Jacques Lemoisson Lastone

HEAD GLOBAL MACRO & ALTERNATIVE INVESTMENT CHEZ CBH BANK

Jacques Lemoisson a pris ses fonctions au sein de la Compagnie Bancaire Helvétique depuis septembre 2018. Il a acquis une expérience internationale sur les marchés des actions auprès de la banque d’investissement JP Morgan à Londres et Paris, puis une expertise dans la banque privée et la gestion d’actifs chez Lombard Odier, puis chez Banque Cramer au poste de CIO à Genève. Tout au long de sa carrière, Jacques Lemoisson a développé une expertise en géopolitique, ainsi que dans les Fintech et le Blockchain. Ce banquier est diplômé de l’ESTACA (Ecole d’Ingénieur Aéronautique).

Banque centrale chinoise: la croisée des chemins

Lors d'une conférence à Shanghai, j'ai eu l'opportunité de rencontrer des membres de la PBOC (Banque Centrale Chinoise) et du SAFE (State Administration of Foreign Exchange). Quelques réflexions. 

La Chine est clairement à considérer positivement sur horizon stratégique mais, tactiquement, la volatilité des marchés pourrait offrir des opportunités. Donc patientons encore un peu.

Les commentaires ci-dessous corroborent ce que j'avais écrit en septembre, à savoir une possible dévaluation de 10% environ du Yuan dans un avenir proche.

La Chine risque de surprendre les marchés car :

  • La demande sera le point d’attention vs l’offre, contrairement au dernier plan quinquennial.

  • Il faudra gérer une période de turbulences à court terme pour accroître la force du mouvement de transformation à long terme.

  • Il faut laisser les marchés agir, avec moins d’interférences politiques.

  • Les risques de déflation augmentent plus rapidement que l’action « bénéfique » des baisses de taux qui ne profitent que peu à l’économie réelle.

  • Ce qui laisse la devise comme ultime outil de pilotage. La dévaluation fut l’un des mots les plus employés lors de la conférence.

  • Le mois d’août a été un test et la PBOC a mesuré les besoins en réserve de change pour stabiliser les marchés. Le problème de la fuite des capitaux en cas de dévaluation est un problème tout relatif pour deux raisons :

    • si la FED monte les taux, il y aura de toute façon des fuites de capitaux. 
    • la PBOC a plus de 3.5Tn$ de réserves de change. Ces réserves pourraient fondre de moitié en cas de dévaluation de 10% sans que cela soit un grand problème. Les officiels chinois insistent sur leur volonté de piloter cette dévaluation, mais ils sont conscients que la volatilité des marchés sera importante.

Le nombre de comptes à levier ont de nouveau augmenté sur les actions A et les officiels ne verraient pas d’un mauvais œil un dernier « nettoyage ». Cependant, concernant les actions A, elles sont principalement détenues par des particuliers et non des investisseurs étrangers. Ceci limite les interventions extérieures (short par hedge funds et mutual funds étrangers), surtout depuis « l’anéantissement » cet été du marché des Futures du CSI300 par les autorités. Un hasard?

Pour résumer, si une baisse de taux à court terme de la PBOC est toujours possible, elle pourrait laisser la main aux marchés pour fixer la valeur de la monnaie chinoise avec un pilotage par les réserves de changes. Il faut comprendre que le Yuan est en quelque sorte lié au dollar américain. Le renchérissement du dollar a induit une "revalorisation" du Yuan, surtout vis-à-vis des monnaies asiatiques : +13% depuis mi-2014 avec le WON coréen, +10% vs le Baht thaïlandais, etc... Si vous ajoutez la hausse de 20% à 25% du salaire minium chinois par an depuis 4 ans, vous comprendrez que la Chine pourrait légitimement vouloir arrêter de sponsoriser la reprise US et les économies des pays d'Asie du Sud-Est.

Un retour vers 7 contre USD du RMB est possible à court terme, avec l’impact que vous connaissez sur les pays émergents connectés à la Chine… L’Europe est au deuxième rang, étant donné l’exposition de son économie aux exportations vers cette zone… La techno US serait également touchée mais avec une grande dispersion. Les valeurs technologiques utilisant des composants fabriqués en Chine bénéficieront de la baisse de la monnaie, alors que celles qui ne font que vendre en pâtiront.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."