Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

CAROUGE/Le Parcours Céramique mise cette fois sur la jeune génération

Crédits: Parcours Céramique

Elles sont deux, bien sûr, mais les duettistes parlent d'une seule voix. Difficile pour leur interlocuteur de savoir ce qu'a dit Emilie Fargues et ce qui vient de Mélanie Varin. Les deux jeunes femmes font il est vrai équipe depuis des années. Elles en arrivent à leur troisième Parcours céramique, qui constitue de plus une biennale. «Nous enchaînons en fait les éditions. L'une est à peine terminée que l'autre commence déjà. Il nous faut bien deux ans pour mettre en programme sur pied avec des artistes internationaux et les galeristes de Carouge.» 

La manifestation, qui en arrivera à sa quinzième mouture entre le 16 et le 24 septembre, n'a pas toujours été organisée par la Fondation Bruckner, dont dépendent Emilie et Mélanie. «Tout est parti des galeries fédérées par Marianne Brand, elle-même ancienne céramiste. Il fallait cependant la rendre le parcours pérenne.» A force d'être jeune, Marianne ne l'était plus tout à fait. «La Fondation est donc intervenue.» Je rappelle ici sa naissance. Elle résulte d'un legs de Charlotte Bruckner à la Ville de Carouge. Ce don devait financer un projet. Carte blanche. La cité à choisi la céramique, qui est longtemps restée une de ses vocations. «La Fondation assure sa promotion par divers biais. Il y a la mise à disposition d'ateliers professionnels. Des bourses. Des événements. Plus le Parcours, naturellement.» Marianne Brand étant vice-présidente de la fondation et organisatrice du Parcours, la passerelle n'a pas été trop difficile à jeter.

Maintenir la qualité 

Aujourd'hui, les choses roulent. «Nous n'avons pas la volonté d'accroître la dimension de la manifestation. L'essentiel est de maintenir sa qualité. D'y apporter des nuances. Cette année, nous avons ainsi proposé un thème.» On pourrait parler de jeunisme. Il s'agit de présenter des artistes ayant éclos dans les années 2000 et 2010, «en retenant si possible des gens n’ayant encore jamais fait de Parcours.» Il y aura aussi, ce qui constitue une nouveauté, un Café Céramique, «dont les tasses, produites en Suisse, seront à vendre.» La Fonderie abritera de plus trois grandes œuvres en terre crue, dues à Kate Roberts, Karin Blomgren et Erna Suladottir. «Elles seront détruites à la fin sauf si, par miracle, un amateur veut les acquérir avec tous les problèmes de transport et de conservation que cela suppose.» Le Prix de la Fondation Bruckner, qui avait passé à la trappe, réapparaît in fine. Il se verra remis le 24 septembre en même temps que le Prix Ariana.

S'il y a donc de l'éphémère, le reste demeurera bien sûr durable. «Le merveilleux, avec la céramique, c'est que des tessons peuvent survivre pendant des milliers d'années.» Il émanera d'artistes choisis par Mélanie et Emilie, en se basant sur les idées d'un groupe consultatif. «Nous avons beaucoup prospecté afin de parvenir à une liste assez longue. Il faut que chaque galerie d'accueil puisse choisir un créateur ou une créatrice leur correspondant vraiment. C'est pour cela que nous incluons des gens sans rien leur promettre. Il faut qu'ils séduisent l'un des participants.» Notons que ceux-ci peuvent aussi faire des propositions. «Nous sommes ouvertes à la discussion.»

Evénements annexes 

Le Parcours s'accompagne obligatoirement d'événements annexes. Il y aura des conférences, des ateliers d'enfants, des visites commentées, des initiations. «Il est bon que le public puisse mettre la main à la pâte. Il y a aussi une demande de démonstrations, afin de percer les secrets de fabrication. Les visiteurs aiment à entrer dans l'intimité de la création.» Certains collectionneurs, qui font parfois le voyage de loin, veulent aussi pouvoir acheter. Là, je les rassure tout de suite. Il y aura de quoi. «Tout ce qu'ils verront est à vendre.» Notons cependant que l'édition 2017 ne comprend pas le traditionnel marché du premier week-end sur la place de Sardaigne... Le Parcours est plus proche de l’œuvre d'art que de la vaisselle.

Pratique 

Parcours Céramique, parcours en ville de Carouge, du 16 au 24 septembre. Vernissage officiel le samedi 16 septembre à 19h au Musée de Carouge, et dès 11h30 dans les lieux d'exposition. Site www.parcoursceramiquecarougeois.ch ou www.ceramique-bruckner.ch Un article suit avec ma sélection.

Photo (Parcours Céramique): L'Anglaise Charlotte Mary Pack, qui sera présente chez Marianne Brand.

Prochaine chronique le jeudi 14 septembre. La Biennale des Antiquaires à Paris. 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."