<p>Entrepreneur</p>

Patrick Delarive est un entrepreneur vaudois actif dans la gestion de fortune, l'immobilier et le showbiz.

Aude Pugin, de la tech à la Lune

Cette histoire se déroule dans la zone industrielle d’Aigle, entre garages et centres commerciaux. Mon chemin avançant, je découvre un ensemble de bâtiments sobres, habillés d’un gris discret. Pas d’enseigne dominante, juste une plaque qui me confirme que mon GPS m’a amené à bon port. Je suis chez APCO Technologies. Et en retard. C’est une mauvaise habitude, mais aujourd’hui j’ai une excuse sérieuse.

J’ai dû m’arrêter en chemin pour effectuer un reset de ma Tesla, dont une alarme venue de nulle part sonnait sans relâche. Aude Pugin Toker, la CFO (chief financial officer) et repreneuse désignée d’APCO, me reçoit. Mes excuses la font rire: «Tesla, Elon Musk, c’est nos concurrents. Avec Space X, ils vont aussi dans l’espace.»

APCO, c’est une magnifique histoire bien de chez nous. Haute technologie, industrie de niche et de pointe, travail, valeurs, discrétion et trois unités d’affaires, le nucléaire, le spatial et l’industrie lourde.

En 1992, André Pugin – le père d’Aude et PDG du groupe – est ingénieur aux Ateliers de Constructions Mécaniques de Vevey. Sur le point de perdre son emploi, comme les 1000 employés de ce site industriel historique, il décide de reprendre «à son compte» une toute petite unité d’affaires. Il se lance et engage quelques anciens collègues. La petite société grandit.

Quinze ans plus tard, elle déménage avec ses 70 collaborateurs de Vevey à Aigle pour faire place à un projet immobilier. Ce sera pour APCO une nouvelle énergie qui mènera le groupe à se diversifier avec succès, au point de voir ses effectifs tripler en quelques années.

C’est à ce moment-là qu’Aude Pugin entre en scène. A l’époque, elle a 34 ans et ne connaît ni le spatial ni le nucléaire. Son nom d’appel jusqu’alors était «maître» pour ses clients et «confrère» pour la corporation des avocats dont elle faisait partie. Parcours sans faute avant d’être propulsée dans l’espace… des affaires. Matu, droit à Fribourg, brevet d’avocate dans une grande étude de Genève, spécialisation dans le droit des affaires, près de dix ans dans le family office d’une grande famille grecque, un mari indépendant dans la communication, deux enfants et une relation merveilleuse avec son père – je le cite, lui. Ce seront ses bases pour rejoindre «presque naturellement», dit-elle, la société familiale.

Aude Pugin devient rapidement CFO, une fonction qui comprend en fait les finances, les ressources humaines, l’administration générale, les services généraux et l’IT. Et puis, il y a la relève de son père qu’elle se prépare à assurer dans quelques années s’il se retire comme il l’affirme à tous. A ce sujet, Aude Pugin affirme vivre «une transition dans une énergie positive. Le moment n’est pas la question mais je serai prête.»

Jusqu’en Amérique latine

Bientôt, Aude sera à la tête de ce groupe, peu connu du public bien qu’il soit presque unique au monde dans ses domaines d’activité. Pour le nucléaire, APCO imagine et fabrique notamment des ponts de levage de charges de 300 tonnes qui servent à monter et à démonter les centrales nucléaires. Dans le spatial «qui fait rêver», dit Aude, ce sont des moyens de sol, des transporteurs, des testeurs, des pièces de vol et des panneaux – en fait la carrosserie complète des satellites – qui sont imaginés, dessinés et conçus.

Les clients principaux d’APCO sont EDF, en France, l’Agence spatiale européenne et Airbus Industries. Autre miracle suisse dû aux qualités des Pugin, une équipe de 30 personnes gère toutes les installations nécessaires à l’intégration finale et aux essais des satellites avant leur lancement sur la base de Kourou, en Guyane.

Aude Pugin semble être prête aux défis qui l’attendent, dont l’industrialisation du spatial, à l’image de ce qu’a vécu le secteur automobile. 

Je la quitte sur une citation d’Oscar Wilde: «Il faut toujours viser la Lune, car même si on la rate, on atterrit dans les étoiles.»

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."