Aurore Bui

FONDATRICE DE SOFTWEB

Aurore Bui est la créatrice et la directrice de Softweb, une entreprise sociale dont le but est de favoriser la réalisation de projets sociaux, et qui conseille les ONGs et entreprises sur l'évaluation de leur stratégie et la mise en place de nouveaux programmes. Elle est formatrice et intervient dans des conférences sur le thème de l'innovation sociale, la responsabilité sociale des entreprises et l'autonomisation économique des femmes. Aurore a 15 années d’expérience dans le conseil stratégique, la gestion de projets informatiques et le management des organisations à but non lucratif. Elle possède un diplôme d’ingénieurs d’une grande école française, un master du Kings’ College London et un MBA en gestion des Organisations Internationales (IOMBA) de l’Université de Genève. Elle est membre du comité suisse de l'ONU Femmes.

Tiers-lieux: des espaces pour la co-construction de nouvelles solutions

De nouveaux espaces virtuels ou physiques tels que les fablabs ou les espaces de coworking permettent de favoriser l’innovation sociale en créant de nouvelles connections entre différents acteurs et en favorisant le travail collaboratif.

De nouveaux espaces virtuels ou physiques tels que les fablabs ou les espaces de coworking permettent de favoriser l’innovation sociale en créant de nouvelles connections entre différents acteurs et en favorisant le travail collaboratif.

Emilie Vez et Antoine Burret sont cofondateurs de l’association suisse des Tiers-Lieux[1] dont la mission est de contribuer aux dynamiques d’innovation durable et à la résolution de problèmes d’intérêt public par la création d’un patrimoine informationnel commun. Ils répondent à nos questions sur l’entrepreneuriat social et le rôle des tiers-lieux dans la construction de partenariats innovants.

Q: Quel est le potentiel d’innovation des tiers-lieux ?

Les Tiers-Lieux sont des espaces publics libres et ouverts favorisant les rencontres professionnelles entre des personnes qui ne sont pas forcément destinées à se croiser : entrepreneurs, citoyens, étudiants, chercheurs, etc. Chaque Tiers-Lieu a sa particularité puisqu’il s’adapte à son environnement: il répond aux besoins spécifiques du territoire qui le crée et de la communauté qui l’utilise. Les espaces de coworking[2], les hackerspaces[3] ou les fablabs[4] par exemple sont des Tiers-Lieux. 

Depuis plusieurs années, nous observons de nombreux espaces de ce type en Suisse et à l’international : nous sommes convaincus du potentiel des systèmes de collaboration qui prennent forme en ces lieux, qui permettent de réunir des compétences variées pour innover et créer de nouveaux services ou produits d’utilité publique.

Q: Et plus spécifiquement: quel intérêt les entrepreneurs et entreprises portent-ils à ces espaces ?

Les Tiers-Lieux offrent un accès privilégié à un paysage entrepreneurial inédit. La confrontation avec la communauté (de pair-à-pair) permet un retour rapide sur son projet, et l’entrepreneur peut également apprendre à travailler avec les nouveaux mécanismes de création et de production : prototypage 3D, open source, financement contributif, consommation collaborative, licence libre, etc. Les Tiers-Lieux offrent un accès direct à tout cet environnement qui favorise l’intelligence collective et l’innovation.

L’impact potentiel sur les projets développés est aussi très important. Grâce au travail des animateurs sur la documentation en libre accès et grâce aux méthodes de travail collaborative, une somme importante de savoir est disponible pour les porteurs de projet, ce qui leur permet de se focaliser sur la construction de nouveaux produits ou services. 

A plus grande échelle, de nombreuses entreprises utilisent aujourd’hui les Tiers-Lieux. Soit comme un environnement créatif, soit comme une externalisation de leur département R&D. A l’instar de Renault ou de Leroy Merlin, qui expérimentent des FabLab, en laissant à disposition des machines à leur personnel ou aux clients.

Q: Vous créez une association pour fédérer les initiatives dans ce domaine. Pourquoi ?

En animant un réseau des Tiers-Lieux présents en Suisse, nous souhaitons faire travailler ensemble le plus grand nombre d’acteurs. L’enjeu est de diffuser les meilleures pratiques pour résoudre ces problèmes et de favoriser leur viabilité économique et conceptuelle.  

C’est aussi une manière de faire connaître ces espaces et leurs acteurs car ils ont un potentiel d’innovation très élevé. Les Tiers-Lieux sont une innovation sociale à part entière. Ils s'appuient sur les mécanismes d’organisation et de travail collaboratif qui se sont développés avec Internet, et forment en ce sens une dynamique entrepreneuriale qui se veut durable et responsable.

Q: Comment faire en sorte que de telles initiatives soient financées de manière pérenne?

C’est un des objectifs phare de notre association. C’est sur cette question que réside le véritable enjeu des Tiers-Lieux : comment ces espaces créent de la valeur? comment les communautés et le partage de savoirs peuvent former un modèle économique viable?  

Nous travaillons actuellement avec plusieurs acteurs de l’innovation de modèle d’affaires[5], notamment Movilab, Without Model et GreenSpire, mais également la Free IT Fondation et Think Services dans le but de permettre à ces initiatives d’être autonomes via l’autofinancement.

Les modèles développés dans l’économie du libre et dans l’économie collaborative proposent des solutions très inspirantes. Étant donné l’importance qu’a pris le numérique dans notre société, il est essentiel de bien comprendre les mécanismes de gouvernance propres à internet afin d’en faire bénéficier l’entrepreneuriat. C’est pourquoi nous travaillons beaucoup sur le développement contributif, c’est à dire la création de biens communs et la production de pairs à pairs.

Q: Si vous aviez une baguette magique, que voudriez-vous voir arriver à Genève?
Genève possède la dimension, les ressources, les infrastructures et le rayonnement qui lui permettrait  de devenir un exemple de développement d’un territoire sur le modèle contributif. Pour l’instant nous souhaitons simplement une prise de conscience généralisée des enjeux du numérique dans le développement du territoire et pas uniquement sur l’aspect économique. Les Tiers-Lieux ont un rôle majeur à jouer en donnant accès au plus grand nombre aux nouvelles façons de partager, de créer et de vivre ensemble.



[1] Pour en savoir plus et vous impliquer, vous pouvez découvrir le projet sur le site http://imaginationforpeople.org/fr/project/reseau-suisse-des-tiers-lieux/ 

[2] Coworking : Espaces de travail partagés avec mutualisation des services et évènements

[3] Hackerspace : laboratoires communautaires ouverts où des gens avec un intérêt commun (souvent autour de l'informatique, de la technologie, des sciences, des arts...) peuvent partager ressources et savoir

[4] Fablab : lieu ouvert à tous où sont mis à disposition du public des outils pour la conception et la réalisation d'objets tels que des machines-outils pilotées par ordinateur

[5] Business model. Voir notamment l’outil Business Model Generation (http://www.businessmodelgeneration.com) développé par une équipe de l’université de Genève

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."