Jean Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Caisses-maladie: un lobbyisme redoutable

Les assureurs-maladie viennent de remporter leur troisième victoire en quelques mois. Après le refus de la caisse unique par le peuple et l’affaiblissement de la loi sur la surveillance de leurs activités par le parlement, ils ont convaincu les députés du Conseil des Etats de refuser d’entrer en matière sur la séparation de l’assurance obligatoire des soins et de l’assurance complémentaire. Une gifle pour le Conseil fédéral qui soutenait l’idée défendue par Alain Berset.

Ce projet visait à séparer complètement les deux domaines de façon à empêcher tout échange d’information sur la santé d’un assuré qui pourrait le pénaliser. Une nécessité en raison notamment des lacunes de la loi sur la surveillance. Parmi celles-ci figure l’absence de contrôle des assureurs organisés sous forme de holding.

La décision du Conseil des Etats n’est pas surprenante. Elle montre une nouvelle fois la capacité du lobby des caisses-maladie à casser tout mécanisme qui cherche à protéger davantage les assurés. Actifs au sein de différents assureurs, les démocrates-chrétiens Urs Schwaller et Konrad Graber, les démocrates du centre Alex Kuprecht et Roland Eberle ainsi que le libéral-radical Felix Gutzwiller figurent parmi les parlementaires qui comptent sous la Coupole fédérale. Ils peuvent ainsi plus facilement réunir des majorités pour enterrer tout projet qui déplaît aux caisses-maladie. Au Parlement, leur lobby est redoutable d’efficacité!

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."