Bennaim Yves

FONDATEUR DU THINK TANK 2B4CH

Yves Bennaïm est un pionnier du web qui est actif en ligne depuis 1992. Affichant 25 ans d'expérience dans les technologies digitales, le Genevois se profile aussi comme un expert en cryptomonnaies. Il a été chef de la délégation d'experts pour la Suisse au comité ISO de standardisation des technologies blockchain et grands livres distribués. Ce geek de la première heure est encore fondateur du think tank 2B4CH pour la promotion de Bitcoin et de la technologie blockchain en Suisse. A suivre sur Twitter: @ZLOK

Bitcoin maximalisme, ou manque d'objectivité? (1ère partie)

En ces temps de "dégringolade" du cours, c'est peut-être justement le meilleur moment d'expliquer pourquoi les adeptes de la première heure restent très optimistes à long terme quant à Bitcoin, et pourquoi certains le considère toujours à part des autres crypto-biens. Et ce, indépendamment des fluctuations de son prix.

"Bitcoin maximaliste", c'est le terme — péjoratif — pour désigner les enthousiastes (souvent de la première heure mais pas obligatoirement) qui sont investis émotionnellement dans Bitcoin et dénigrent les autres crypto-biens venus ensuite. Dans ce billet et le suivant, j'aimerais mettre un peu la lumière sur quelques points qui méritent d'être partagés et appréciés, pour comprendre que ce n'est pas une question d'arrogance, ni un manque d'ouverture à la modernité. Car Bitcoin est à la base fondamentalement un réseau, un concept de partage et de communauté, donc ouvert à évoluer et se transformer.

Mais il faut garder à l'esprit que Bitcoin a été créé suite à la crise des subprimes de 2008, en réaction à un status quo du système, pour rendre souverains et responsables celles et ceux qui l'adopteraient. Alors forcément, quand on compare un système aussi novateur que la Révolution Industrielle et Internet, à la dernière ICO à la mode, sans passé ni avenir, ça peut faire grincer des dents.

Bitcoin c'est le projet original, à la base de la création du concept de la blockchain, de l'algorithme de consensus, de l'application à la monnaie des théories "cypherpunk" et plus généralement d'Internet et des réseaux "pair-à-pair". Bitcoin, c'est la référence sur laquelle se basent les autres projets crypto, l'étalon de mesure qui fait référence, l'exemple auquel ils se comparent et essaient d'améliorer. Mais c'est aussi et surtout le projet sur lequel le plus de cerveaux se sont penchés, pour l'améliorer et/ou pour essayer de le casser, année après année.

Pour l'instant, aucun autre projet similaire ne peut prétendre avoir atteint le même niveau d'expérience, ni la même taille. Neuf ans d'activité ininterrompue, à l'échelle mondiale, sur un projet pionnier et sans référence antérieure, c'est unique à Bitcoin, et c'est quelque chose à prendre en compte quand un nouveau projet purement théorique s'y compare.

Combien d'entreprises se sont auto-proclamées "Google killer" ou "Facebook killer" ces dernières années? Combien ont réussi à offrir plus qu'un misérable "blip" sur le radar, avant de disparaître ou au mieux se faire racheter? Les talents attirent les talents, l'expérience attire l'expérience, et dans le monde des cryptos ça ne fait pas exception. De plus, lorsque le réseau atteint une certaine masse critique, il devient presque impossible pour un projet de ce type de ne pas agir comme un super-aimant.

C'est un projet open-source auquel participe une équipe de développement hors du commun, jouissant de réputations internationales datant d'avant l'apparition de Bitcoin et de la Blockchain. La qualité de leurs travaux et leurs réputations sont telles, que certains ont même inspiré le fameux livre blanc de Satoshi Nakamoto dès le tout début.

La décentralisation et la distribution de Bitcoin est sans comparaison, de part son historique et ses débuts mouvementés. De part son idéologie forte et unique, sa croissance et sa dissémination sont hors du commun et sans égal chez les autres projets cryptos plus récents. À ses débuts, Bitcoin a été associé à Silk Road, WikiLeaks, et d'autres projets qui lui ont attiré les foudres et la convoitise des plus puissants adversaires possibles. Bitcoin est "antifragile", et a grandi et s'est renforcé de ces expériences. Petit à petit, lentement mais sûrement, son réseau s'est élargi et diversifié.

Alors c'est vrai, je dois admettre que quand je parle de crypto et blockchain, j'ai un peu tendance à pencher du côté de ceux qui rangent proprement Bitcoin dans sa propre catégorie et fourrent toutes les autres cryptos dans un autre tiroir moins bien défini. Pour certains, cette différentiation est ringarde et dépassée, pour d'autres je manque simplement d'objectivité. Il faut savoir que dans ce petit monde relativement jeune, où les choses bougent de plus en plus vite, Bitcoin peut avoir une image un peu obsolète et simpliste comparé à tout ce qui s'est développé récemment autour d'Ethereum, les multitudes de tokens, smart contracts, les ICOs mirobolantes etc.

Dans mon prochain billet, j'aborderai les point négatifs, les "oui mais", parce qu'il est souvent plus facile de médire et semer la confusion plutôt que de participer ou d'innover. Si vous avez des détails en particulier que vous aimeriez voir traités, j'invite comme toujours vos questions et commentaires ci-dessous, ou via twitter @ZLOK.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."