Chantal De Senger

JOURNALISTE

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève (IHEID) en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l'Université de Genève. Après avoir hésité à travailler dans une organisation internationale, elle décide de débuter sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Depuis 2010, Chantal est journaliste pour le magazine Bilan. Elle contribue aux grands dossiers de couverture, réalise avec passion des portraits d'entrepreneurs, met en avant les PME et les startups de la région romande. En grande amatrice de vin et de gastronomie, elle a lancé le supplément Au fil du goût, encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal est depuis 2019 rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan et responsable du hors série national Luxe by Bilan et Luxe by Finanz und Wirtschaft.

Oui à l’égalité, pas au clonage

Oui à l’égalité, pas au clonage

Viola Amherd est la première femme en Suisse à diriger l’armée et c’est une bonne nouvelle. La Haut-Valaisanne a ainsi près de 160 000 hommes et un peu plus de 1000 femmes sous ses ordres. Mais l’un de ses objectifs est d’augmenter le taux de 0,7% de femmes, soit le plus bas d’Europe, qu’elle trouve préoccupant. Tout comme la Société suisse des officiers (SSO) qui a lancé un programme d’encouragement sérieux du nombre de femmes dans l’armée. On parle ici «d’égalité des chances» dans la formation militaire. 

Cependant, avoir plus de soldates au sein de l’armée suisse est-il vraiment souhaitable? La question de l’égalité est à mon sens mal utilisée ici. Evidemment que la parité aux niveaux des droits, des obligations, des salaires et autres traitements humains est une évidence et qu’il faut l’encourager. Mais égalité ne doit pas dire clonage. Car malgré ce que la doxa populaire souhaite, soit une égalité totale entre hommes et femmes, certaines tâches sont, à mon avis, davantage destinées à un sexe plutôt qu’à un autre. Les armes, la violence et les guerres restent une histoire d’hommes. Les femmes seraient bien plus utiles dans d’autres secteurs comme la recherche scientifique ou l’informatique, où il faudrait les promouvoir. Bien évidemment, celles qui souhaitent faire l’armée doivent continuer à avoir cette opportunité et il faut les féliciter. 

Loin de moi l’idée de dire ici que les femmes doivent faire le ménage et les hommes travailler. Il faut juste mettre un frein à l’uniformisation, où tout le monde doit s’habiller, penser, manger pareillement.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."