Bernard Radon

DIRECTEUR GÉNÉRAL DE COACHING SYSTEMS SARL

"Il y a chez Bernard Radon une quête perpétuelle pour comprendre les mécanismes de la stratégie et du management. Mais comment s’y prend-t-il pour coucher sur papier ce foisonnement d’expériences d'accompagnement de cadres et de cadres dirigeants? Je crois qu’il s’amuse à noter ses idées sur un petit calepin imaginaire. Il les transcrit ensuite sur des petits morceaux d’étoffe qu’il range soigneusement dans une boîte. Et quand le besoin de publier se fait pressant, il les sort, les trie, les arrange et enfin les coud soigneusement les uns avec les autres pour en faire un patchwork très ordonné dont l’image est non seulement cohérente, mais aussi d’une pertinence logique qui interpelle ses lecteurs. Il dit d’ailleurs en substance dans ses différents livres que l’on apprend à connaître son environnement par touches successives, comme si on reliait entre eux les morceaux d’un vaste puzzle. Au final, après avoir pris du temps, acquis et comparé toutes nos connaissances, c’est l’image d’ensemble qui se dégage: les organisations humaines dans toute leur complexité".

Case study : Changer pour changer les autres

Le cas

 Gauthier, haut fonctionnaire : "Cela faisait 15 ans que j'étais dans la même fonction et je me suis dit que j’allais en faire autant avant de prendre ma retraite. J'étais frustré des relations que j'avais avec mon patron. Il travaillait seul, ne partageait rien. Très renfermé sur lui-même, j'avais toujours l'impression qu'il me faisait la tête. J'étais libre, loyal, fidèle, mais pas reconnu. Je regrettais qu'il prenne des décisions sans me consulter. J'aurais voulu avoir le statut de bras droit et qu'il me fasse confiance.

Un jour, je me suis dis que je ne changerais jamais mon patron, mais que moi je pouvais changer. J'ai pris du recul sur mon propre fonctionnement. J’ai décidé d’accepter cet état de fait et de ne plus m’énerver. Je me suis ainsi probablement détendu. Je suis devenu plus ouvert, moins agressif, moins impérialiste. J'ai adopté la même attitude avec mes collègues.

Quelques mois plus tard, je me suis aperçu que les relations entre mon patron et moi s’étaient améliorées. Lui aussi s’était ouvert, bien que nous n'ayons jamais parlé des changements opérés dans nos relations.

A revoir le fil des événements et le développement de la situation, je pense qu’en changeant d'attitude, j'ai aussi changé celle de mon patron. Lorsqu'il a pris sa retraite, il a favorisé ma candidature à sa succession. Aujourd’hui, j’ai pris sa place et me rends compte de la charge de responsabilités qu'il avait à la tête du département, mais je suis seul désormais pour les assumer".

Des repères pour progresser

On ne change pas les autres, si on ne veut pas changer soi-même. Tel est le constat principal de Gauthier. Il a fait un véritable travail sur lui-même. Il a pris du recul par rapport à sa propre attitude, mis moins de pression sur lui-même et sur les autres. Il a su dépasser sa frustration de ne pas être informé, ni consulté pour des décisions qui devaient certainement le concerner.

Des prescriptions pour agir

Deux points cruciaux méritent d'être mentionnés. Premièrement, le fait d'être resté loyal à son patron et, deuxièmement, de ne pas avoir voulu le changer. Gauthier, constant dans ses choix et ses comportements, s'est retrouvé naturellement en position de dauphin désigné lorsque la succession fut ouverte.

Cette tranche de la vie d'un manager s'applique aussi aux nombreux managers qui claquent la porte dès les premières difficultés. Ils ne cherchent pas le problème en eux-mêmes, mais veulent changer leur patron, leurs collègues et toute l’organisation qui n’est pas à leur image. Quelle prétention ! D'autant qu'ils vont certainement se retrouver, quelques moins plus tard, dans une autre entreprise, avec les mêmes difficultés relationnelles. Ils seront retournés à la case départ. 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."