Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

ARLES/La Fondation Van Gogh tourne autour du soleil chaud et tardif

Crédits: Fondation Vnicent van Gogh, Arles 2018

En 2014 ouvrait rue du Docteur-Fanton la Fondation Van Gogh d'Arles. A vrai dire, il en existait une autre auparavant, plus modeste, du Palais de Luppé près des Arènes. L'actuelle ne se caractérise pas par l'effacement. Luc Hoffmann avait fait restaurer à grands frais plusieurs bâtiments, dont un médiéval, afin d'honorer l'Arlésienne. On sait que du peintre, qui séjourna ici en 1888-1889, il ne subsiste plus une seule toile dans la ville. Il fallait réparer la chose par des emprunts, tout en présentant de la création moderne et contemporaine. 

Luc Hoffmann est décédé très âgé en 2016. La Fondation perdure, alors que celle de sa fille Maja (LUMA) prend son envol du côté des ex-ateliers SNCF. Elle poursuit sa politique avec du contemporain plus sage et des valeurs sûres, même si elle s'est permis des audaces comme l'Américaine Alice Neel en 2017. Cet été, le lieu propose deux manifestation simultanées. La première est de saison. Elle s'intitule «Soleil chaud, soleil tardif». En charge de la maison, Bice Curiger a réuni là neuf artistes autour de Van Gogh, représenté par des toiles empruntées notamment à la Fondation Beyeler de Bâle. Le choix se révèle par ailleurs pour le moins hétéroclite. Il va de Giorgio de Chirico (assez curieusement représenté par des autoportraits) au musicien de «space jazz» Su Ra, en passant par le très germanique Sigmar Polke. Un seul artiste vivant. Il s'agit de la Libanaise Etel Adnan, 93 ans, qui bénéficie en ce moment d'un hommage au Zentrum Paul Klee de Berne.

Monticelli redécouvert 

Comme au temps où Bice Curiger restait commissaire au Kunsthaus de Zurich, le visiteur se demande un peu le pourquoi du comment en se promenant dans les neuf salles. Les liens semblent souvent ténus. Je rapprocherais plutôt Joan Mitchell de Monet. Représentée par des «tirages d'exposition» (qu'est-ce que cela veut dire, au fait?), Germaine Richier n'a pour elle que d'être née en Provence. Le plus insolite, mais le plus justifié me semble Adolphe Monticelli, avec ses tableaux réalisés en pleine pâte sur bois. Grande admiration de Van Gogh, le Marseillais était mort depuis deux ans quand l'artiste le découvrit en 1888. N'aurait-il pas été bon d'organiser une fois tout simplement une rétrospective Monticelli? L'homme la mérite amplement. 

L'autre exposition 2018 est vouée à Paul Nash (1889-1946). Un Anglais dont je vous ai parlé en 2016 lors de la grande et belle manifestation que lui avait consacré à Londres la Tate Britain. Il y a ici de lui une trentaine de pièces, plus un peu de documentation. Pour cet inconnu en France, il a été pris un parti pour le moins curieux. L'accrochage commence par la fin. Notez qu'il ne comporte pas de début non plus. L'homme se voit étudié depuis les années 1920 seulement, alors que la partie de son œuvre exécutée pendant la Guerre de 1914 est passionnante. Le choix a souvent privilégié des toiles assez mineures. On peut doublement le regretter. Pour une présentation au public français, il aurait fallu frapper fort.

Pratique

«Soleil chaud, soleil tardif», «Paul Nash, Eléments lumineux», Fondation Vincent van Gogh, 35ter, rue du Docteur-Fanton, Arles,, jusqu'au 28 octobre. Tél. 00334 90 93 08 08, site www.fondation-vincentvangogh-arles.org Ouvert de 10h à 19h jusqu'au 31 août. Ensuite dès 11h.

Photo (Fondation Vincent van Gogh, Arles 2018): Un "Début de cumulus" (1944) de Paul Nash, artiste méconnu en France.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."