Chantal De Senger

JOURNALISTE

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève (IHEID) en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l'Université de Genève. Après avoir hésité à travailler dans une organisation internationale, elle décide de débuter sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Depuis 2010, Chantal est journaliste pour le magazine Bilan. Elle contribue aux grands dossiers de couverture, réalise avec passion des portraits d'entrepreneurs, met en avant les PME et les startups de la région romande. En grande amatrice de vin et de gastronomie, elle a lancé le supplément Au fil du goût, encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal est depuis 2019 rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan et responsable du hors série national Luxe by Bilan et Luxe by Finanz und Wirtschaft.

Une lueur au milieu de l’orage

Une lueur au milieu de l’orage

Reprendre la direction du hors-série « Bilan » et « Finanz und Wirtschaft Luxe » est un véritable challenge en cette période de crise et de changements sociétaux. Le monde a ainsi connu, cette dernière année, l’urgence climatique, une réalité qui a entraîné un bouleversement des habitudes de consommation des citoyens. Ces derniers consomment plus éthique, local et sans plastique. Ils voyagent moins pour polluer moins. Les entreprises de tous les secteurs ont dû s’adapter en proposant des produits plus écologiques, en renforçant leur responsabilité sociale et en s’intéressant à l’économie circulaire. Il s’agit bien évidemment d’une bonne nouvelle pour la planète et les citoyens. En effet, cette crise a remis les compteurs à zéro, et ce n’est pas plus mal. Mais après ce changement de paradigme, il y a eu la crise politique à Hongkong qui a touché de plein fouet le secteur du luxe. Et puis, bien évidemment, l’arrivée de l’épidémie du coronavirus qui a frappé toute l’économie. Les salons horlogers ont été annulés, les ventes ont drastiquement baissé, le chiffre d’affaires des marques a dégringolé. Certaines entreprises ont déjà fermé alors que d’autres ont placé leurs collaborateurs au chômage technique. Les experts du secteur pronostiquent la pire année depuis longtemps, au niveau des chiffres, pour de nombreuses industries, parmi lesquelles le luxe.

Attendre que l’orage passe

Comment parler alors de plaisirs en pleine période d’angoisse, de paranoïa et de stress ? Comment évoquer le luxe dans un monde qui prône la sobriété ? Eh bien ! justement, ne serait-il peut-être pas temps de prendre un peu de recul pour profiter des bons moments ? Il faut bien évidemment attendre que l’orage du coronavirus passe avant de se programmer un bon restaurant, une belle expo d’art, un séjour dépaysant au Grœnland ou encore une escapade le temps d’un week-end dans une ville européenne.

Ne vous culpabilisez surtout pas d’apprécier les belles choses. Profitez des rares instants durant lesquels vous n’avez pas d’obligations sans avoir de remords. Et si vous décidiez quand même de suivre la tendance qui se profile sous le signe de l’austérité, prenez le temps au moins de lire votre magazine préféré. Seul, au chaud chez vous, sans virus aux alentours. Bonne lecture !

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."