Aline Isoz

CONSULTANTE EN TRANSFORMATION DIGITALE

Aline Isoz officie en tant qu’experte en transformation numérique auprès des entreprises et institutions romandes et est notamment membre du comité du Cercle suisse des administratrices, experte Vigiswiss (association suisse des data centers) et de conseils consultatifs. Depuis la création de son entreprise Blackswan en 2010, elle intervient régulièrement dans le cadre de conférences ou d’ateliers thématiques auprès de décideurs, d’administrateurs de société et commente également les enjeux liés au numérique dans les médias en tant que consultante, et en tant que chroniqueuse pour le magazine Bilan et le quotidien Le Temps. En 2015, elle a lancé alineisoz.ch, une initiative de coaching et d’accompagnement digital pour les PME romandes.

Parallèlement à ses activités professionnelles, Aline Isoz a mis sur pied une délégation suisse de femmes actives dans le numérique invitée à la Journée de la femme digitale à Paris

Asinus asinorum in sæcula sæculorum*

J’ai déjà eu l’occasion de partager mon opinion quant aux statuts de qualités variables voire sans qualités du tout publiés sur Facebook. Evidemment, le géant bleu constitue une cible assez triviale, avec son public métissé en âges, usages et centres d’intérêt, mais en même temps, Facebook ne s’est jamais vanté de faire dans l’élitaire, ni dans le thématique. Avec son milliard de membres, celui qui reste le réseau social numéro 1 a fait de la masse – et surtout des données en masse – son fonds de commerce. Ca agace parfois, ça surprend souvent, mais c’est en cohérence avec la promesse.

En revanche, il y en a un sur lequel on ne s’attend ni à trouver des photos de chat, ni des quizz absurdes, ni des statuts énigmatiques et encore moins des tentatives de drague digne d’un sketch de Dubosc, c’est Linkedin. Ainsi, l’autre « bleu » qui avait pourtant parfaitement ciblé son public et sa vocation – essentiellement professionnels – prend gentiment des airs de Facebook bis. Autant les citations d’entrepreneurs ou celles liées à l’innovation, à la carrière, à la formation, etc. peuvent encore avoir du sens, autant les mantra bouddhistes ou leur version Coelhesque font davantage penser à une fin de série qu’à une source d’inspiration…

Les voici donc, les envahisseurs 2.0. Les Palaces ont leurs Américains mal fagottés et leurs Français aussi discrets que Massimo Lorenzi dans un EMS, voilà que Linkedin peut aussi compter sur sa communauté de boulets, prompts à vous gâcher le fil virtuel et à vous faire dégainer la zapette digitale plus vite que votre avatar.

Alors, vous me direz : vous n'avez qu'à bien choisir vos « amis ». Et vous avez raison. Je n’arrive cependant pas à me faire porter l’entière responsabilité de la venue, dans ce réseau clairement professionnel, d’une masse d’individus qui manquent singulièrement soit de bons sens, soit d’éducation. Même quand on ne connaît pas les gens, on peut s’attendre à ce que le lieu de rendez-vous indique de lui-même le dress code, non ?

Remarquez, c’est peut-être parce que le savoir-vivre tend à disparaître que les invitations indiquent de plus en plus souvent la tenue qui s’impose. Vestimentaire. Parce que pour le reste, on n’a pas encore franchi le pas de noter sur les invitations « n’oubliez pas de dire bonjour, au revoir et merci, d’avoir un vocabulaire adapté et de vouvoyez les gens que vous ne connaissez pas ». Et visiblement, sur Linkedin non plus.

Oyez, oyez bonnes gens : si vous vous ennuyez sur Facebook et avez décidé de venir avec vos gros sabots et vos mauvaises habitudes dénaturer votre réseau professionnel, j’espère que vous avez la cohérence de faire de même aux cocktails dînatoires dans la vraie vie. Et que vous posterez prochainement un selfie de vous pris lors de vos vacances à Cuba, cigare et mojito à la main, lunettes de soleil sur la tête. Au moins, vous serez facile à identifier… et à supprimer.

 

*L'âne des ânes dans les siècles des siècles. 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."