentaire) et certaines institutions de prévoyance le prévoient aussi pour le 2ème pilier.

Petit tour d’horizon du concubinage en LPP et en LAAC

Le traitement du concubinage peut être très différent selon la situation de chacun et les nombreuses et diverses solutions d’assurances que le marché offre. La définition usuelle est la suivante :

Il y a concubinage lorsque les personnes forment une communauté de vie semblable au mariage et vivent en ménage commun sans interruption pendant les 5 années qui précédent immédiatement le décès, ou qui font ménage commun et ont au moins un enfant commun à charge :

- Les 2 concubins ne sont ni mariés, ni apparentés (au sens de l’art 95 du CC).

- Les 2 concubins ne sont pas enregistrés au sens de la LPart (Loi sur le partenariat).

Par contre que penser d’une jurisprudence récente qui précise la chose suivante :

On ne saurait exiger une communauté de vie permanente en un domicile fixe. Une telle manière de voir ne tiendrait pas compte de l’évolution de la société. Il arrive souvent que des personnes, pour des motifs professionnels, de santé ou autres, ne puissent pas toujours cohabiter de manière permanente dans une communauté domestique unie.

L’annonce de la situation de concubinage à la caisse de pension est plutôt conseillée, pour autant que l’assuré désire que les prestations en cas de décès soient versées en priorité au concubin.

Il faut toutefois en priorité contrôler auprès de l’institution de prévoyance ainsi qu’auprès de l’assureur LAAC que la notion de concubinage est bien reconnue.

Ces quelques considérations montrent une grande diversité des situations et comme tout est évolutif, ces points devraient être analysés très régulièrement.

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."