Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

BÂLE/La Galerie Knoell se place sous le signe de la "Melancholia"

Crédits: Lucas Cranach/Galerie Knoell

C'est une jolie maison au centre de ce qu'il subsiste de vieille ville à Bâle. Une demeure historique en plus, puisqu'il s'agit du logis attribué à Erasme, mort dans la ville en 1536. Ici se trouve depuis 2011 la Galerie Knoell, qui s'est lancée sur un très grand pied. Notons que ce pied est aussi de nez. Dans la cité de l'extra-contemporain, sa direction offre certes des artistes actuels, mais aussi des modernes, voire des maîtres anciens. L'actuel «Melancholia» succède ainsi à un «Into the Blue» regroupant Mondrian, Hodler, Puvis de Chavannes ou le Finlandais Gallen-Kallela. 

Avec la mélancolie, thème qui avait inspiré en 2005 à Jean Clair une énorme exposition au Grand Palais parisien, Knoell brasse encore plus large. Il y a aux murs aussi bien Lucas Cranach (mort en 1553) que Goya, Böcklin, Chirico ou Markus Luperz. Nombreux sont en effet les artistes jugés saturniens. La toile la plus impressionnante constitue néanmoins un accident de l'histoire. Une Madeleine renonçant aux vanité de ce bas monde d'Artemisia Gentileschi, exécutée vers 1618, s'est vue vandalisée pendant la dernière guerre. Un inconnu a emporté la tête, en tailladant l’œuvre. La partie manquante a été remplacée depuis par un simple carré de toile beige. La composition, qui devait rester assez classique, en a pris quelque chose de poignant.

Un lieu largement ouvert 

Il a fallu deux lieux distincts pour présenter l'ensemble des pièces. Le second se trouve à côté de l'Antikenmuseum. Notons que nous sommes ici à Bâle. Pas de sonnette. Pas de digicode. Aucun agent de sécurité à oreillette. Knoell demeure largement ouvert sur la rue, comme l'était la défunte Galerie Beyeler dans la même Bäumleingasse. On vous y reçoit presque en famille.

Pratique

«Melancholia», Galerie Knoell, im Erasmushaus, 18, Bäumleingasse, Bâle, jusqu'au 2 juillet. Tél. 061 692 29 88, site www.galerieknoell.ch Ouvert du mardi au samedi de 10h à 17h. 

Photo (Galerie Knoell): «Melancholia», selon Lucas Cranach.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."