Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

CÉRAMIQUE/Yohei Nishimura à Genève

Je n'avais pas remarqué le lieu. Il faut dire que je ne passe jamais par là. La place des Casemates, sous la rue Beauregard de Genève, ne voit d'ailleurs transiter que des automobilistes. Sauf sur le côté Athénée, peut-être. Il faut aussi dire que le caractère historique de l'endroit, servant de socle à la Vieille Ville, implique une certaine discrétion. On imagine mal ici une enseigne au néon. Seul un gros volet, peint tout de même en rouge vif à l'intérieur, signale ainsi l'entrée du nouvel Espace Murailles, qui a ouvert ses portes au public (il y a bien dû y avoir un vernissage avant) le 5 mai 2014. 

Qui est derrière cette nouvelle galerie, aménagée de manière tout ce qu'il y a de plus luxueuse sur deux étages, dont l'un en caves? Un couple, les Freymond. Eric et Caroline font partie de ce qu'on appelle la bonne société genevoise. Elle a délaissé le barreau pour se consacrer au commerce d'art. Caroline n'a pas débuté n'importe où. Lancé en 2002, son premier "Menus Plaisirs" se situe à Gstaad. Il s'agit d'un magasins d'antiquités, ou plutôt de curiosités. Un second "Menus plaisirs" (ils ne sont donc pas si menus que ça!) a vu le jour à Paris en 2010.

Un brin conceptuel

La Genevoise s'attaque au contemporain avec "Espace Murailles". Le galop d'essai s'est fait en collaboration avec le galeriste Kamel Mennour, une star parisienne du genre. L'homme avait amené le vétéran François Morellet (88 ans) et Tadashi Kawamata. La seconde fournée, si j'ose dire, comprend un autre Japonais, céramiste cette fois. Né en 1947, Yohei Nishimura est internationalement connu. On l'a notamment vu au Victoria & Albert de Londres. L'homme joue en fait sur deux tableaux. On pourrait tout aussi bien parler à son propos d'art conceptuel. 

Pourquoi donc? Parce que Nishimura, qui travaille sur la mémoire en créant ses "fossiles", prend des livres. Il les cuit, après les avoir sans doute trempé dans du kaolin. Le volume se réduit, un peu à la manière des têtes Jivaro. Ceux qui ne tombent pas en cendres donnent de tout petits ouvrages, aux pages figées par la cuisson. Notez que l'auteur de ces miniaturisations prend au pied de la lettre le mot japonais "yakimono" pour "céramique". Les Nippons parlent en effet de "choses brûlées". Une page, retirée des autres avant l'opération, pend au-dessus du produit final. C'est spectaculaire, et il faut le dire très beau. Je me suis d'ailleurs laissé dire que le Musée de l'Ariana se serait laissé tenter.

Monique Frydman en janvier

Nishimura présente parallèlement sur les murs ses couvertures de livres, noyées dans une cire artisanale qui devint presque opaque en séchant. C'est un lien comme un autre avec l'autre artiste, accroché quelques mètres plus bas. Il s'agit de Pierre Skira, né en 1938, qui produit depuis quelques années des pastels non plus figuratifs, mais abstraits. Là, je dois dire que je ne suis pas très fan. 

Il n'y aura, à en lire le site d'Espace Murailles, qu'une seule invitée pour la première exposition de janvier. Il s'agira de Monique Frydman, dont le public a récemment pu découvrir le "Polyptyque Sassetta" au Louvre. Une star de la peinture, mais sans le bling bling qui va souvent hélas avec.

Pratique

"Yoshei Nishimura, Fired Books", Espace Muraille, 5,place des Casemates, Genève, jusqu'au 29 novembre. Tél.022 310 42 92, site wwwespacemuraille.com Ouvert du mardi au vendredi de 10h à 18h, le samedi de 11h à 18h.Photo (DR): L'un des livres miniaturisés à la cuisson.

P.S. Je vous en parlais hier soir. Eh bien, "Le Printemps" de Manet a tout de même été vendu 65 millions de dollars par Christie's jeudi 5 novembre.

Cet article accompagne celui sur Art en Vieille Ville, situé immédiatement plus bas.

Prochaine chronique le vendredi 7 novembre. Le Mamco genevois vient de changer de décor. Que propose-t-il aujourd'hui?

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."