Chantal De Senger

JOURNALISTE

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève (IHEID) en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l'Université de Genève. Après avoir hésité à travailler dans une organisation internationale, elle décide de débuter sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Depuis 2010, Chantal est journaliste pour le magazine Bilan. Elle contribue aux grands dossiers de couverture, réalise avec passion des portraits d'entrepreneurs, met en avant les PME et les startups de la région romande. En grande amatrice de vin et de gastronomie, elle a lancé le supplément Au fil du goût, encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal est depuis 2019 rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan et responsable du hors série national Luxe by Bilan et Luxe by Finanz und Wirtschaft.

La bienséance, cette hypocrite

La bienséance, cette hypocrite

En 2019, durant le Black Friday, le Prime Day, le Cyber Monday, les supersoldes ou encore durant la période de Noël, les géants du commerce en ligne ont battu tous les records de vente. Amazon a même engagé 250 000 personnes pour la saison des fêtes de fin d’année, tellement les demandes pour ses produits ont explosé. On peut bien imaginer que le nombre de retours – surtout s’ils sont gratuits – a également dû être affolant, sachant, par exemple, que Zalando enregistre en Suisse et en Europe plus de 50% de retours à l’année.

Rappelons simplement que le commerce mondial, via les transports qu’il engendre – en augmentation chaque année –, fait partie des éléments les plus polluants du monde. Il génère des milliers de tonnes de CO2. Pourtant, nous vivons une période où l’on évoque en continu l’importance de l’économie circulaire, du recyclage, l’urgence climatique ou encore le drame de la pollution plastique. Des ateliers zéro déchet pullulent de partout, les citoyens prétendent manger local, végétarien et ne plus prendre l’avion… alors que les compagnies aériennes enregistrent, en réalité, une augmentation du nombre de leurs passagers chaque année.

Soyons plus cohérent

Dès lors, comment expliquer cette contradiction entre les actes et les croyances de certains? Qui, au fond, applique correctement les règles environnementales que la bienséance impose à la société? Faut-il, au final, continuer à se culpabiliser si l’on se déplace en voiture ou si l’on achète un fruit exotique provenant d’Amérique du Sud? Ou alors faut-il assumer ses choix qui ne vont pas toujours dans le même sens que la doxa? Pour la nouvelle année, il faut peut-être enfin devenir cohérent!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."