Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

CINÉMA/Brigitte Bardot, un mythe octogénaire

C'est encore un mythe, bien sûr. Mais la légende apparaît bien écornée. Le visage a vieilli. Le corps s'est alourdi. Il s'agit d'un choix. Brigitte Bardot, qui fêtera ses 80 ans le 28 septembre, a laissé faire la nature. Elle s'est refusée à tout accommodement avec le temps. Ce qui entache son image se situe cependant ailleurs. Devenue défenderesse des animaux, l'actrice a opéré depuis deux décennies des choix politiques auxquels il semble difficile de souscrire. D'où une fâcheuse impression de reniement. Comment celle qui incarnait l'émancipation féminine et la liberté sexuelle a-t-elle pu se fourrer dans la plus rancie des droites françaises? 

Rien ne prédisposait Brigitte Bardot à devenir l'unique star européenne de taille mondiale n'ayant jamais passé par Hollywood. Famille riche. Ultra-bourgeoise. Une mère un peu fantaisiste, cependant. Cette Parisienne accomplie connaît des artistes et des journalistes. En 1950, à 16 ans, Brigitte a déjà posé pour Marie Laurencin et fait la "une" des magazines féminins avec des créations pour jeunes filles. Elle ne sera du coup pas danseuse, comme prévu, mais comédienne.

L'effet Vadim 

Un mariage précoce, en 1952, lui donne le coup d'accélérateur. L'époux a fait de son prénom russe un patronyme. Il s'agit de Roger Vadim. L'ex-enfant de Saint-Germain-des-Prés a séduit la demoiselle des beaux quartiers. Il a pour lui les mirages du cinéma. L'homme reste pour l'instant assistant, mais ce publicitaire génial connaît beaucoup de monde. La preuve! Leurs noces font l'objet d'un sujet illustré dans "Paris-Match". Un premier rôle suit, aux côtés de Bourvil. C'est "Le trou normand". Un navet, mais peu importe. Encore brune, Brigitte n'arrête pas de tourner jusqu'en 1956, grimpant peu à peu sur l'affiche. C'est une demi vedette que l'on rencontre aussi bien à Paris qu'à Rome ou à Londres. 

On connaît la suite. En 1956 survient l'explosion d'"Et Dieu créa la femme", en Cinémascope couleurs. Le film de Vadim n'en finit pas d'avoir des ennuis de censure. Excellent! D'autant plus qu'il s'agit d'une réussite, avec tout ce qui semble alors à la mode dedans. Brigitte apparaît comme l'anti Martine Carol, qui triomphait jusque là sur les écrans de l'Hexagone. Pas de haute couture, mais des jeans. Du soleil à la place des lumières artificielles du soir. Une jeunesse avide remplace la maturité de l'expérience. BB devient l'équivalent cinématographique de Françoise Sagan, lancée par Julliard en 1954. Le côté cigale en moins. Brigitte a beau incarner l'insouciance, elle gardera longtemps l’œil rivé sur son compte en banque.

Peu intéressée par sa carrière 

Arrivée d'un coup au sommet, BB aurait tout pu se permettre. Se montrer plus exigeante sur les scripts et les metteurs en scène, par exemple. Un seul problème. Sa carrière l'intéresse peu. Elle avouera ans ses mémoires s'être ennuyée sur les plateaux. Alors, elle choisit au coup de cœur des sujets faciles et des réalisateurs médiocres. Rien chez elle de l'ambition dévorante d'une Jeanne Moreau, dont la cote monte très fort à partir de 1958. Ce qui l'intéresse, au fond, c'est de vivre. Et pour l'instant, les photographes rendent ce souhait bien difficile. Impossible pour Brigitte de sortir dans la rue sans que cela soit l'émeute. 

Il y aura bien quelques cinéastes pour faire d'elle une comédienne délurée. Citons Michel Boisrond ou Michel Deville. Il se trouvera aussi un Clouzot, puis un Godard et un Louis Malle pour en tirer des accents imprévus. Mais comment justifier des choses comme "Si Don Juan était une femme", "Les novices", "Les pétroleuses" ou "Colinot trousse-chemise"? L'intéressée réalise qu'elle se fourvoie. C'est pour payer ses impôts, dit-elle. Une idée pas tout à fait inexacte. Une année, BB a rapporté autant de droits d'exportation pour la France que la Régie Renault. En 1974,la superstar jette pourtant l'éponge. Plus jamais. Et elle tiendra parole.

La défenderesse des animaux 

Commence alors, pour celle qui a fait gloser Marguerite Duras ou Simone de Beauvoir, une seconde vie, tout aussi chaotique. L'ancienne vedette se fera avec courage l'amie des animaux. Leur condition la tarabustait depuis longtemps. Ce sera dorénavant son travail à plein temps. Elle lancera des coups de gueule. Parfois justes. Parfois excessifs. Elle créera une une fondation très active. Le tout sur fond de dépressions, de dérive sentimentale et de virage politique. Sagan a su trahir sa classe sociale jusqu'au bout. Brigitte sera revenue aux valeurs d'une France frileuse, xénophobe et bien-pensante. Elle qui avait chanté "Je t'aime, moi non plus" avec Serge Gainsbourg! C'est ainsi qu'elle en arrive à 80 ans, avec un bilan mitigé, mais des fans fidèles. L'exposition (réussie) que lui a consacré le Musée des Années 30 à Boulogne-Billancourt en 2010 a attiré près de 100.000 visiteurs. 

Que dire pour terminer? On peut opérer le parallèle entre Madame Bernard d'Ormale (son quatrième mari, épousé en 1992) et Sophia Loren, qui a célébré ses 80 ans le 20 septembre. L'Italienne sera demeurée elle-même, et pas uniquement à coups de bistouri. Ses propos, peu politiques, restent identiques. Son tempérament napolitain demeure intact. Son allure aussi. Il suffit de la voir déambuler à Genève, où elle vit depuis des décennies à temps partiel. Et avec elle, il y a tout de même une vraie filmographie!

Photo (Sam Levin/Ministère français de la Culture): Brigitte dans ses belles années, quand elle posait beaucoup pour les photographes.

Prochaine chronique le vendredi 26 septembre. Rencontre avec Simon Studer, courtier et conseiller pour collectionneurs installé au Port Franc de Genève. Il ajoute à son cabinet un lieu d'exposition publique dès le 30 septembre.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."