Jerome Gygax

DOCTEUR EN RELATIONS INTERNATIONALES DE L’IHEID

Docteur en relations internationales de l’Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID, Genève), Jérôme Gygax est historien, chercheur associé à la fondation Pierre du Bois pour l’histoire du temps présent. Ses travaux portent sur l’histoire des idées, les nouvelles formes de diplomatie, l’utilisation des médias dans la naissance du soft power. Il s’intéresse aux relations entre le secteur public et privé, au rôle des réseaux et leur impact dans la politique internationale.

Publications récentes : Jérôme Gygax et Nancy Snow, « 9/11 and the Advent of Total Diplomacy : Strategic Communications as a primary Weapon of War » ds Journal of 9/11 Studies, Vol 38, July 2013 ; J. Gygax, Olympisme et Guerre froide culturelle, le prix de la victoire américaine, Paris, L’Harmattan, 2012.

Ce que nous apprennent les guerres contre-insurrectionnelles sur l’Etat islamique

Les attaques attribuées à l’Etat islamique (EI) et ses milices Daesh empruntent aux méthodes issues des guerres contre-insurrectionnelles, lointains échos des conflits coloniaux [1] et de l’époque où T.E. Lawrence conduisait, pour le compte des Britanniques, le soulèvement des tribus arabes contre le sultan ottoman (1916-1919)[2].

Il est en effet important de rappeler comment les Ikwhan, intégristes religieux arabes, véritables « soldats de Dieu », avaient permis par la suite la conquête des lieux saints de l’Islam par la dynastie saoudienne. En 1953, le Joint Chief of Staff (JCS), la plus haute autorité de coordination entre les militaires et la CIA, définissait la guerre contre-insurrectionnelle comme « guerre psychologique » (PSYWAR) : « L’utilisation planifiée de mesures destinées à influencer les opinions, les émotions, les attitudes, les comportements des ennemis, des neutres et des alliés, de façon à soutenir l'accomplissement des objectifs nationaux et des missions militaires américaines »[3].

À un siècle d’intervalle (1916-2016), faut-il vraiment considérer le chaos actuel se propageant de la Syrie à la corne de l’Afrique comme un phénomène incontrôlé ? Comment ne pas s’interroger sur la façon avec laquelle cette guerre sans front contre l’EI s’inscrit dans le déploiement à long terme de la puissance étasunienne, de ses moyens de surveillance avec son cortège de bases aériennes de drones, suivant un processus de militarisation ancien[4]. L’historien Andrew J. Bacevich insiste sur le fait qu’il est le produit de la vision du Pentagone et de ses généraux, pour qui "l’idée que la guerre et la politique constituent deux sphères distinctes et séparées est une fiction » à laquelle ils entendaient remédier[5]. C’est aussi en partie dans cette longue histoire des interventions paramilitaires U. S. en Amérique Latine, au Vietnam, en passant par l’Asie centrale et l’Afghanistan que se trouvent les clés qui nous permettront de désembrouiller l’écheveau de ce conflit.

Wallace Carroll, ancien responsable des bureaux de propagande américain pendant la Seconde Guerre mondiale (OWI, Londres), avait écrit dans le magazine Life: « We must prepare to support guerilla warfare on such a scale as the world has never seen before. »[6]. Suivi de Paul Linebarger, ancien officier de l'intelligence militaire, dans Nation's Business, pour qui la « subversion » devait être utilisée comme arme offensive par les Etats-Unis[7]. Les opérations secrètes menées dans toute l’Amérique Latine depuis les années 1950 (Guatemala, Cuba, Nicaragua, Salvador, Honduras, Chili, Grenade) et le conflit au Vietnam une décennie plus tard nous renseignent sur l’utilisation calculée de la violence à des fins psychologiques[8].

C’est grâce à l’opération Phoenix au Vietnam que l’Etat-major américain et les forces paramilitaires de la CIA expérimentent l’emploi de ce type de violence afin de coopter les populations civiles[9]. Selon l’historien Douglas Valentine : « Les équipes contre-terroristes (soutenues par la CIA) déguisées en ennemis, tuant et abusant des Vietnamiens nationalistes, était la forme ultime de Psywar. Elle renforçait les stéréotypes négatifs sur les Vietcong (combattants nord-vietnamiens), fournissant aux services des branches spéciales des recrues utiles à leurs programmes d’informateurs. »[10]

En quatre ans, le programme Phoenix avait fait, selon les statistiques sud-vietnamiennes, près de 41'000 morts[11]. Les commandos de la mort vietnamiens avaient été encadrés notamment par John Negropronte qui serait envoyé, après sa collaboration controversée avec la dictature salvadorienne, en tant que nouvel ambassadeur en Irak (2003) et alors qu’un autre vétéran du Salvador, le Colonel James Steele était chargé de former les forces d’élites irakiennes[12]. Les prisons secrètes et les camps de détention qui, du Vietnam à l’Amérique latine, avaient vu défiler des milliers de présumés « terroristes », étaient en réalité de véritables « auxiliaires » dans un processus complexe de recrutement d’agents et d’infiltration des réseaux contre-révolutionnaires, participant à la radicalisation des miliciens[13]. Aujourd’hui, les cadres dirigeants de l’EI sont à peu près tous passés par ce que certains n’hésitent pas à appeler les « universités du terrorisme »[14].

L’entretien des milices radicales « islamistes » d’Al-Qaeda avait son origine dans les plans de l’ère Carter-Reagan (1979-1988). En 1984, la loi intitulée : « the 1984 Act to combat terrorism » (H.R.6311) permettait au président de rappeler les responsabilités mondiales des Etats-Unis: « This Nation bears global responsibilities that demand that we maintain a worldwide presence and not succumb to these cowardly attempts at intimidation. »[15] .

Le Pentagone créait alors l’U.S. Special Operations Command (SOCOM) dont les missions étaient l’assassinat, les raids anti-terroristes, l’espionnage et l’analyse, ainsi que l’entraînement de milices et de corps d’armée étrangers[16]. Les experts du CSIS attribuaient à d’autres les forfaits de leur gouvernement: « Today you have state-managed terrorism. Which means that a national-level intelligence agency, the Syrian or Iranian government, trains individuals, designs and engineers a bomb, does the counterintelligence work, executes an attack, and lies back and denies it. You can’t deal with it in court, and you’re impotent to deal with it directly. »[17]

La distinction entre les soi-disant « combattants de la liberté » soutenus par la CIA et les criminels terroristes était purement sémantique. Dès 1981, William Casey (directeur de la CIA) apportait un soutien actif aux guérillas (Contras) du Nicaragua, sous la conduite de Richard Perle, protégé de Albert Wohlstetter, maître de l’analyse stratégique à la RAND[18]. Les rebelles bénéficiaient d’une technologie très sophistiquée pour l’époque, passant par un système électronique de communication portable leur permettant d’opérer secrètement[19].

Entre 1986 et 1992 William Casey parvenait, avec le concours du prince saoudien Turki bin Faisal, chef des services secrets de son royaume, à étendre le jihad hors d’Afghanistan[20]. Le Comité pour un Afganistan libre (Committee for a Free Afghanistan, CFA) était l’un des fronts servant pour le financement des commandants de guerre. Son rapport (1990) stipulait : « The outcome of the jihad, the war waged by the Mujahideen to rid their country of Communist domination, depends heavily on their ability – ours – to convince the free world to continue supporting their cause. »[21]

L’ancien directeur de la CIA Robert Gates revenait dans ses mémoires sur le fait que cette aide avait donné l’occasion de « renverser le jeu » face aux Soviétiques par l’encouragement d’une « polarisation » du sentiment arabe et des musulmans contre Moscou, ouvrant une triangulation possible avec l’Iran[22].

Les réseaux des milices sunnites d’Al-Qaeda étaient ainsi déjà en place et prêts à servir à l’extension de la présence militaire américaine sitôt la fin de la Guerre froide[23]. Après 9/11, la commission d'enquête sur les attaques ne se contentait pas de décréter que dorénavant : « the American Homeland is the Planet »[24], elle appelait à établir un Centre national pour le contre-terrorisme (NCTC) pour la conduite d’opérations conjointes entre les divers corps de l’armée, de la CIA et du FBI, ainsi que la collecte des données permettant d’intégrer toutes les "composantes de la puissance nationale", le propre des Psywar[25] formulé dans la stratégie nationale pour combattre le terrorisme (2006)[26].

Si de nombreux experts se contentent de répéter les « théories » des principaux think tanks en charge de la sécurité et du terrorisme, d’autres continuent à s’interroger: comment l’EI est parvenu à développer un réseau global avec ce degré de sophistication logistique et opérationnel, avec de tels instruments de cyber-propagande et de recrutement ? Comment a-t-on pu garantir l’approvisionnement financier et militaire permettant la conduite d’opérations terroristes à traver les continents ? Qui assure la protection électronique des réseaux combattants affiliés à l’heure où les flux de données sont continuellement interceptés par l’agence du renseignement militaire américain NSA ? Enfin, à qui profite ce gigantesque plan de destruction des équilibres régionaux et des structures étatiques nées de la première Guerre mondiale ?

Certains témoignages tendent à confirmer l’existence d’un soutien logistique plus vaste non seulement de la Turquie, de l’Arabie Saoudite mais aussi d’Israël et des Etats-Unis derrière l’EI, selon les déclarations du général Wesley Kanne Clark Sr. sur CNN Newsroom le 17 février 2015 : « ISIS got started through funding from our friends and allies. Because as people will tell you in the region that if you want somebody who will fight to the death against Hezbollah, you don’t put out a recruiting poster saying « Sign up for us, we’re gonna make a better world. » You go after zealots and you go after these religious fundamentalists. Those who fights Hezbollah. It’s like a Frankenstein. »[27]

Un article de Seymour Hersh publié ce mois de janvier 2016 laisse entendre que les Etats-Unis veulent à présent faire porter la responsabilité de ce soutien à la seule Arabie Saoudite. L’auteur fait le récit d’une réunion secrète entre les Saoudiens et la CIA tenue en janvier 2014 durant laquelle le directeur de la CIA John Brennan aurait, selon cette source militaire du JCS (anonyme), demandé aux Saoudiens de cesser tout soutien aux milices de l’EI, ce que les Saoudiens auraient alors décliné: « The Saudis went back home and increased their efforts with the extremists and asked us (the U.S.) for more technical support. And we say OK, and so it turns out we end up reinforcing the extremists. » [28] Le résultat serait présenté ainsi comme tout au plus involontaire et limité à un soutien technique.

Un ensemble de communications et de faux rapports contribuent aujourd’hui à brouiller les pistes. Sans parler des révélations de prétendus « documents secrets » de l’EI, publiées dans le Spiegel au printemps dernier qui établissent un portrait complètement fantaisiste de l’EI présenté comme super-organisation d’espionnage en voie de globalisation: « It seems as if George Orwell had been the model for this spawn of paranoid surveillance ». Les liens prétendus entre les services secrets syriens de Bachar El Assad et l’EI démentis à la face des événements. L’article terminait un requisitoire sur cette tirade: « La propagande de l’EI à propos d’un apocalypse proche pourrait se révéler une réalité »[29]. On comprend dès lors comment, dans cet enchevêtrement de fausses déclarations et allégations sans fondements, la vérité finit par s’obscurcir dans cette lutte par et pour l’information.

Ainsi, selon ce mode de la Psywar, l’attaque de Paris du 13 novembre dernier, au lendemain de celle de Beyrouth, cherche à instiller la peur en France et en Europe plus généralement. En dépit de l’apparent chaos, et de la désorganisation présumée de ces opérations, fruit d’une violence indiscriminée, son usage est construit et « chorégraphié » et doit permettre d’accomplir plusieurs niveaux d’objectifs dont celui de changer le comportement des personnes visées, les peuples et les gouvernements. Leur but ultime consistant à faire accepter ce nouvel ordre international en forçant la France et les alliés de l’UE dans la guerre. Pas moins de 48 heures après les attaques terroristes au cœur de la capitale française, Edward Snowden était accusé par le directeur de la CIA d’avoir contribué à rendre possible ce type d’attaques[30]. Une manière de décrédibiliser le lanceur d’alerte toujours en exil en Russie en rappelant le rôle que la NSA est censée jouer dans la prévention de futurs actes terroristes.

Ce que les militaires du Pentagone appelaient déjà il y a un demi-siècle la « guerre de 4ème génération » sert les intérêts d’un complexe militaro-industriel-académique et de son économie[31]. Comme l’avait annoncé George Kennan, père spirituel de la doctrine de l’endiguement contre l’URSS, en 1987 : « Were the Soviet Union to sink tomorrow under the waters of the ocean, the American military-industrial complex would have to remain, substantially unchanged, until some other adversary could be invented. Anyting else would be an unacceptable shock to the American economy. »[32]

Selon les expériences antérieures menées de l’Amérique Latine au Vietnam, les Etats-Unis ont appris à diriger et à canaliser ce type de guerres pour les mettre à leur service[33]. Leurs principaux ressorts ne sont pas militaires mais civils et ont graduellement évincés les conceptions militaires européennes obsolètes classiques, tout en réduisant le droit de la guerre à une chimère[34]. L’escalade terroriste qui déferle en Europe s’inscrit dans cette longue histoire dont la finalité est d’assurer l’extension de la guerre assymétrique et qui permet l’adoption par tous d’un système de sécurité (de surveillance et d’action) dont les Etats-Unis sont les architectes et les seuls garants. Comme résumé dans la formule succincte  de cet ancien amiral quatre étoiles, James G. Stavridis, devenu doyen à la Fletcher School of law and Diplomacy : « Regional solutions will be limited solutions, thus the need for a global network to defeat the Islamic State »[35].

Les questions toujours en suspens ne trouveront de réponses que si l’on accepte de regarder les causes et les effets de la guerre menée par les Etats-Unis en Irak depuis plus d’une décennie[36]. Si l’on s’entête à analyser le « résultat » de la violence sans prendre en compte ses origines, nous serons irrémédiablement condamnés à ne pas la comprendre et à subir les conséquences de cette forme nouvelle et sans doute unique de pouvoir. À l’issue de la guerre du Vietnam, l’historien Jacques Freymond avait consacré un article aux opérations subversives, dans lequel il en parlait comme une « gangrène rongeant » l’édifice de l’ordre international en compromettant les souveraintés nationales[37].

Les milices d’Al-Qaeda relayées par Daesh permettent aujourd’hui d’aligner les autres nations en les soumettant à un même cadre de référence[38]. Leurs bases secrètes forment les mailles d’un réseau qui couvre la planète entière et qui n’aurait pas pu voir le jour sans l’entretien de cette menace diffuse labélisée en tant que terrorisme global[39]. Selon Evelyne Pisier et François Châtelet: « La terreur totalitaire ne cherche pas tant à conquérir le monde pour des raisons de puissance que pour prouver le bien-fondé de son mouvement, pour rendre le monde cohérent, c’est-à-dire conforme à la conception que les totalitaires s’en font. »[40]



[1] À l’issue de deux siècles d’occupation coloniale, les européens avaient développé une théorie de l’occupation et de l’usage de la violence. Le colonel Joseph Gallieni et Louis Hubert G. Lyautey, inspiraient la stratégie de l’insurrection arabe contre les Ottomans Alliés des Allemands dès novembre 1914, pour un aperçu historique, voir Max Boot, Invisible Armies, An epic History of Guerrilla Warfare from ancient Times to the Present, New York, W. W. Northon&Co, 2013.

[2] Dès 1916 T. E. Lawrence (alias Laurence d’Arabie) avait mis en pratique la guerre d’insurrection qui visait à enflammer les tribus de la péninsule arabique, de la Syrie actuelle au golfe Persique. Un exemple qui sert d’introduction à tous les manuels actuels américains de contre-inurrection. Voir David Kilcullen, Counterinsurgency, New York, Oxford University Press, 2010 ; voir l’ouvrage de Nick Turse, The Changing face of Empire, Special Ops, Drones, Spies, Proxy Fighters, Secret Bases, and Cyberwarfare, Chicago, Haymarket Books, 2012 et Eugen Rogan, The Fall of the Ottomans, the great war in the Middle East, New York, Basic Books, pp.275-353.

[3] Cette définition est en tout point à celle du Commander's Handbook for strategic Communication and Comunication strategy, version 3.0. US Joint Forces Command, Joint Warfighting Center, 24 juin 2010, p. xi

[4] Voir Colonel James A. Donovan, Militarism U.S.A., New York, Charles Scribner’s Sons, 1970

[5] Andrew J. Bacevich, The New American Militarism, New York, Oxford University Press, 2013, p.222.

[6] Wallace Carroll avait publié un ouvrage intitulé Persuade or Perish, Houghton, 1948 dans lequel il argumentait en disant que la guerre froide était avant tout un guerre psychologique.

[7] Paul M. Linebarger est l’auteur d’un des premiers ouvrages sur le sujet : Psychological Warfare, Nevada, Gateway, 1948 (réédité en 2009).

[8] Voir l’ouvrage de John Dinges, The Condor Years, How Pinochet and his allies brought terrorism to three continents, New York, The New Press, 2004 ; Johnathan Kwitny, Endless Enemies : The making of an unfriendly world, New York, Congdon&fils, 1984.

[9] Ce sera le travail de recherche de la RAND Corporation, voir les travaux de Steve Hosmer ; l’US Army War College. L’article séminal de T.E. Lawrence intitulé « Twenty-Seven Articles » in the Arab Bulletin, Août 1917. Aux Etats-Unis, le père et défenseur de cette approche totale, prônant l'intégration des moyens militaires, économiques, moraux, organisationnels était Harold D. Lasswell, Democracy through public opinion, George Benda Publisher, 1941, p.175

[10] Douglas Valentine, The Phoenix Program, New York, William Morrow&Co, 1990, p.107.

[11] Voir Seymour Hersch, Dommages collatéraux, la face obscure de la « guerre contre le terrorisme », Paris, Denoël, 2005

[12] Peter Maass, « The way of the Commando » in New York Times, 01.05.2005.

[13] Voir l’ouvrage séminal de l’ancien communiste Philipp A. Luce : Road to Revolution : communnist guerilla warfare in the USA, Viewpoint Books, 1967, il sera un des premiers à témoigner devant le sous-comité pour la sécurité du Sénat en prônant l’adoption de ces méthodes de contre-guerilla. Lire Washington Post, 27.09.1976, p.1. Le 1977 Senate Hearing on MKultra, by U. S Senate, 3 août 1977 donnait une idée de l’étendue de la participation des institutions civiles et des universités américaines, pas moins de cent-cinquante ayant participé à des programmes d’expérimentation sur le « contrôle du comportement humain » avec des financements et des collaborations de la CIA.

[14] Andrew Thompson et Jeremi Suri, « How America helped ISIS » in New York Times, 01.10.2014.

[15] Président R. Reagan, Oval Office, White House, 19 oct. 1984, in Weekly Compilation of Presidential Documents, 22 oct. 1984, pp.1573-1574.

[16] La première structure destinée à servir à conduire ce type d’opération avait été créée au début de l’engagement au Vietnam ; elle découlait des programmes d’assistance militaire qui prévoyaient comment prendre le contrôle des forces armées étrangères. Lire L. Fletcher Prouty, The Secret Team, the CIA and its allies in control of the United States and the World, New York Skyhorse, 2011. 

[17] Dr. Robert Kupperman interviewé par Bob reiss, « Where will terrorists strike next ? » in op. cit. June 1984.

[18] Née en décembre 1945, le projet Rand, ou recherche et développement, à Santa Monica Californie. L’organisation liait les milieux militaires et académiques, devenue organisation sans but lucratif le 14 mai 1948. Voir Christopher Hitchens, « The Reagan Doctrine and the Secret State » in MERIP Middle East report, Vol.0, no148, sept-oct. 1987, pp.6-8.

[19] Voir en outre James LeMoyne, « in Nicaragua, Forebording of Warfare without end » in New York Times, 28 juin 1987, section 4, p.3.

[20] Scott Peter Dale, The Raod to 9/11, Berkley CA, University of California Press, 2007, p.122. Plus de 100'000 militants islamistes étaient entrainés au Pakistan entre 1986 et 1992 supervisé par la CIA et le MI6 dans ce qui était appelé l’opération Cyclone.

[21] Otilie English, « What’s Ahead for CFA in 1990 » in the Free Afghanistan Report, CFA, February 1990, p.4. Le directeur exécutif du CFA était le major U.S. Karen McKay. L’un des coordinateur des opérations le Brigadier General Rahmatullah safi ancien des forces spéciales de l’Armée royale Afghane entraîné à Fort Bragg, USA.

[22] Robert Gates, From the Shadows, New York, Simon&Schuster, 1996, p. 132.

[23] On avait prétendu à tort que les Etats-Unis avaient abandonné le terrain en Asie centrale dans la décennie 1990.

[24] The 9/11 Commission, Final Report of the National Commission on Terrorist Attacks upon the United States, New York, Norton, 2004, p.362

[25] Intelligence Reform and Terrorist Prevention Act - IRTPA, PL no108-458, 119 stat, 3673, 2004.  Grâce à cette loi était établi un centre de planification stratégique ou Strategic Operational Planning (DSOP) qui empruntait au modèle militaire. Celui-ci échappe au contrôle du Congrès.

[26] Une pléthore de think tanks, à commencer par la RAND, le CSIS, le Center for security Policy ou encore le Center for a New American Security défendent ces approches.

[27] http://transcripts.cnn.com/TRANSCRIPTS/1502/11/cnr.09.html, voir mes précécents articles sur le sujet dans Bilan, note supra no 1.

[28] Seymour M. Hersh, « Military to Military » in London Review of Books, Vol. 38, No1, January 2016, p.6.

[29] Christoph Reuter, « The Terror Strategist : Secret Files reveal the structure of Islamic State » in Der Spiegel, 18.04.2015. Soit cet article est basé sur de vrais documents et le journaliste en question élabore une interprétation outrancière des données ou bien ces documents sont des faux servant à couvrir le vrai mode de recrutement en faisant endosser la responsabilité à des figures qui sont soit des imposteurs, soit des agents retournés depuis longtemps et agissant pour le compte d’autres services.

[30] Déclaration du directeur John Brennan

[31] On lira Michael Swanson, The War State, the Cold War Origins of the Military Industrial Complex and the Power Elite, 1945-1963, North Charleston, Create Space Publ., 2013.

[32] George Kennan, At Century’s Ending : Reflections, 1982-1995, New York, W.W. Norton& Company, 1996, p.118.

[33] Ellen Ray et William H. Scaap, Covert Action, the rrots of terrorism, New York, Ocean Press, 2003.

[34] Contre la théorie Clausewitzienne, la guerre insurrectionnelle et contre-insurrectionnelle ne ressemble pas à une transaction commerciale, elle ne s’appuie pas sur la diplomatie et ne donne pas nécessairement l’avantage à la défensive. En revanche, elle reste un instrument de la politique. Relire Carl Von Clausewitz, De la guerre, Paris, les éditions de Minuit, 1955, p. 703.

[35] Mark Mazetti et Eric Schmitt, « Obama’s « Boots on the Ground » : U.S. Special Forces are sent to tackle global threats » in New York Times, Online edition, 28.12.2015.

[36] En réalité 1992 si l’on compte la première guerre du Golfe.

[37] Jacques Freymond, « Subversion et violence » in Relations internationales, no3, 1975, p.10.

[38] Ceci s’inscrit dans le plan défini par D. Rumsfeld et Paul Wolfowitz selon le nom de code « Operation infinite war », Voir Rick Rozoff, « Inside the Pentagon : Hawks and doves fight for control of « infinite war » in The Guardian, 17.10.2001. La vision compréhensive de l’application d’une structure impériale est défendue par le Prof. Ronnie D. Lipschutz, The Constitution of Imperium, London, Paradigm, 2009.

[39] Nick Turse, The Changing face of Empire, Special Ops, Drones, Spies, Proxy Fighters, Secret Bases, and Cyberwarfare, Chicago, Haymarket Books, 2012, p.15. L’auteur indique que 85% des forces spéciales sont engagées dans le Grand Moyen-Orient. Avec un total en hommes qui équivaut aux forces armées du Canada.

[40] Evelyne Pisier, François Châtelet, Olivier Duhamel et. al., Histoire des idées politiques, Paris, Quadrige Puf, 2004 (1982), p.315.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."