Aline Isoz

CONSULTANTE EN TRANSFORMATION DIGITALE

Aline Isoz officie en tant qu’experte en transformation numérique auprès des entreprises et institutions romandes et est notamment membre du comité du Cercle suisse des administratrices, experte Vigiswiss (association suisse des data centers) et de conseils consultatifs. Depuis la création de son entreprise Blackswan en 2010, elle intervient régulièrement dans le cadre de conférences ou d’ateliers thématiques auprès de décideurs, d’administrateurs de société et commente également les enjeux liés au numérique dans les médias en tant que consultante, et en tant que chroniqueuse pour le magazine Bilan et le quotidien Le Temps. En 2015, elle a lancé alineisoz.ch, une initiative de coaching et d’accompagnement digital pour les PME romandes.

Parallèlement à ses activités professionnelles, Aline Isoz a mis sur pied une délégation suisse de femmes actives dans le numérique invitée à la Journée de la femme digitale à Paris

Aut agere aut mori.*

Quel est le risque ? Désormais et en toute chose, la question qui suit une proposition, une initiative, une possibilité, une opportunité est : quel est le risque ? Question très logique au vu de notre propension à assurer nos arrières au moyen de filets de sécurité en tous genres : assurance-vie, 2ème pilier, 3ème pilier, investissement dans la pierre, enfants, rendez-vous annuel chez le dentiste, mammographie régulière, séances de sport fréquentes mais pas trop, paramètres de confidentialité, contrôle parental, verrouillage à distance, relations à distance, etc.

Voilà pourquoi notre époque bénie voit notamment l’avènement de jeunes couples s’installant ensemble mais conservant chacun leur appartement en sous-location « au cas où » ; celui des jeunes parents déterminant à la naissance des enfants le montant des futures pensions; celui des assessments destinés à minimiser les conséquences du manque d’intuitions des employeurs ; celui des KPI’s favorisant le non relâchement des employés ; celui des réseaux sociaux garantissant que les marques, employeurs ou non, respectent un minimum les valeurs qu’elles promeuvent, etc.

Ainsi, par l’ultra conscientisation de la fragilité des rapports qui nous unissent, des liens entre nos comportements et le système qu’ils génèrent, du rôle que nous avons à jouer et, au final, de notre responsabilité en tant qu’employé, collègue, parent, ami, nous tendons à limiter les prises de risque. Car qui dit risque, dit possibilité d’échec et donc responsabilité. Or, diluée dans la masse des collaborateurs, des consommateurs ou des internautes, notre responsabilité individuelle nous paraît de plus en plus intangible…

Dès lors, le nombre d’échelons hiérarchiques augmente en entreprise en même temps que diminue le nombre de décisionnaires, ceci afin de garantir l’intraçabilité d’une éventuelle mauvaise décision et diminuer le risque de faire ses cartons sans préavis. Sage ? Tout dépend de l’objectif que l’on vise.

Pour ma part, et ceux qui ont pris l’habitude de me lire ne seront pas surpris, j’ai toujours été persuadée que le vrai risque était de ne pas en prendre. Qu’à disposer d’un plan B, on ne s’investissait jamais complètement dans le plan A et que c’était bien là le risque : ne pas mettre toutes les chances que ça marche de son côté. Bien sûr, le fait que je sois une simple artisane du blog et une consultante me donne relativement peu de crédibilité dans la défense de la prise de risque... On n'écoute que les vrais influenceurs, pas ceux qui prétendent en être.

Mais il y a ce type, vous savez, celui qui a des cheveux bouclés, celui qui transpirait en parlant en public à ses débuts et qu’on a adoré ou détesté dans « The Social Network ». Lui, il a dit ça : «Le plus grand risque est de ne pas en prendre… Dans un monde qui change de plus en plus vite, la seule stratégie qui garantit l’échec est celle qui consiste à ne pas prendre de risque. » Et lui, contrairement à moi, on ne peut pas lui reprocher de faire de grand discours sans avoir généré beaucoup d’argent : il est devenu multimillionnaire en monétisant les données de ceux qui, tous les jours, ont tellement peur de prendre des risques…

 

*Agir ou mourir

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."