Laurent Bakhtiari

MARKET ANALYST

Laurent Bakhtiari est diplômé d’un Master en Finance d’Audencia Nantes et d’un Master en mathématiques quantitatives d’Imperial College London. Fort d’une expérience de plus de 10 ans en salle des marchés au sein de diverses institutions financières telles que Merrill Lynch, BNP Paribas et Credit Suisse, Laurent livre régulièrement, à destination des médias et des clients, des analyses de marchés ainsi que des analyses macro et microéconomiques.

BNS - FED: le destin de deux banques centrales

Jeudi dernier, deux banques centrales majeures ont dévoilé leurs décisions sur les taux d’intérêts. Et le contraste est flagrant.

D’une part, la BNS n’a pas réservé beaucoup de surprise. Les économistes s’accordaient sur le fait que les bandes hautes et basses allaient rester les mêmes à -1.25% et à -0.5% et que le taux directeur allait se fixer à -0.75%. Et c’est ce qui est arrivé.

Mais, ce sont les commentaires de la BNS qui ont vraiment été intéressants. La banque pense probablement qu’il est encore trop tôt pour modifier ses prévisions de croissance et les a gardées inchangées à 1% pour cette année. Nous pensons que c’est une décision plutôt conservatrice mais juste. En effet, même si les dépôts à vue n’ont que peu varié d’une semaine à l’autre, passant de 463.9 Mds CHF à 464.3 Mds CHF (ce qui implique que la BNS n’est pas intervenue sur le marché des changes), que les ventes au détail et l’indice des prix à la consommation ont très fortement progressé, passant respectivement de -0.9% à -0.1% et de -0.6% à -0.2%, et que l’évolution récente du taux de change EURCHF fournit une bouffée d’air frais à l’économie, il serait prématuré d’en déduire quoique ce soit.

Surtout que le problème de l’inflation est loin d’être résolu. En effet, même si l'indice des prix à la consommation s’améliore, il reste toujours négatif. Plusieurs facteurs connus jouent contre une hausse et ne semblent pas s’améliorer à court-terme : la chute des prix du pétrole, la faiblesse de la demande asiatique etc… Cela pose un grave problème car, sans inflation, pas de hausse de taux d’intérêt. Mais il est tout de même intéressant de voir que les choses s’améliorent pour l’économie helvétique et nous pensons que la hausse du taux EURCHF n’est pas terminée. Un retour à 1.20 d’ici à l’année prochaine n’est pas à exclure. Rappelons ici que ceci constitue un niveau acceptable pour la BNS.

D’un autre côté, la FED a fourni une décision bien moins attendue aux marchés. En effet, les économistes étaient parfaitement divisés sur une hausse des taux en septembre mais s’accordent sur le fait qu’ils devraient augmenter en 2015. Nous étions également de l’avis que la FED devrait attendre un peu plus, avant de procéder à une hausse de taux. En effet, pour le moment, les conditions économiques sont encore trop justes : les salaires n’ont que peu varié, en termes réels, et l’inflation est encore loin des 2% espérés.

En ce qui concerne les salaires, le taux de chômage est très bas (5.1% en août) et la tendance est fortement baissière. Toutefois, ce qui freine cette évolution est la prépondérance des emplois à temps partiels. En effet, ceux-ci donnent une impression faussée de la situation globale.

D’un autre côté, l’inflation est encore et toujours affaiblie par le prix des matières premières et par, justement, le fait que les salaires n’augmentent que très peu (2% sur un an). Ainsi, nous pensons que ces points devraient être réexaminés en décembre, où l’on verra probablement une hausse des taux d’un quart de point. Il faut toutefois rester prudent car une hausse prématurée des taux d’intérêt peut causer de graves troubles économiques et provoquer des turbulences boursières.

Récemment, les cas de l’Union Européenne en 2011 et de la Suède en 2010 font jurisprudence. Ils ont dû baisser leurs taux et mettre en place des programmes d’expansion monétaires extraordinaires. En termes de politique monétaire, la patience a souvent des vertus insoupçonnées. 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."