Chantal De Senger

JOURNALISTE

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève (IHEID) en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l'Université de Genève. Après avoir hésité à travailler dans une organisation internationale, elle décide de débuter sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Depuis 2010, Chantal est journaliste pour le magazine Bilan. Elle contribue aux grands dossiers de couverture, réalise avec passion des portraits d'entrepreneurs, met en avant les PME et les startups de la région romande. En grande amatrice de vin et de gastronomie, elle a lancé le supplément Au fil du goût, encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal est depuis 2019 rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan et responsable du hors série national Luxe by Bilan et Luxe by Finanz und Wirtschaft.

Russie: la Suisse cède-t-elle trop aux pressions américaines?

Embargo Voilà bientôt deux ans que les Américains et l’Union européenne ont décrété un embargo économique à l’encontre de la Russie suite à la crise ukrainienne.

Leur but? Asphyxier le pays, comme ils l’ont fait pendant plus de dix ans avec l’Iran et pendant des dizaines d’années avec Cuba.

Ne faisant pas partie de l’Union européenne et les blocus n’ayant pas été décrétés par l’ONU, la Suisse n’est pas soumise aux décisions unilatérales de Washington et de Bruxelles. Cependant, par crainte de sanctions qui pourraient potentiellement aller jusqu’à l’interdiction de l’accès au dollar, principale monnaie d’échange au niveau international, les banques et les entreprises helvétiques ont fortement limité le commerce avec la patrie de Poutine.

Pourtant, en 2014, la Suisse et la Russie ont fêté le bicentenaire de leurs relations diplomatiques. «La Russie compte parmi les pays prioritaires de la politique étrangère suisse», dixit le Département fédéral des affaires étrangères. Notamment depuis la signature d’un protocole d’entente en 2007 qui entend renforcer leurs relations au niveau politique et économique.

En effet, la Russie représente pour les entreprises suisses un immense marché au potentiel considérable. Faut-il, dès lors, céder aux pressions des Etats-Unis, connaissant les risques de représailles, appliquées souvent de manière rétroactive et disproportionnée? En réalité, on rêverait juste que la Suisse n’abdique pas encore une fois face à l’Oncle Sam!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."