Colin Xavier

JOURNALISTE

Xavier Colin est journaliste, chercheur associé au GCSP, le centre de politique de sécurité de Genève, fondateur de GEOPOLITIS et ambassadeur de Terre des hommes.

Ayath, Jeannette et Terre des hommes

Elle est heureuse, Jeannette. Elle vient de revenir à la maison. Pas sa maison au Togo, où elle est née il y a trois ans. Pas encore. Après l’opération chirurgicale qu’elle vient de subir aux Hôpitaux universitaires de Genève en raison d’une sévère forme de cardiopathie congénitale, les médecins lui ont prescrit un temps de repos, avant de pouvoir rentrer chez elle embrasser ses parents et son petit frère Marcellin.

Voilà pourquoi elle séjourne en cette fin plutôt grise de novembre dans cette «Maison» de Massongex,  aux côtés d’Ayath, la Nigériane, et Anaelle, la Togolaise. Une maison qui, à vrai dire, ressemble plutôt à une colonie de vacances, toute faite de couleurs, de modernité, de chaleur humaine, de cris d’enfants, de rires. C’est la maison de Terre des hommes Valais, qui accueille tous les ans plus de 200 enfants, avant et après leur hospitalisation en Suisse, dans le cadre d’un programme de soins médicaux baptisé «Voyage vers la vie». 

Ce sont des enfants du Bénin, du Sénégal, du Maroc, du Togo, et d’ailleurs qui, pour la plupart atteints de cardiopathie, sont soignés sur place chaque fois que possible par différentes équipes de cardiologues et chirurgiens venues de Genève, Lausanne et Berne. Sélectionnés en raison de l’urgence ou de la gravité de leur état, d’autres sont transférés dans des hôpitaux suisses, français et espagnols afin d’être opérés et de pouvoir bénéficier des meilleurs traitements possible. 

C’est là un programme d’aide à l’enfance parmi tant d’autres: Terre des hommes est présente dans plus de 30 pays, assure le suivi de près de 2 millions d’enfants. Programmes de soins médicaux, de santé et de protection, de scolarisation et de défense juridique: l’ONG compte 1500 collaborateurs dans le monde et plus de 2000 bénévoles en Suisse! Elle veut pouvoir se prévaloir d’une vision à moyen (2020) et à plus long terme (2030), basée tant sur ses valeurs – courage, respect, ambition et engagement – que sur ses atouts – expertise, transparence et recevabilité. 

Aujourd’hui, les tendances et les réalités géopolitiques sont devenues bien difficiles à intégrer: on doit composer avec une augmentation du nombre et de l’intensité des crises humanitaires, entre catastrophes naturelles, épidémies et conflits. On assiste parallèlement à l’émergence d’un nombre croissant d’Etats fragiles, engendrant migrations, déplacements et exploitation des enfants par le travail. Sans oublier les effets du réchauffement climatique sur la santé des plus petits.

En 2016, on ne peut pas faire semblant d’ignorer qu’il y a de plus en plus d’acteurs nouveaux dans la galaxie humanitaire, alors que, dans le même temps, on enregistre de sérieuses remises en cause des budgets publics liés à l’aide au développement. Enfin, se multiplient chaque jour les nouvelles technologies de l’information qui viennent modifier – spectaculairement et durablement – les modalités d’intervention dans le secteur humanitaire. 

Et la philanthropie? Là encore, les attitudes, les attentes et les modalités changent. Pour Terre des hommes, il existe une obligation de maintenir avec le monde de la philanthropie une relation plus exigeante, plus intense et plus satisfaisante. Le donateur ou le bailleur de fonds de l’ONG sait pouvoir compter sur l’expertise, la réputation et l’efficacité des actions à laquelle il participe. Mais il veut avoir accès, en retour, à de l’information et à des comptes-rendus relatifs à l’action à laquelle il a apporté son soutien. En somme, c’est, plus que jamais, un dialogue qu’il convient d’instaurer entre deux partenaires qui partagent – et c’est heureux – une même vision: celle d’une durable et efficace fidélisation.

Jeannette, Ayath et Anaelle, pour leur part, ont une vision à bien plus court terme: rentrer à la maison, chez elles, vivre et profiter de cette nouvelle vie qui s’offre à elles, non sans avoir adressé à tous ces permanents et bénévoles de Terre des hommes ce qui, en fin de compte, et en guise de remerciement, est le plus beau et le plus émouvant de tous les cadeaux: un grand sourire d’enfant.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."