Aurore Bui

FONDATRICE DE SOFTWEB

Aurore Bui est la créatrice et la directrice de Softweb, une entreprise sociale dont le but est de favoriser la réalisation de projets sociaux, et qui conseille les ONGs et entreprises sur l'évaluation de leur stratégie et la mise en place de nouveaux programmes. Elle est formatrice et intervient dans des conférences sur le thème de l'innovation sociale, la responsabilité sociale des entreprises et l'autonomisation économique des femmes. Aurore a 15 années d’expérience dans le conseil stratégique, la gestion de projets informatiques et le management des organisations à but non lucratif. Elle possède un diplôme d’ingénieurs d’une grande école française, un master du Kings’ College London et un MBA en gestion des Organisations Internationales (IOMBA) de l’Université de Genève. Elle est membre du comité suisse de l'ONU Femmes.

Une encyclopédie vidéo pour démocratiser le savoir?

WikiStage Geneva Innovation est basée sur le concept WikiStage. Elle consiste à filmer des contenus de qualité proposés par un vivier d’experts locaux, dans un format vidéo de 3 ou 6 minutes. Cette encyclopédie vidéo accessible au plus grand nombre permet à tous d’enrichir et de partager sa connaissance.


Dimanche 31 Mai 2015 a eu lieu la première édition de WikiStage Geneva Innovation. Basée sur le concept WikiStage en plein boom, elle consiste à filmer des contenus de qualité proposés par un vivier d’experts locaux, dans un format vidéo de 3 ou 6 minutes. Cette encyclopédie vidéo accessible au plus grand nombre permet à tous d’enrichir et de partager sa connaissance.

Johannes Bittel, concepteur du projet, était présent à Genève pour le lancement. Il a échangé avec une vingtaine d’experts de différents domaines sur le but de cette plateforme et comment elle peut amener à redéfinir l’éducation et l’engagement citoyen.

« Tout a commencé lorsque j'étais étudiant. Je cherchais sur Wikipedia et sur Youtube des explications courtes et intéressantes de sujets qui m’intéressaient. Je me suis rendu compte que cela n’existait pas.

Les conférences quant à elles ne sont pas toujours filmées, et quand elles le sont, pour les formats des vidéos ne sont pas toujours adaptés à une prise rapide de connaissance. Les vidéos sont trop longues, et les auditeurs perdent l’intérêt au début, avec des introductions à rallonge ».

Sur la base de ce constat est née WikiStage, une structure à but non lucratif qui de manière similaire à Wikipedia pour le contenu texte, permet de partager facilement son savoir et sa connaissance, sous format vidéo.

« Nous nous situons dans la même mouvance que les TED Talks, qui visent également à diffuser à travers des vidéos des idées qui ‘valent le coup d’être partagées’, selon leur slogan. Ces conférences font appel à des intervenants très connus, et sur un format percutant.

Par contre, nous avons un format beaucoup plus accessible et collaboratif. Nous souhaitons permettre à des personnes qui ont un savoir unique de le partager, selon une logique 'many to many' : beaucoup de personnes peuvent partager leur connaissance, et beaucoup peuvent le recevoir. » 

Un accès au savoir différent pour les personnes en situation de handicap

Pour les personnes en situation de handicap, la plateforme WikiStage est l’opportunité d’accéder à de nouveaux contenus. « La vidéo est un média riche. Parfois ce n’est pas juste le message en soi qui compte, mais c’est aussi : qui le dit, comment c’est illustré, comment les émotions passent à travers le regard et les sons ». Les personnes aveugles peuvent écouter des contributions, les personnes sourdes quant à elles peuvent voir la posture de l’intervenant, et l’affichage des sous-titres.

Vers une démocratie plus participative ?

Au-delà de la simple mise à disposition d’un outil technique, le projet WikiStage ambitionne sur le long terme une transformation de notre société, pour qu’il devienne normal de partager sa connaissance sur des sujets d’importance, via une vidéo.

« Nous souhaitons créer une habitude de citoyenneté où chacun ait une voix dans notre société. Il n’y a pas que la connaissance pure qui est partagée sur une telle plateforme mais aussi l’idée que tout le monde a une voix dans nos débats publics. Que ce soit pour des débats sur la peine de mort, pour ou contre l’énergie nucléaire ou concernant la crise en Ukraine, un site qui regroupe les différentes contributions, les différentes opinions, autour de « tags » permet de trouver spécifiquement les contributions qui nous intéressent sur un sujet donné, et ainsi se forger sa propre opinion. Des médias comme la télévision ne sont pas forcément adaptés à ce types de recherche, et on y entend souvent les mêmes personnes, ceux qui ont déjà la parole dans les médias. Avec Internet et des outils participatifs, nous pouvons créer une telle société. »

Vers un autre projet éducatif ? Profiter et valoriser les expertises

WikiStage est constitué en tant qu’organisation à but non lucratif, mais a développé des prestations à destination des entreprises ou des universités pour financer son fonctionnement. « Les WikiTalks sont un format complémentaire par rapport à des Moocs ou des université, où un grand professeur partage un savoir. Nous organisons le coaching des intervenants , l’enregistrement et le montage vidéo et nous assurons que le partage et de le référencement se font de manière optimale. Pour les organisations, c’est un media de communication, cela leur permet de se positionner comme expert dans leur domaine, comme un « thought leader ». « Dans le domaine éducatif, les WikiTalks ont vocation à nous faire tous devenir des « professeurs  en partageant nos expériences uniques, nos savoirs et nos compétences.

Et en Suisse ?

L’équipe qui a lancé le programme à Genève (dont Yves Zieba et Christian Bittel, frère du créateur de la plateforme) pense que c’est un lieu spécial pour organiser ce type d’évènements de partage de savoir : « Genève est un endroit unique pour un projet tel que WikiStage. Nous avons à la fois des talents suisses incroyables, des entreprises innovantes, mais également une communauté d'expatriés et d'orateurs, porteurs de messages forts et inspirants; grâce notamment aux entreprises multinationales, aux organisations internationales et au tissu associatif genevois vibrant. Lorsque nous recrutons et sélectionnons les orateurs et oratrices pour mettre en place notre programmation, nous avons une qualité de sujets, une variété de parcours et de destin des individus, et une multitude d'idées nouvelles à partager. Tout cela contribue à la diversité et à la pertinence des messages. »

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."