Aline Isoz

CONSULTANTE EN TRANSFORMATION DIGITALE

Aline Isoz officie en tant qu’experte en transformation numérique auprès des entreprises et institutions romandes et est notamment membre du comité du Cercle suisse des administratrices, experte Vigiswiss (association suisse des data centers) et de conseils consultatifs. Depuis la création de son entreprise Blackswan en 2010, elle intervient régulièrement dans le cadre de conférences ou d’ateliers thématiques auprès de décideurs, d’administrateurs de société et commente également les enjeux liés au numérique dans les médias en tant que consultante, et en tant que chroniqueuse pour le magazine Bilan et le quotidien Le Temps. En 2015, elle a lancé alineisoz.ch, une initiative de coaching et d’accompagnement digital pour les PME romandes.

Parallèlement à ses activités professionnelles, Aline Isoz a mis sur pied une délégation suisse de femmes actives dans le numérique invitée à la Journée de la femme digitale à Paris

Ave, 2013. Morituri te salutant...

Rien de tel, avant d'aborder ce qui fera et ceux qui feront l'année à venir, que de dresser le bilan "socio-virtuel" de l'année écoulée. Mais pas un bilan chiffré, statistiques à l'appui, comptabilisant les "like", les fans, les twittos, les vues et j'en passe pour dresser un podium. Non, ce bilan-là, vous le trouverez ailleurs et il vous montrera au mieux ceux qui ont compris tout seuls, au pire, ceux qui ont eu les moyens de s'offrir les services de gens qui ont compris.

Premièrement, je crois qu'on y arrive: cela fait des années qu'il est de notoriété publique que le contenu est roi, qu'il est l'élément-clé d'une stratégie digitale (autant pour son impact sur le référencement que sur l'engagement des conso-lectoro-internautes) et ça y est, non seulement on le sait, mais on essaie aussi de s'y tenir. Emergence de postes dédiés, spécialisation des métiers, des formations, appel à des professionnels confirmés, on s'éloigne du rédacteur polyvalent et multitalents, censé être au digital ce qu'il est au print: le transcripteur d'un discours corporate n'appelant aucune réponse. Sinon un acte d'achat.

Deuxièmement, et presque logiquement, les marques intègrent désormais que le monologue n'est plus de rigueur, avec les conséquences dramatiques qu'elles imaginent, à savoir: on va parler d'elles... Eh oui, les "gens" vont commenter leurs publications, parler de leurs produits, propager leur expérience, qu'il s'agisse d'éléments positifs ou négatifs, et tout ça, au grand jour! Ceci dit, après un sondage informel, il semblerait que c'était déjà le cas avant, même si l'information circulait moins vite! En 1993 aussi, un mauvais produit mal ou bien marketé finissait pas être un mauvais produit. Il mourait de mort naturelle. Le digital a simplement, par sa diffusion quasi instantanée, développé la peine de mort (ou l'euthanasie) commerciale des produits qui ne tiennent pas leur(s) promesse(s). 

La bonne nouvelle (car oui, il y a aussi des bonnes nouvelles avec le digital)? Une marque cohérente, proposant des services et des produits adaptés au public qu'elle a défini comme sien, orientée autant sur ce qui précède et qui suit la vente, que sur la vente elle-même, et capable d'adapter son langage au(x) média(s) qu'elle a choisis, n'a pas trop de soucis à se faire, avec ou sans monde digital. Pour ce premier bilan et premier billet, je sais par expérience que vous n'aurez pas la patience d'en lire beaucoup plus et vous sers donc directement ma conclusion (à partager ou à fustiger) pour bien débuter 2013:

- Non, il ne faut pas avoir peur du digital, des réseaux sociaux, du ROI, des communautés, des hackers ou de ceux qui, payés ou non, peuvent dire du mal de votre entreprise. La peur paralyse et engendre de mauvaises décisions, parce que basées sur de mauvaises raisons. Aller sur le digital n'est pas ou plus une option, c'est une évidence. Vos consommateurs actuels, futurs et passés y sont et ils se débrouillent très bien sans vous...

Et vous, sans eux, vous l'imaginez comment, cette nouvelle année?

 

 

 

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."