Aurore Bui

FONDATRICE DE SOFTWEB

Aurore Bui est la créatrice et la directrice de Softweb, une entreprise sociale dont le but est de favoriser la réalisation de projets sociaux, et qui conseille les ONGs et entreprises sur l'évaluation de leur stratégie et la mise en place de nouveaux programmes. Elle est formatrice et intervient dans des conférences sur le thème de l'innovation sociale, la responsabilité sociale des entreprises et l'autonomisation économique des femmes. Aurore a 15 années d’expérience dans le conseil stratégique, la gestion de projets informatiques et le management des organisations à but non lucratif. Elle possède un diplôme d’ingénieurs d’une grande école française, un master du Kings’ College London et un MBA en gestion des Organisations Internationales (IOMBA) de l’Université de Genève. Elle est membre du comité suisse de l'ONU Femmes.

365 jours pour changer le monde : un film pour la Paix

Suite de notre série 365 jours pour changer le monde, ou comment vous donnez des idées pour agir localement ou globalement pour créer un monde à votre image. Aujourd’hui, je vous parle d’un jeune de 14 ans, Harouna, que j’ai eu le plaisir de rencontrer.

Harouna pourrait être un jeune comme les autres, qui aime parfois l’école (et parfois pas), qui s’amuse et passe du temps avec sa famille. Il fait peut-être tout cela, mais a « un truc en plus » : un projet hors du commun, dont j’aimerais vous parler.

Suite de notre série 365 jours pour changer le monde, ou comment vous donnez des idées pour agir localement ou globalement pour créer un monde à votre image. Aujourd’hui, je vous parle d’un jeune de 14 ans, Harouna, que j’ai eu le plaisir de rencontrer.

Harouna pourrait être un jeune comme les autres, qui aime parfois l’école (et parfois pas), qui s’amuse et passe du temps avec sa famille. Il fait peut-être tout cela, mais a « un truc en plus » : un projet hors du commun, dont j’aimerais vous parler.

Son objectif : interviewer dans différents pays des jeunes et des personnalités qui œuvrent pour la Paix, pour connaître leur point de vue sur les conflits sur terre et les solutions pour vivre ensemble. Le film ainsi réalisé a pour but d’être diffusé en classe pour parler de la Paix, des conflits et du vivre ensemble.

Pour réaliser ce projet ambitieux, il s’est formé à la vidéo et à l’entrepreneuriat citoyen, il a contacté et rencontré des personnalités et il a créé une campagne de financement participatif pour rendre ce beau projet possible : pour acheter du matériel vidéo et pour financer le transport. Son souhait : travailler avec d’autres jeunes volontaires en France et en Suisse pour réaliser les interviews.

Tant est si bien qu’il a été invité pour la 2ème fois à l’ONU pour parler de son projet, dont prochainement dans le cadre de la conférence « Convergence des consciences vers les Objectifs du Développement Durable : chemins et leviers », le 17 avril prochain, dans la dernière table ronde avant la conférence d’un certain Pierre Rabhi.

Harouna, qu’est-ce qui t’a incité à t’investir dans ce projet?

« Un jour en vacances en 2016, j'ai vu des civils attaqués pendant la guerre en Syrie à la télévision. Je ne savais pas que de tels conflits étaient encore présents dans le monde. J'ai été choqué que des civils soient attaqués et j'ai compris qu'il y avait plus de règles dans mes jeux vidéo de guerre que dans la réalité, où la population n'est pas protégée. J'ai voulu ne pas rester inactif et aller à la rencontre des jeunes de mon âge pour parler des solutions qu'ils auraient pour régler les conflits. » 

Harouna, si tu avais une baguette magique, que changerais-tu instantanément sur terre?

« S'il n'y a pas d'issue à un conflit et c'est la guerre, ce serait des robots qui se battraient pour chaque camp dans des lieux éloignés de la population. Comme ça, les humains ne seraient touchés. »

Sa maman, Gwenaëlle, raconte aussi :

« Toute la famille s'est mise à participer au projet. Les deux sœurs d'Harouna participent en filmant ou en chantant pour les bandes son. Moi je suis plus sur la partie communication et recherche de fonds et son papa l'aide dans le développement d'idées et l'entraine à chercher des informations. »

Pourquoi est-ce important pour Harouna de réaliser ce projet?

« Harouna a des difficultés d'adaptation à l'école depuis l'âge de 7ans et il a plutôt cumulé des expériences négatives. Il peut vraiment s'épanouir dans ce projet en laissant libre court à ses envies et son imagination et avoir de nouveaux rapports à l'apprentissage. Il se découvre de nouvelles capacités. Si j’avais le pouvoir de changer les choses, je permettrai à tous les enfants qui ont besoin d'apprendre différemment de découvrir leur propre voie, leur propre « empowerment » dans un environnement qui est au service de leurs aspirations, leur potentiel et leur particularisme. »

La devise de cette famille : « Rien n'est perdu d'avance, lorsqu'on peut, on avance sinon on tombe. Mais même lorsqu'on tombe, on peut lever les yeux, il y a les étoiles. Alors on se relèvera :) »

 

Vous voulez en apprendre plus sur ce projet : https://www.facebook.com/regards.depaix.3

 

 

 

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."