Chantal De Senger

JOURNALISTE

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève (IHEID) en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l'Université de Genève. Après avoir hésité à travailler dans une organisation internationale, elle décide de débuter sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Depuis 2010, Chantal est journaliste pour le magazine Bilan. Elle contribue aux grands dossiers de couverture, réalise avec passion des portraits d'entrepreneurs, met en avant les PME et les startups de la région romande. En grande amatrice de vin et de gastronomie, elle a lancé le supplément Au fil du goût, encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal est depuis 2019 rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan et responsable du hors série national Luxe by Bilan et Luxe by Finanz und Wirtschaft.

Big Brother est vraiment parmi nous!

On l’apprenait dans la Tribune de Genève du 5 février dernier: deux «scan cars» vont sillonner les rues de la ville du bout du lac afin de repérer les «fraudeurs» du stationnement. Ces bêtes technologiques, équipées de dispositifs de prises de vues sur leur toit et reliées à une base de données, pourront ainsi contrôler les droits de stationnement de 500 à 1000 voitures par heure et aiguiller les contractuels vers les contrevenants. Capables de lire les plaques même en remontant un axe à 80 km/h, ces «scan cars» ont coûté quelque 150 000 francs à la Fondation des parkings, chargée du contrôle du stationnement en ville. Leur but: maximiser les contraventions des propriétaires de voiture qui auraient malencontreusement dépassé de quelques minutes leur autorisation de stationner.

Ce contrôle automatisé va certainement encore plus démotiver les citoyens à se rendre en ville pour aller manger au restaurant, aller chez le coiffeur, amener leur enfant chez le médecin ou encore faire du shopping. Résultat: un obstacle supplémentaire pour les commerçants du centre-ville, déjà pénalisés par les achats sur internet, le tourisme d’achat et le franc fort. Parce qu’il faut le rappeler, les personnes qui se rendent en ville en voiture font en principe tourner l’économie locale, elles n’y vont pas pour le plaisir. 

Viol de la sphère privée

Mais l’autre scandale, c’est aussi le fait que ces scans cars vont enregistrer tous les numéros de plaques des voitures stationnées. Nous savons déjà que ces données pourront être fournies aux autorités. N’est-on pas en train d’empiéter une fois de plus sur la protection de la sphère privée? 

Big Brother est définitivement parmi nous! 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."