Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

ART CONTEMPORAIN / Les boursiers passent le BAC

Avez-vous de bons yeux? Moi pas. Pour lire l'actuelle affiche du Centre d'art contemporain, dessinée par le tandem Gavillet & Rust, j'ai pris mon temps. Je voyais tout flou. Après avoir vérifié sur place ce dont il s'agit, je peux vous assurer que c'est la présentation des jeunes créateurs concourant pour les bourses Berthoud, Lissignol-Chevalier et Galland. Il y a là des trophées pour les arts plastiques comme pour les arts appliqués, même si je ne saurais trop dire où se situe aujourd'hui la différence. 

On peut féliciter le Centre d'art contemporain d'oser montrer ça après ses remarquables expositions Gianni Piacentino et Pablo Bronstein. "La promotion d'artistes locaux émergents est une mission que le Centre a privilégiée tout au long de ses quarante ans d'activité", écrit sobrement le directeur Andrea Bellini dans sa très courte présentation. Il n'empêche que rien ne se détache de l'ensemble. Il fallait pourtant des lauréats. Sachez donc que Jonas Hermenjat a remporté la Bourse Berthoud et qu'Eun Yeong Lee (qui a sans doute fourni la meilleure contribution avec ses petits cochons) repart avec la Bourse Lissignol arts plastiques. Martin Panchaud a pour sa part décroché celle des arts appliqués. On ne dit pas appliqués à quoi.

Boursiers Kiefer Hablitzel au Commun du BAC

Un bonheur n'arrivant jamais seul, le Commun du BAC reçoit les lauréats du prix Kiefer Hablitzel 2013. Les commissaires d'exposition ont ici aussi pour noms Jean-Paul Felley et Olivier Kaeser, qui sont aussi liés sur la scène genevoise que Laurel a pu l'être à Hardy au cinéma. C'est un peu mieux, tout de même. Il y a là moins de jeunes artistes découvrant les installations avec deux générations de retard. La pièce la plus frappante me semble "Soap sculptures" de Jeanne Gillard et Nicolas Rivet. Elle reproduit en savon des sculptures ayant posé des problèmes, en général politiques, ayant amené à leur destruction, ou du moins à leur disparition publique. De quoi réfléchir sur un art (la sculpture, donc) en principe pensé pour affronter les siècles.

Pratique

"Bourses 2013", Centre d'art contemporain, 10, rue des Vieux-Grenadiers, Genève, jusqu'au 19 janvier. Tél. 022 329 18 42, site www.centre.ch Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h. "IX, Jeune art suisse", BAC, 28, rue des Bains, Genève, jusqu'au 26 janvier. Renseignements www.expo-kieferhablitzelgeneve2013.ch Photo (DR): Les "Soap Sculptures" de Jeanne Gillard et Nicolas Rivet.

 

Vernissages communs presque sans vernissages le 16 janvier aux Bains

Hourra! Le temps est devenu une donnée relative. J'ai reçu autour du 15 décembre un communiqué de presse daté du 7 janvier. Il donne le programme du "Quartier des bains" pour le 16 janvier. Précisons qu'il s'agit là de "vernissages communs", et non d'une "nuit". La première de ces dernières se déroulera en fait le 20 mars. Les deux suivantes auront lieu le 22 mai et le 18 septembre. 

Ce qui gêne aux entournures, à la lecture de ce document, c'est que des vernissages, il y en a en tout et pour tout cinq, en comptant le programme vidéo de la Médiathèque, lié au festival "Black Movie". Blancpain, qui annonce sa mort prochaine depuis des mois, présente ainsi Jérôme Leuba et Yves Mettler. Mitterrand + Cramer se penche sur le masque contemporain, en marchant sur les brisées du Musée Barbier-Mueller. Ribordy montre Anne Hildbrand, Prix HEAD Galerie 2013. Skopia offre une nouvelle fois ses cimaises à Pierre Schwerzmann. Punkt Schluss (point final pour les non germanophones).

La mi-parcours, voire la fin

Tout cela peut sembler un peu court, même si ces nouvelles expositions sont annoncées avec des phrases dont je peine à comprendre un traître mot. Il y a certes les autres galeries. Mais elles en arrivent à mi-parcours de leurs accrochages actuels, voire franchement à la fin. C'est surtout le cas pour les institutions parties prenantes. Le Centre de la photographie en sera même, le 16 janvier, au dernier jour de "L'asile des photographies" de Mathieu Pernot & Philippe Artières. Vous parlez de premières... Notez que la date peut aussi tomber trop tôt. SAKS n'inaugurera "Combustion", "curated by Yann Chataigné" (sic!), que le 23 janvier. Le temps que tout brûle, probablement. 

Bref. On aurait voulu donner l'impression que les Bains vont mal qu'on y aurait pas mieux réussi. "Beaucoup de galeristes ont des difficultés financières après cinq ans de crise", murmure l'un de leurs bons collègues. "Ils se posent des questions." Le souffle est par ailleurs retombé. Et il y a maintenant le Quartier de l'Etoile, du côté de la route des Jeunes.

L'auto-concurrence d'"Artgenève"

Le principal problème se situe cependant cette fois ailleurs. Et il apparaît plus positif. Fallait-il vraiment programmer des "vernissages communs" aux Bains le 16 janvier, alors qu'"Artgenève" est prévu du 31 janvier au 2 février? La foire dont s'occupe Thomas Hug en constitue comme l'annexe, le strapontin, la succursale même si elle se veut plus nationale et internationale en 2014. Il suffit de lire le même communiqué de presse postdaté. Seront à Palexpo, pour "Artgenève", Blancpain, Bernard Ceysson, Jancou, Xippas, Mitterrand + Cramer, Ribordy et Skopia. Ils rejoindront d'autres Genevois comme Rosa Turetsky ou Patrick Gutknecht. 

Alors, dans ces conditions, n'aurait-il pas mieux valu la jouer modeste, même si ce n'est pas le genre de la maison?

Pratique

"Quartier des Bains, vernissages communs", Genève, le jeudi 16 janvier à partir de 18 heures. Site www.quartierdesbains.ch

Prochaine chronique le samedi 28 décembre. Les vieux jeux vidéo sont rattrapés par le marché de l'art. Deux ventes ont eu lieu à Paris.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."