Marjorie Thery

JOURNALISTE À BILAN

Back to the basics

Féminisme «Je n’y comprends plus rien entre tous ces néocourants féministes...» Autour du 8 mars, ce genre de phrase est sorti autant de bouches ourlées de rouge que cernées de barbe. Autant à la machine à café que sur les ondes radio, sous des formulations parfois plus léchées, mais non moins signifiantes. Et inquiétantes. L’explosion de ces courants n’est pas néfaste en soi. Sauf qu’ils brouillent le message. Voire créent des clivages entre les femmes. 

Si l’on souhaite faire évoluer les pratiques à l’échelle d’une société, le discours doit être clair, simple et déterminé. Il ne s’agit pas ici d’être révolutionnaire. Mais d’éviter toute erreur d’interprétation, toute application tiède d’une loi, tout contre-argument subjectif qui s’engouffrerait dans ces brèches sémantiques. La Journée des droits de la femme a ce mérite de rappeler qu’il est avant tout question de droits. Un droit est respecté ou il ne l’est pas. Il n’y a pas de demi-mesure. 

Ces dernières années, les points d’achoppement sont avant tout économiques. Emparons-nous de ces critères objectifs pour faire avancer les droits des femmes. Les inégalités salariales? Cela se mesure. Le nombre de femmes dans un conseil d’administration? Cela se mesure. L’impact de la diversité sur la performance des entreprises? Cela se mesure encore. Contrairement au droit de vote ou à l’avortement, sujets éminemment émotionnels et culturels, nous avons l’avantage de pouvoir documenter et chiffrer toujours plus finement les inégalités entre hommes et femmes. Cela ne résout certes pas le problème instantanément, mais permet au moins d’établir des bases de discussions communes. Et comme le disent les Anglais: «What gets mesured gets managed.»

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."