Canalluiginonb Web 0

Journaliste

Licencié en économie (Université de Genève), journaliste indépendant spécialisé en télécommunications, économie et investigation notamment avec des enquêtes sur le blanchiment d’argent et les escroqueries financières, Luigino Canal a été pendant 15 ans le correspondant en Suisse pour le quotidien économique français «Les Echos». Il a collaboré avec de nombreux médias suisses et italiens (Corriere della Sera, l’Espresso). Il se concentre désormais sur les grandes fortunes. Il participe depuis 15 ans à l’élaboration du classement de Bilan des 300 plus riches de Suisse.

Avantages fiscaux: la Belgique et les Bermudes surpassent la Suisse

La Suisse est attaquée de toutes parts. Les forfaits fiscaux qu’elle octroie aux riches étrangers et ses taux d’imposition favorables aux multinationales sont vertement critiqués par l’Union européenne. Le week-end dernier, divers pays membres du G20 ont montré du doigt «le havre fiscal» helvétique. Sous la pression des Etats-Unis, Berne a capitulé et signé avec Washington l’accord FATCA qui, de fait, impose aux banques suisses d’appliquer l’échange automatique d’informations avec le fisc américain. Exit le secret bancaire. Bref,  la Confédération est la cible de toutes les critiques pour sa fiscalité.

Pourtant, une simple lecture de la presse étrangère révèle que d’autres pays offrent, en toute impunité et sans subir les foudres de leurs voisins, des avantages fiscaux bien plus importants que ceux obtenus en Suisse. Les grandes sociétés et les milliardaires de la planète ne manquent pas d’en profiter. Deux exemples parmi bien d’autres.

Dans son numéro de février, le mensuel français Capital révèle qu’une niche fiscale permet aux grands groupes français de transférer des milliards en Belgique et de réaliser de substantielles économies d’impôts. ArcelorMittal, GDF Suez, EDF, Carrefour, Danone... Quasiment toutes les entreprises cotées au CAC 40 profiteraient légalement de cette particularité belge, baptisée «intérêts notionnels». Un système mis en place en 2005 qui incite les entreprises étrangères à délocaliser leurs fonds propres en Belgique où ils seront très peu taxés. Selon la structure mise en place, le taux d’impôts se limite à moins de 10% contre 33,3% en France. Le magazine estime que le fisc français aurait ainsi perdu plus de 2 milliards d’euros d’impôts en deux ans.

Une autre échappatoire fiscale peu connue a été décortiquée par l’agence Bloomberg. Elle concerne des hedge funds américains et passe par les Bermudes. L’agence révèle que des hauts dirigeants du fond Paulson & Co, créé par le milliardaire John Paulson, ont versé 450 millions de dollars en avril 2012 à Pacre Ltd, une société de réassurance qu’ils ont fondé dans cet archipel. Deux mois plus tard, Pacre Ltd investissait cet argent dans les fonds de Paulson. Un aller-retour exprès qui permet aux financiers de réduire l’impôt sur le revenu et de repousser, quasiment indéfiniment, son paiement. Bloomberg mentionne plusieurs hedge funds qui utilisent cette astuce. Et pendant ce temps là, la Suisse va à Canossa et Berne multiplie les concessions fiscales !

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."