Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

BERNE/Henry Moore rend une petite visite à Paul Klee

C'est un nom. Avec Alberto Giacometti, il symbolise la sculpture du XXe siècle. Henry Moore (1898-1986) a souvent été exposé en Suisse depuis 1931, année où il présentait quelques pièces dans un accrochage collectif à Zurich. Il a obtenu sa première rétrospective bernoise à la Kunsthalle en 1950. Rappelons que Genève conserve de lui un important bronze (matériau qui semblait au Britannique plus approprié pour le plein air que la pierre) en face du Musée d'art et d'histoire. Une pièce abstraite. L'Anglais a toujours vogué entre une figuration allusive et des courbes sans rapport apparent avec la nature. 

Moore se retrouve aujourd'hui au Zentrum Paul Klee, bien qu'il ne présente guère d'affinités avec le peintre. Thématique plus que chronologique, le parcours est conçu presque en totalité à partir des collections de la Tate Britain, à Londres. L'artiste a toujours entretenu des liens privilégiés avec cette institution. Il faut dire que figurait parmi ses premiers collectionneurs Kenneth Clark. Ce dernier deviendra très jeune directeur de la National Gallery, dont releva longtemps la Tate. Cela n'alla pas sans favoritisme. En 1967, cinquante et un artiste signèrent ainsi une pétition. Ils s’indignaient de la manière dont toutes les attentions allaient à un seul créateur, si doué soit-il.

Un lien privilégié

Toujours est-il que la Tate a beaucoup acheté à celui qui avait su plaire au plus grand nombre, pendant la guerre de 1939-1945, avec ses admirables dessins montrant les Londoniens sous les bombes. Elle en a aussi beaucoup reçu. En 1978, c'était toute un série de bronzes qui entrait dans ses murs. On comprend qu'il suffise de puiser dans l'énorme masse d’œuvres disponibles. Moore a en plus énormément gravé, surtout à la fin de sa carrière. 

La sélection se tient. Elle se voit présentée de manière pour le moins aérée dans l'énorme espace du rez-de-chaussée, sans itinéraire bien précis. Le visiteur peut donc musarder au gré de ses envies, les cimaises supportant les pièces graphiques. Une partie biographique, ainsi qu'une vidéo bien faite complètent en fond de salle la manifestation, qui dure encore quelques jours. Encore une chose que j'aurai commentée juste avant que sonne le gong...

Pratique 

"Henry Moore", Zentrum Paul Klee, jusqu'au 25 mai. Monument im Fruchtland, Berne. Tél.031 359 01 01, site www.zpk.org Ouvert du lundi au dimanche de 10h à 17h. Photo (Tate/Pro Litteris): "Four Pieces Composition" (1934). Une petite pièce, taillée dans la pierre.

Ce texte accompagne celui sur le Zentrum Paul Klee, situé immédiatement plus haut dans la file.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."