Aurore Bui

FONDATRICE DE SOFTWEB

Aurore Bui est la créatrice et la directrice de Softweb, une entreprise sociale dont le but est de favoriser la réalisation de projets sociaux, et qui conseille les ONGs et entreprises sur l'évaluation de leur stratégie et la mise en place de nouveaux programmes. Elle est formatrice et intervient dans des conférences sur le thème de l'innovation sociale, la responsabilité sociale des entreprises et l'autonomisation économique des femmes. Aurore a 15 années d’expérience dans le conseil stratégique, la gestion de projets informatiques et le management des organisations à but non lucratif. Elle possède un diplôme d’ingénieurs d’une grande école française, un master du Kings’ College London et un MBA en gestion des Organisations Internationales (IOMBA) de l’Université de Genève. Elle est membre du comité suisse de l'ONU Femmes.

L’innovation sociale au sein d’une PME – comment inventer le travail de demain ?

Les PMEs se doivent d’innover pour se développer de manière pérenne. On le sait concernant l’innovation technologique ou l’innovation de produits ou services. On l’oublie ou l’occulte parfois concernant l’innovation sociale.

Les PMEs se doivent d’innover pour se développer de manière pérenne. On le sait concernant l’innovation technologique ou l’innovation de produits ou services. On l’oublie ou l’occulte parfois concernant l’innovation sociale.

Codalis est une entreprise genevoise experte en infrastructures IT, cloud et solutions de mobilité. Depuis Mars 2017, elle possède le label B-Corp, une certification pour les entreprises qui veillent à avoir un impact positif pour la société, devenant même la 1ère société de services informatiques en Suisse à se certifier. A l’international, des entreprises comme Patagonia, Fairphone et Nature & Découvertes se sont engagées dans cette démarche.

Nous avons interrogé son créateur Cédric Juillerat ainsi que Marie-Laure Guinard sur les raisons de cette démarche et leur vision de l’engagement sociétal à l’heure de la 4ème révolution industrielle. 

Fondée il y a plus de 10 ans, Codalis s’inscrit dans une dynamique d’amélioration continue pour s’adapter aux changements technologiques, mais aussi aux évolutions du monde des affaires.

C’est assez naturellement que la certification B-Corp est venue formaliser et couronner les initiatives prises depuis quelques années dans le domaine de l’environnement, du développement, de l’implication des collaborateurs et du soutien à l’écosystème entrepreneurial et associatif. L’intention ? faire ainsi partie d’un mouvement mondial des entreprises œuvrant pour un monde des affaires équitable et durable.

Comment votre réflexion sur l'engagement sociétal a-t-elle émergée?

L’environnement a toujours fait partie de nos préoccupations et nous faisons le nécessaire pour réduire au maximum notre empreinte carbone.  Depuis 5 ans maintenant, nous compensons nos émissions de Co2 à travers la fondation MyClimate. Nous avons également en interne une vraie politique de tri et favorisons la mobilité douce dans nos déplacements (transports en commun, vélos électriques…).

Concernant nos collaborateurs, nous attendons le meilleur d’eux-mêmes. En contrepartie, nous tenons à leur offrir le meilleur environnement de travail possible. Il est primordial que nos collaborateurs puissent se sentir eux-mêmes et nous leur permettons de s’impliquer dans des projets qui font sens pour eux.

L’ensemble de ses actions se sont mises en place progressivement. Les premières années, il était important de viabiliser la société et de la structurer afin qu’elle se développe sur le long terme. C’est ensuite que la question du sens est apparue. Nous nous sommes demandés quelle était notre mission et notre but. Nous souhaitions créer un modèle d’entreprise qui soit porteur de sens.

« Aujourd’hui, quand je parle avec passion de nos engagements, certaines personnes ne comprennent pas notre démarche. Je pense que d’ici quelques années ces mêmes personnes s'y intéresseront.»

Par rapport à la transition sociétale et à la révolution numérique, quels sont les enjeux pour votre société, comment les pratiques que vous avez aujourd'hui, vont-elles évoluer dans 5-10 ans ?

Nous devons en permanence être en mode Agile car les technologies sur lesquelles nous travaillons sont en constante évolution. Nous avons conscience que nos activités n’existeront probablement plus dans quelques années et que le modèle économique sera complètement différent.

C’est pourquoi nous devons chaque jour innover et nous réinventer. La capacité de remise en question fait partie de notre ADN. C’est dans cette optique que nous avons créé en interne un lab innovation.

Comment les collaborateurs ressentent-ils cet engagement et votre mode de fonctionnement?

Nous travaillons sur la base d’un modèle collaboratif, nos collaborateurs sont impliqués et force de propositions. Nous n’hésitons pas à solliciter leurs avis, notre mission et nos valeurs ont d’ailleurs été définis avec eux.

En début d’année, nous avons traité au sein d’un groupe de travail « Coda’loop » le sujet de la flexibilité au travail. Ce groupe composé d’un membre de chacune de nos équipes avait pour mission de définir les règles de la flexibilité chez Codalis. Suite à un benchmark, une prise en compte de notre environnement et de nombreuses discussions, une première ébauche des règles est née. Une phase de test a été lancée pour une période de 3 mois afin d’identifier les potentielles lacunes et de les corriger pour adopter de manière pérenne un nouveau mode de fonctionnement.

Actuellement c’est un nouveau groupe de travail qui a été lancé sur le thème de la transparence et qui réfléchit à des sujets tels que : l’ouverture du capital, la répartition des bonus...

Nos collaborateurs sont impliqués car ils contribuent à définir l’environnement de travail au sein duquel ils évoluent. Ils ne font pas partie de la société, ils sont la société.

Du coup, est-ce que dans cette évolution-là, il y a une idée de rétention des talents afin de se préparer pour la suite?

Nous n’avons pas peur du changement, l’entrée et la sortie de collaborateurs font partie de la vie d’une entreprise. Le terme « rétention » a une connotation négative, nous ne cherchons pas à « retenir » nos employés mais à leur donner envie de continuer l’aventure à nos côtés.

Nous faisons en sorte de créer l’environnement de travail le plus sain et le plus stimulant possible. Conformément à nos valeurs de « respect, progrès et coopération », nous les aidons à se développer professionnellement et humainement et nous apprenons nous-mêmes de leurs retours. Il est important que chaque collaborateur se sente bien et qu’il puisse profiter de la création de richesse engendrée par la société.

" Notre but est qu'ils soient épanouis, qu’ils se sentent faire partie de l’aventure, qu'ils collaborent intelligemment les uns avec les autres, en bref qu'ils soient heureux."

Quel est le rôle du leader dans cette mutation ?

J'ai l'impression d'avoir contribué à créer un véhicule qui va participer à créer le monde que je pense être celui de demain.

Ma responsabilité a été de créer ce véhicule, avec l’idée de le pérenniser. Mon rôle, aujourd’hui, est de faire en sorte qu’il continue à se développer au travers de la mission que je lui ai insufflée afin de contribuer à construire un monde plus juste et plus respectueux tel que décrit par B Corp. Je suis devenu le garant de notre mission et de nos valeurs.

Plus il y aura d’acteurs dans cette mouvance avec qui interagir, discuter, collaborer, plus ce modèle se développera.

Un souhait pour le futur ?

Pouvoir commencer nos journées par une séance de yoga ou de méditation.

Au-delà du sens, pouvoir intégrer une dimension spirituelle dans le monde de l’entreprise où nous passons une partie importante de notre temps et ou se jouent beaucoup de relations humaines.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."