Ladermannsebastiennb

FONDATEUR DES EDITIONS ALPAGA

Editeur, journaliste indépendant et spécialiste en communication, Sébastien Ladermann est passionné de gastronomie et de voitures anciennes notamment. Deux thèmes qui l’inspirent au quotidien dans ses diverses activités, au point de nourrir une intense réflexion sur l’art de (bien) vivre et d'avoir consacré aux plus prestigieux chefs de cuisine lémaniques un ouvrage novateur (Portraits (intimistes) de chefs, paru aux Editions Alpaga) préfacé par F. Girardet, Ph. Rochat et G. Rabaey.

Bilan LUXE - Le dîner idéal // Rouler Vintage, un rêve abordable

Le dîner idéal

Ambitieux programme pour cinq chefs et leurs sommeliers. Bilan Luxe leur a demandé d’imaginer des plats – un seul retenu par établissement – pour constituer notre menu idéal.

Un dîner parfait? Sitôt la question posée, les idées se bousculent dans la tête d’un grand chef, les images fusent. La saison, fil rouge incontournable, dicte la liste des produits au mieux de leur forme.

Parmi celle-ci, chacun fait son «marché», attentif à ses seuls goûts personnels pour les besoins de l’exercice. A la recherche de l’équilibre gustatif qui lui convient, le chef sélectionne les ingrédients, imagine les recettes.

En parallèle, le sommelier cogite. Sans l’habituelle contrainte de progression des accords au sein d’un menu – un seul plat étant retenu au final, sauf pour Thibaut Panas récemment élu «sommelier de l’année» 2014 par le GaultMillau – de nouveaux horizons s’ouvrent.

Il conçoit tout d’abord un accord facile, classique, celui qui (trop) souvent lui est demandé, puis un autre qui éclaire le mets de manière différente.

Au final, un dîner idéal que Bilan Luxe vous propose pour les Fêtes, quitte à bousculer au passage quelques certitudes bien ancrées.

Découvrez la suite de l'article "Le dîner idéal".

Rouler Vintage, un rêve abordable

Si les classiques voitures de collection vous ont longtemps fait rêver, Bilan Luxe vous propose six «fuori classe» à s’offrir sans se ruiner.

Dans la tête de tous les amateurs de chiffres et d’automobiles, il y a des montants qui résonnent sèchement: 35 000 000 de dollars pour la Ferrari 250 GTO de Stirling Moss, 19 600 000 de livres pour la Mercedes W196 de Fangio, 16 400 000 de dollars pour une Ferrari 250 Testa Rossa.

Il faut écrire ces sommes sans les abréger pour tenter de les rendre plus concrètes, sans quoi elles confinent à l’abstrait le plus total. Le luxe dans toute sa démesure, sa folie, avec pourtant sa part de réalisme froid lorsqu’il est gagné par des motivations de pure spéculation comme c’est parfois le cas.

Redescendons sur terre. Oublions les nombres à sept chiffres et plus, pour nous pencher sur quelques belles endormies qui pourraient offrir le plaisir insoupçonné de passer du rêve de jeunesse à la réalité.

Cette sélection – partiale, arbitraire et incomplète – évite volontairement les prétendus incontournables du genre pour s’intéresser de plus près à quelques «pépites» en devenir, des modèles classiques des années 1950 à 1970, pas forcément rares mais passés entre les mailles d’un marché mondial estimé à 55 milliards de dollars.

Un marché de la voiture de collection qui a vu – selon un indice compilé par le Financial Times – ses prix s’envoler de près de 400% en dix ans, faisant passer ceux des œuvres d’art (195%), des grands vins (166%) ou encore des montres de collection (76%) pour des enfants de chœur. De quoi joindre ainsi le futile à l’agréable, sans perdre la raison… ni la confiance de son banquier!

Découvrez la suite de l'article "Rouler Vintage, un rêve abordable".

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."