Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

BASSANO DEL GRAPPA/Le Museo Civico montre l'envers des tableaux

Crédits: Museo Civico, Bassano 2018

De deux types, l'affiche se retrouve sur tous les murs (ou presque) du Veneto. Elle donne l'impression d'avoir été collée à l'envers. Le texte se devine par conséquent en promenant son œil de droite à gauche. Soyons justes. Il se retrouve aussi dans le bon sens, comme graffité au «marker» par une main anonyme. Sous le mot «Abscondita» figure un bout d'explication. Il y est dit en italien «segreti svelati delle opere d'arte», soit «les secret dévoilés des œuvres d'art.»

Avouez que tout cela demande tout de même des éclaircissements! Je vous parle d'une exposition se déroulant au Museo Civico de Bassano del Grappa. Elle a donc lieu dans une petite ville près de Vicence, connue pour son pont couvert de bois. Une cité de carte postale, que ne hantent pourtant pas les touristes. Il faut dire que Bassano n'abrite que peu de chefs-d’œuvre patentés, avec deux étoiles au «Guide bleu». C'était pourtant à la fin de XVIe siècle le lieu de production de la famille Dal Ponte, dont le plus connu reste Jacopo (1510-1592). Une véritable tribu, au style relativement homogène, que les Vénitiens appelaient les Bassano.

L'invention et l'inventaire 

Des Bassano père, fils ou neveu, il s'en trouve donc en pagaille au Museo Civico. Ce ne sont pourtant pas eux que retourne comme des crêpes Chiara Casarin. La commissaire s'est attaquée à des toiles et à des panneaux sortant des réserves. L'important est en effet ici moins le bon côté que celui restant normalement caché. Pour Chiara, il y a «la face d'invention et celle d'inventaire». Celle qui se montre et celle qui parle. Le revers offre en effet toutes sortes d'indications. Il suffit de se donner la peine de les lire, puis de les interpréter. Tout un travail, que l'on soumet ici à la sagacité du visiteur. 

Qu'y a-t-il donc au dos? D'abord, parfois, un autre tableau. L'auteur a réutilisé une toile antérieure en retournant son support. Une solution plus simple que celle de peindre par dessus un autre sujet, qui finit toujours par transparaître, fantomatique comme un revenant. Le revers peu aussi révéler une esquisse pour une autre œuvre. C'est le cas à Bassano pour un Canova, le grand sculpteur ayant aussi pratiqué la peinture. Il y a là en sépia une ronde de danseuses antiques qui n'auront jamais vu que des murs de leur vie. Elles tiennent ici la vedette pour la première fois.

Une foule d'étiquettes 

Le texte joue aussi son rôle. L'arrière peut contenir la signature de l'artiste ou une date. L'identification d'un personnage. La localisation d'un paysage. De précieuses indications qui risquent de disparaître quand l’œuvre se retrouve, et c'est souvent le cas, rentoilée. C'est à dire doublée. Il a aussi à Bassano deux poème collés. L'un se voit dédié au personnage représenté en portait. L'autre est un sonnet enflammé des années 1930 offert à une inconnue masquée du XVIIIe siècle. Une passion d'outre-tombe. 

L'essentiel reste cependant d'ordre plus technique. Il s'agit d'étiquettes plus ou moins anciennes. L'historique peut ainsi se voir en partie refait. La vie d'avant le don au musée ou l'achat par celui-ci est une chose. La suite des fiches successives d'inventaire en constitue une autre, avec le souvenir des prêts à diverses expositions. Sachez ainsi que le Museo Civico de Bassano del Grappa a procédé à plusieurs grand récolements. Il y celui de 1955 ou celui de 1975, avec des numéros et des lieux d'emplacement fixes dans les réserves. L'observateur note du coup que les avis ont pu changer. Un petit panneau religieux (l'"Incrédulité de saint Thomas") restait d'un «inconnu vénitien du XVIe siècle» en 1966. Il n'avait toujours pas d'auteur défini neuf ans plus tard. Il s'agirait aujourd'hui d'un Andrea Schiavone. Je rappelle que ce grand peintre méconnu a récemment fait l'objet d'une rétrospective au Museo Correr de Venise, dont je vous ai d'ailleurs parlé.

Parquetages 

Voilà. En deux immenses salles, Chiara Casarin a fait le tour de la question. Elle a aussi montré le verso de quelques retables de bois, avec ce que cela suppose de parquetage moderne et de rivets. Des consolidations qui doivent en temps normal rester invisibles aux spectateurs. Le visiteur n'a dès lors plus qu'à parcourir le reste du musée. Côté pile, cette fois. C'est une institution provinciale un peu délaissée, avec ses aménagements vieillis des années 1950. Il y a sans doute là aussi des choses insoupçonnées derrière les surface lisses offertes aux regards (je le mets au pluriel, même s'il y a ici fort peu de monde). 

Vient après la sortie le moment de faire travailler son imagination. De charmantes terrasses sont là pour ça sur la place ajacente. Il suffit de généraliser en pensée. Une exposition comme «Abscondita» pourrait sans doute se voir réalisée dans tous les musées du monde présentant de la peinture non seulement ancienne, mais moderne. On trouverait dans le second cas des annotations d'artistes, des étiquettes de galeries ou des numéros de ventes aux enchères.

Pratique

«Abscondita», Museo Civico, 34, piazza Garibaldi, Bassano del Grappa, jusqu'au 3 septembre. Tél. 0039 0424 51 99 01, site www.museibassano.it Ouvert tous les jours, sauf mardi, de 10h à 19h.

Photo (Museo Civico, Bassano 2018): Le revers du petit panneau vénitien du XVIe siècle, qui est aujourd'hui devenu un Andrea Schiavone.

Prochaine chronique le mardi 21 août. David Wagnières expose ses photos de sport genevois aux Bastions.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."