Aurore Bui

FONDATRICE DE SOFTWEB

Aurore Bui est la créatrice et la directrice de Softweb, une entreprise sociale dont le but est de favoriser la réalisation de projets sociaux, et qui conseille les ONGs et entreprises sur l'évaluation de leur stratégie et la mise en place de nouveaux programmes. Elle est formatrice et intervient dans des conférences sur le thème de l'innovation sociale, la responsabilité sociale des entreprises et l'autonomisation économique des femmes. Aurore a 15 années d’expérience dans le conseil stratégique, la gestion de projets informatiques et le management des organisations à but non lucratif. Elle possède un diplôme d’ingénieurs d’une grande école française, un master du Kings’ College London et un MBA en gestion des Organisations Internationales (IOMBA) de l’Université de Genève. Elle est membre du comité suisse de l'ONU Femmes.

Dommage collatéral: un autre mort du 07 janvier 2015

Bernard Maris – alias Oncle Bernard – de son état économiste, auteur et chroniqueur chez France Inter et Charlie Hebdo s’est (aussi) éteint le 07 Janvier 2015.

Cité dans les médias mais moins encensé que ses infortunés collègues, le parcours iconoclaste de cet « économiste citoyen », nommé en 2011 au conseil général de la Banque de France, mérite une mise en lumière.

Bernard Maris – alias Oncle Bernard – de son état économiste, auteur et chroniqueur chez France Inter et Charlie Hebdo s’est (aussi) éteint le 07 Janvier 2015.

Cité dans les médias mais moins encensé que ses infortunés collègues, le parcours iconoclaste de cet « économiste citoyen », nommé en 2011 au conseil général de la Banque de France, mérite une mise en lumière.

Auteur de nombreux livres, dont "Keynes ou l'économiste citoyen", "Ah Dieu! Que la Guerre économique est jolie!", "Lettre ouverte aux gourous de l'économie qui nous prennent pour des imbéciles" ou encore "La Bourse ou la vie", il faisait partie du conseil scientifique d’Attac et s’est engagé dans ses chroniques en prônant une «  économie plus solidaire, plus respectueuse de l’Homme et de la nature. »[1]. Il était reconnu pour son art de la vulgarisation, à travers des ouvrages comme les 2 volumes de l’Antimanuel d’économie, utilisant la parabole des fourmis, liées à la liberté et au dynamisme entrepreneurial, et des cigales, lié au partage solidaire. Ainsi s'exprimerait-il fièrement au sujet de la vulgarisation: « C'est tellement emmerdant l'éco ! Faut reconnaître que c'est plus agréable de lire de la poésie... Et en même temps, ça nous concerne tous. »[2]

Bernard Maris, c’était une vision d’une économie différente, reflétée notamment à travers un engagement pour l’Economie Sociale et Solidaire, y compris dans les tribunes de Charlie Hebdo (*). Mais ce sont aussi des idées et engagements concrets, pour des projets économiques et sociétaux innovants, tels que la monnaie locale complémentaire ou encore le « revenu de vie », dont il était un fervent défenseur.

Le « revenu de vie », notion équivalente au revenu de base qui s’invite dans les débats en Suisse et en France, est un « revenu que l'on donne à tout être humain, riche ou pauvre, qu'il peut toucher toute sa vie, et qu'il peut cumuler avec n'importe quel revenu d'activité, ou de patrimoine sans restriction ! ». Selon Bernard Maris, ce revenu s’inscrivait dans la droite ligne des théories Keynesiennes : « Faisons un rêve : lorsque l'économie et les économistes auront disparu, ou du moins auront rejoint l'’arrière plan’, auront aussi disparu le travail sans fin, la servitude volontaire et l'exploitation des humains. Régneront alors l'art, le temps choisi, la liberté. Qui rêvait ainsi ? Keynes, le plus grand des économistes. »[3]

Selon Bernard Maris permettrait à tous une existence digne et serait un « droit à l’autonomie ».[4]  Ainsi, selon ses défenseurs, il est philosophiquement légitime de partager cette rente : « 85 % du PIB vient de l’ingéniosité des Français en 2013, et 15 % de celle qu’ils ont héritée. Ces 15% sont un intérêt sur le capital humain accumulé de génération en génération. 15% du PIB distribué à tout Français, riche ou pauvre, équivaut grosso modo à 400 euros par mois. Typiquement, la retraite par répartition est un revenu minimum d’existence (une allocation universelle) — elle est versée sans contrepartie. Dans une société où les machines remplacent de plus en plus fréquemment les hommes (les caissières, pilotes d’avion, conducteurs de tram ou de métro, etc., n’ont aucune raison d’être), le RME se justifie aussi par le fait qu’un volume croissant de richesse est produit par un volume décroissant de travail. » [5] 

Mon espoir ? Qu’au delà d’un décès tragique, les idées d’un économiste brillant et atypique perdurent et se diffusent. Alors, je suis – aujourd’hui et pour l'avenir – Oncle Bernard.

 

Voir aussi : http://www.bilan.ch/economie/leconomiste-bernard-maris-ete-tue-lattentat-contre-charlie-hebdo

Crédit illustration : Pierre Samson

(*) Reproduction sur le site de France Active des articles d’Oncle Bernard sur l’Economie Sociale et Solidaire, initialement publiés dans Charlie Hebdo (http://www.franceactive.org/upload/uploads/File/avis_expert/2015/164922_2010-07_08@DOSSIER_CHARLIE_HEBDO.pdf)

Autres sources et inspirations / pour aller plus loin :

http://www.yvesmichel.org/merci-oncle-bernard-marris-par-francois-plassard/

http://www.marianne.net/les-eco-att/nous-sommes-tous-neveux-oncle-bernard-1421338872.html

http://sms.hypotheses.org/3383#more-3383


[1] http://www.lelabo-ess.org/?Le-LABO-de-l-ESS-est-Charlie

[2] http://www.franceinter.fr/emission-on-narrete-pas-leco-hommage-a-bernard-maris

[3] http://tempsreel.nouvelobs.com/charlie-hebdo/20150115.OBS0033/l-economie-selon-bernard-maris-sa-pensee-en-10-citations.html

[4]http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20111223trib000673356/oncle-bernard-maris-de-charlie-hebdo-a-la-banque-de-france.html

[5] http://revenudebase.info/2015/01/09/hommage-bernard-maris-revenu-existence/

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."