Khalfi Malik

CEO @ BE-CASH | WWW.BE-CASH.CH | SPEAKER @ M3K | WWW.M3K.CH

Après 8 années passées dans le domaine financier, Malik crée successivement plusieurs sociétés, dont la 1re franchise « adidas Originals » en Suisse. Depuis 2012, il conseille les entrepreneurs et les dirigeants d'entreprises, et intervient lors de conférences sur la thématique de l'entrepreneuriat www.m3k.ch

En 2013, il cofonde Be-Cash, dont il est le CEO, et vient révolutionner le marché des terminaux de paiement en proposant des terminaux à la vente dès 99.-. www.be-cash.ch

C'est gratuit, mais à quel prix?

Quelles sont les limites du "gratuit"?

De nos jours, on peut tout apprendre et tout savoir grâce à internet, et en plus, c'est gratuit !

Il suffit d'une connexion à internet pour rapidement se transformer en Thierry Marx et tester quelques unes de ses meilleures recettes de cuisine moléculaire. Ou encore, rénover sa maison est devenu un jeu d'enfants à en croire les célèbres spots publicitaires d'Hornbach, allègrement garnis de « Youpi Youpi Ya Ya ». Pourquoi faire appel à un professionnel alors qu'il est si simple de le faire soi-même et pour une bouchée de pain ?

Dans le monde des PMEs, cette tendance du « fait maison » s'accroit de manière importante, surtout depuis que la chasse aux dépenses est apparue. Résultat des comptes, on charge la secrétaire de s'occuper du site internet de la PME et le cousin du patron, propulsé directeur marketing, à préparer la prochaine campagne de communication. « Si besoin de plus d'information, cherche sur internet, tout y est... » est souvent la solution à tous les problèmes. Youpi Youpi Ya Ya, le bricolage a encore de beaux jours devant lui.

Cela dit, bien qu'en apparence gratuit (la secrétaire est salariée et on paiera la tournée au cousin), les coûts indirects supportés par l'entreprise sont colossaux et dépassent ce qu'aurait coûté l'intervention d'un professionnel. En effet, un site internet approximatif rebutera les clients à prendre contact – écornant l'image de la société au passage - et une campagne marketing imprécise ratera son public cible et n'apportera aucune plus-value à l'entreprise. Voici quelques campagnes marketing "fait maison", à vous d'en juger l'impact.

Au final, « le gratuit » aura coûté un peu d'argent, beaucoup de temps, quelques services à rendre (se souvenir du cousin qui nous a aidé) et des retombées aléatoires, voir désastreuses, et de surcroit impossible à mesurer.

Donc, bien que la tentation soit grande d'internaliser un maximum de services, et bien que ça n'ait pas l'air si « sorcier » de s'en occuper soi-même, certaines tâches sont en réalité de vrais métiers, dont les pratiques et les codes évoluent à vitesse grand V. A cela d'ajouter, il est fréquent que le "fait maison" devienne vite obsolète et inutilisable en cas de développement. Du coup, il faut tout recommencer à zéro, et le "gratuit" initial se transforme en un gouffre financier.

Malgré la complexité de l'exercice, je recommande vivement aux dirigeants d'entreprises de soigneusement sonder le marché jusqu'à trouver le professionnel à même de pouvoir répondre à leurs attentes (pour autant que ces dernières aient été définies), permettant à leur entreprise d'accroître leur chiffre d'affaires et de se positionner au plus juste dès le départ.

Faire soi-même les croissants du dimanche c'est possible, mais ils ne seront jamais aussi bons que chez le boulanger, et le temps passé à les faire ne justifie que peu l'économie réalisée (sauf si c'est pour le plaisir bien sûr).

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."