Banquiers anonymes

Bud Fox et ses acolytes dévoilent les dessous de la place financière genevoise. Ce collectif de banquiers anonymes a décidé de dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas.

Carte de crédit corporate, un collector

HSBC annonce des réductions de coûts additionnelles de 2 à 3 milliards de dollars d’ici 2016. Stuart Gulliver déclare qu’HSBC « va continuer à exercer une stricte discipline en matière de coûts ».

Fait-il référence à l’ex-chef à la tête d’HSBC Private Bank, Krishna Patel, qui avait des notes de frais à sept chiffres ? En tout cas, c’est l’ensemble du monde bancaire qui est actuellement à la recherche de coûts à supprimer ou à réduire au maximum. Il fut un temps où les banques fournissaient, aux employés qui voyageaient ou qui étaient en contact directe avec la clientèle, une carte de crédit « Corporate ».

Aujourd’hui, j’apprends que c’est à l’employé d’avancer l’argent et à son retour de se faire rembourser. Il n’y a pas de quoi fouetter un chat me direz-vous, je vous l’accorde. Mais ce qui suit est révélateur. Chaque dépense qu’un employé a l’intention de se faire rembourser doit être accompagnée de justificatifs tels que rapport de visite et formulaires ad hoc. Tout ceci est méticuleusement analysé par un comptable sur la base d'un certain nombre de critères stricts, faute de quoi il n’y aura pas de remboursement.

Par exemple, une grande banque de la place a décrété que les « lunchs » ne doivent pas dépasser CHF 125.- par tête de pipe. Simple et facile pour la plupart d’entre nous !

Malheureusement plus difficile dans le milieu de la gestion de fortune, ou plus communément appelé Private Banking. Votre client à plusieurs dizaine de millions, oui, rappelez-vous celui qui vous a invité la dernière fois dans le meilleur restaurant du pays, n’a pas pour habitude de descendre à l’auberge de jeunesse du coin et encore moins de manger un sandwich.

Certains me diront que ce client n’a qu’à s’adapter, à quoi je répondrai que la plupart des banquiers s’adapteront en évitant d’inviter le client et tant pis pour le pourboire de la serveuse… et tout ceci parce qu’encore un « huile » du top-management a abusé.

 

Jean Bond

theindependenter@gmail.com

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."