Chantal De Senger

JOURNALISTE

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l’Université de Genève. Elle débute sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Journaliste depuis 2010 pour le magazine Bilan, elle est spécialisée dans les PME. En grande amatrice de vins et gastronomie, elle est également responsable du supplément Au fil du goût encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal contribue par ailleurs régulièrement aux suppléments Luxe et Immo Luxe de Bilan.

Le pet business qui rapporte des pépettes

Que ce soit un chien, un chat, un oiseau, un rongeur ou même un poisson, les animaux domestiques jouent souvent un rôle considérable dans l’équilibre de la vie de leurs maîtres, et c’est tant mieux. En effet, la présence d’animaux diminue le stress, idéal pour ceux en proie au burn-out! Selon certaines études, ils aideraient également à baisser la tension artérielle, le rythme cardiaque et la pression sanguine. Mais c’est du côté émotionnel que les bénéfices sont les plus considérables.

La compagnie d’un chat ou d’un chien permet souvent à leur propriétaire de sortir des plus grands chagrins. Ils font office de confidents, offrent de l’affection et surtout ne jugent pas leurs maîtres, ce qui n’est pas forcément le cas, vous en conviendrez, d’un conjoint ou de certains membres de la famille, voire d’amis proches, lorsqu’un gros problème survient. 

Quoi qu’il en soit, une présence animalière est vécue comme positive pour l’ensemble des membres du domicile familial. Dès lors, les amoureux des animaux sont prêts à les gâter. Rien n’est trop beau ni trop cher pour leur fidèle compagnon, notamment si l’on vit seul. Bonne nouvelle donc, les parents qui voient leurs enfants quitter le nid familial, les couples qui se séparent ou encore les personnes âgées peuvent se consoler et remplir un certain vide grâce à un compagnon à quatre pattes – les chiens connaissent ainsi un énorme succès dans les EMS romands. Vu l’augmentation du nombre de divorces et le vieillissement de la population, ce n’est pas étonnant d’assister à un boom de la demande pour ces chères bêtes en Suisse.  

Trop gâtés?

Cependant, est-il nécessaire de dépenser des milliers de francs pour ces chers animaux qui, au final, ne souhaitent probablement que deux choses: qu’on s’occupe un peu d’eux et qu’on leur donne à manger tous les jours. Est-ce bien raisonnable de se ruiner avec des objets ultratechnologiques, des séances beauté au spa ou chez le coiffeur ou encore avec des vêtements et des accessoires hors de prix? 

Pour les propriétaires qui ont de gros moyens financiers et pas de descendants, la question ne se pose pas. Tant qu’à faire, ils font tourner l’économie. Pour les autres, on espère qu’ils gâtent tout autant leur entourage, leurs enfants et leurs petits-enfants. Parce que si votre animal ne vous juge pas et reste à vie auprès de vous, ce n’est pas parce que vous avez tant dépensé pour lui, mais bien parce qu’il n’a pas le choix, lui.

Une fois acquis, un animal reste à vie au domicile de son propriétaire, contrairement aux enfants ou à un conjoint. Mais cela ne veut pas dire qu’il ne rêverait pas, lui aussi, de s’échapper de temps en temps de chez lui à grandes enjambées. Alors oui, continuez à vous occuper de votre fidèle compagnon, mais pas à n’importe quel prix!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."