Veillet Thomas

FONDATEUR INVESTIR.CH

Thomas Veillet, 45 ans et des poussières, plus de vingt ans dans des salles de trading, blogueur, trader, râleur et plein d’autres choses. Thomas a passé pas mal de temps dans les grandes banques de la place, a été un banquier conforme avant de passer au non-conformisme. La création du «Morningbull» aura été le début d’un changement de direction vers plus d’indépendance. Aujourd’hui, il essaie de vulgariser le monde de la finance et de le raconter avec un angle décalé, histoire de prouver que ça peut aussi être drôle. Il y a bientôt deux ans, il a co-fondé le site Investir.ch, qui s'est rapidement imposé comme un des sites financiers romands - un site qui parle de finance sans détour, sans artifice et qui a une forte tendance à penser "outside the box" quand tout le monde est inside...

Ça valait VRAIMENT la peine d’attendre

Vendredi passé, il y avait UNE chose qui nous intéressait, c’était les chiffres de l’emploi, un point c’est tout. Avec ces chiffres, la pensée commune des marchés pensait pouvoir décider une fois pour toutes quand est-ce que la FED monterait les taux, ou si même la FED monterait les taux.

C’est encore raté, parce que l’on oublie tout le temps que, chiffres ou pas chiffres, bons ou pas bons, Yellen et ses amis n’ont jamais utilisé la publication d’un chiffre économique pour nous lancer un communiqué de presse du genre :

« Au vu des derniers chiffres publiés par le Gouvernement, la patronne de la FED a donc pris la décision de monter les taux le 12 octobre à 9h30 du matin et ce, de 0.25%. Au vu des dernières données, il semble plus qu’évident que l’économie ne ralentit pas, et afin d’éviter tout risque d’inflation, la FED prend des mesures strictes. Cette hausse ne sera probablement pas suivie par d’autres, étant donné que les chiffres de l’emploi sont pipés et qu’ils seront corrigés encore trois fois d’ici le mois d’octobre. En attendant le 12 octobre, la FED et ses Présidents, encouragent les traders et autres investisseurs à conserver l’effet surprise et à faire comme s’ils ne savaient pas. Merci à tous pour votre compréhension. Amicalement,

Votre FED adorée »

Ce qui fait que l’on a simplement mis les éléments bout à bout, et l’on se rend compte – après un week-end  de réflexion – qu’au vu de l’économie (et en supposant que les chiffres sont exacts), la FED n’a pas d’autre choix que de monter les taux. La  seule chose – selon les experts – qui pourrait empêcher la FED d’agir, est un ralentissement excessif et confirmé de la Chine. Ce qui fait qu’il reste tout de même un peu de suspens.

Pour ceux qui ont raté la publication, grosso modo, tout était conforme aux attentes. On a créé 215'000 nouveaux emplois de neurochirurgiens, de docteurs en physique et de plongeurs dans les restaurants (la répartition n’est pas précisée) et le taux de chômage se maintient à 5.3%.

En Allemagne, ce ne sont pas les chiffres de l’emploi qui ont obsédé le marché, mais la production industrielle germanique, inférieure aux attentes et en terrain négatif.

En conclusion de la journée de vendredi, le marché européen termine en baisse à cause des Allemands. Et aux USA, on recule à cause du fait que, cette fois, c’est sûr (ou presque) que les taux vont monter (normalement) si tout va bien ou mal, c’est selon.

Le plus gros « souci » qui ressort de la journée de vendredi, c’est le Dow Jones qui recule pour la septième journée consécutive et qui n’avait plus jamais été aussi déprimé depuis l’épisode du plafond de la dette américaine en 2011.

Et ça, ça inquiète les gens. 

Ce matin vous trouverez donc quelques idées de génie dans les médias. On conseille – suite aux chiffres, de réallouer vos portefeuilles avec plus de participations à l’obligataire vu que l’on reste extrêmement binaire. Si les actions ne peuvent plus monter, il ne reste plus que l’obligataire qui ne fait rien non plus. 

L’or semble générer un peu d’intérêt depuis vendredi. Visiblement, le fait qu’il ne parvienne pas à faire céder son support des 1080 rassure les investisseurs qui se disent que tout ce qui ne baisse plus ne peut que remonter. Et ce matin, l’or est à 1094$.

Le pétrole, quant à lui, a toujours une fuite au baril et continue de baisser, les arguments sont toujours et encore les mêmes que ces derniers jours (Iran, Chine, dépression nerveuse). Ce matin, le baril est à 43.61$ et il semble ne plus vouloir s’arrêter de baisser. Lentement mais sûrement.

Ce matin en Asie, la Chine prend les affaires en mains et monte de 3.2% - juste au moment où l’on commençait à se dire que tout était foutu en Chine, alors que les rapports sur le ralentissement économique local sont de plus en plus affolants. Hong Kong baisse de 0.3% et le Nikkei est en hausse de 0.11% après avoir commencé la séance dans le rouge. On notera également qu’en Chine l’inflation pour juillet est en hausse de 1.6% et les exportations chinoises sont en baisse de 8.3% - les chiffres ont été publiés ce dimanche.

Dans les nouvelles du jour, on apprend que la Grèce et l’Europe sont à bout touchant de finaliser l’accord qui permettra à la Grèce de mettre la main sur 86 milliards d’Euros. Car pour ceux qui l’avait oublié, le cas de la Grèce n’est pas encore totalement réglé, même si les articles concernant Athènes, sont relégués juste après les pages sportives dans l’édition du week-end.

Au Portugal, le FMI met le Gouvernement en garde par rapport à la sustainabilité de sa dette – et ce, malgré les bons chiffres du chômage, qui sont tombés au plus bas depuis 5 ans. Le FMI, c’est l’organisme qui a toujours un truc à dire, même quand on ne lui demande rien. Il faut bien justifier son existence et ses salaires de ministres.

La police espagnole aurait tenté d’envahir Gibraltar, c’est en tous les cas des Britanniques outragés qui s’en plaignent. Le Barron’s pense que le sentiment envers les commodities est tellement négatif qu’il est carrément très proche de la capitulation. En partant de cet état de fait, ils pensent qu’il serait temps d’investir à nouveau dans le secteur. Le journal aime aussi Hertz et ils reviennent également sur les 7 séances de baisse consécutives du Dow Jones.

Les banques européennes affichent des profits au plus haut depuis 2011. Les 10 premières/plus grandes ramassent 11.4 milliards d’euros rien qu’au second trimestre 2015. 

Côté chiffres économiques, nous aurons le Sentix Investor Confidence en Europe, Lockhart et Fisher de la FED qui parleront. Il y aura également le Fed Labor Market Conditions. Les publications trimestrielles entrent dans leur phase finale de publication, le volume se réduit et les noms qui sont susceptibles de faire bouger le marché ont notablement/ou pas, déjà fait leur office.

Ce matin les futures sont franchement dans le vert, en hausse de près de 0.3%, l’Euro/$ est à 1.0970, le yen vaut 124.38, le Bitcoin s’échange à 261$ et le rendement du 10 ans américain s’affiche à 2.18%. L’Euro/Suisse est à 1.0780, à vous dégoûter de faire les courses en France.

Voilà, c’est lundi. Il me reste à vous souhaiter un bon début de semaine, on se revoit demain, excellente journée et bon café !

Thomas Veillet

Investir.ch                           

“I have never taken any exercise except sleeping and resting.”

Mark Twain

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."