Langlo Jan

DIRECTEUR DE L'ASSOCIATION DE BANQUES PRIVÉES SUISSES

Jan Langlo est titulaire d’un brevet d’avocat au barreau de Genève et d’un diplôme d’expert fiscal. Il a débuté sa carrière de fiscaliste auprès de Lenz & Staehelin, puis au sein de l’étude Oberson & Associés avant de rejoindre le Groupe Pictet en 2007 en tant que conseiller juridique et fiscal. Au bénéfice d’une grande expérience dans le domaine fiscal, Jan Langlo a rejoint l’Association de Banques Privées Suisses en janvier 2014 en qualité de Directeur adjoint. Depuis le 1er juillet 2015, il occupe le poste de directeur de l’ABPS, où il oeuvre à la défense politique des intérêts des banques actives dans le domaine de la gestion de fortune. Il exerce en parallèle le mandat de Secrétaire général de l’Association des Banquiers Privés Suisses. Jan Langlo siège au sein de diverses commissions et groupes de travail de l’Association suisse des banquiers.

Cassons les clichés sur les banques suisses!

Mercredi soir j’ai regardé sur RTS 1 la mini-série intitulée « The Night Manager », inspirée du roman d’espionnage du même nom écrit par John le Carré en 1993. La raison pour laquelle je vous en parle est que cette mini-série vient d’être produite et que plusieurs éléments du scénario ont été mis à jour, sauf un : le compte en banque utilisé par les méchants est toujours en Suisse.

Le marchand d’armes qui tire les ficelles, interprété par un Hugh Laurie toujours aussi cynique, déclare à un moment : « Le compte est à Genève, comme ça la banque ne pose pas de questions et ça passe tout seul. » On parle quand même de 300 millions de dollars qui entrent et qui sortent en quelques jours et en un clin d’œil (littéralement, via smartphone).

To add insult to injury, comme dirait Mr. Laurie, celui-ci répond un peu plus tard à la question de savoir si son voyage s’est bien passé : “Je viens de passer deux jours avec des banquiers suisses, qu’est-ce que vous croyez ?” Son ton ne laisse aucun doute sur le fait qu’il s’amuse beaucoup plus au Caire ou à Palma de Majorque.

Bien sûr, il ne s’agit que d’une fiction, même si ce point de vue est sans doute partagé par nombre de personnes qui ne fréquentent la finance que de loin. Mais pour les plus de 160'000 employés de banque suisses, c’est un affront à l’honnêteté et au dévouement avec lesquels ils pratiquent leur travail, dans un environnement toujours plus difficile.

Le Conseil fédéral a adopté une stratégie de communication internationale pour les années 2016–2019. Les questions financières et fiscales sont un des onze thèmes prioritaires de cette stratégie. Celle-ci doit être mise en œuvre par Présence Suisse, et l’on attend de son chef Nicolas Bideau, proche du septième art, qu’il parvienne à actualiser l’image de la Suisse à l’étranger.

On discerne déjà une lueur d’espoir : les producteurs de la mini-série connaissent quand même un peu la Suisse, puisqu’ils ont décidé de déplacer l’hôtel Meister où travaille le héros de Zurich à Zermatt, pour profiter de plans plus spectaculaires au milieu de la neige. Ce cliché-là, on peut le garder !

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."