Strobinofabrice

ANALYSTE CHEZ ANALYSES & DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

Diplômé de l'Institut d'études immobilières (IEI), Fabrice Strobino est architecte universitaire et chef de projets immobiliers chez Analyses & Développements Immobiliers depuis 2003. Il a en outre suivi le cursus de l'AZEK pour les gérants de fortune. Fort d'une expérience de plus de 4000 expertises pour de grandes banques, il est membre de l'Association des promoteurs et constructeurs genevois (APGC) et membre de la Chambre suisse des experts immobiliers (CEI).

Aretha chantait: Think!

Think! C’est la rentrée scolaire. L’immobilier est confronté à de nouveaux devoirs !

Depuis le développement du téléphone portable, la société est entrée dans une hystérie du selfie. Les casques sur la tête qui coupent du monde fleurissent partout. Les individus, sortis de leur zone de confort, se barricadent. Les personnes qui poussent la porte des locaux de l’Hospice Général ne demandent plus de l’aide mais un dû personnel. Parfois, ils en viennent même à la violence, comme au Centre d’Aide Sociale (CAS) de Carouge. En immobilier, les constructions se répètent et se ressemblent invariablement depuis des années : une allée et deux ou trois portes d’appartements par étage qui participent maintenant à développer l’individualisme. Les espaces de rencontres sont réduits au minimum et les murs sont toujours plus haut entre les propriétés. Trump avec son mur et sa politique n’est-il pas le résultat de cette logique isolationniste ?! Est-ce le futur que nous voulons pour faire évoluer nos enfants ? Essayons de concevoir ensemble des lieux de rencontres pour oser réapprendre à se connaitre et à vivre un peu ensemble. Les lieux conviviaux attirent les gens et leur font surmonter leurs peurs et individualités. Les visiteurs toujours plus nombreux des vogues et festivals estivaux le démontrent bien, tout comme le coworking ou la colocation.

Les aménagements extérieurs peuvent participer à ces changements. Aujourd’hui, ce sont de simples pelouses. Il faut replacer ces premiers dans le projet architectural, comme une interaction naturelle avec le bâti. Les jardins communautaires en sont un bon exemple parmi d’autres. Si on voit beaucoup de designers de façades aujourd’hui, il y en a peu qui prennent le temps de réfléchir sur le prolongement des logements. A terme, avec ces changements climatiques qui s’opèrent, les belles façades deviendront vite des gouffres monétaires et les pelouses des marécages. Le design des revues architecturales et la durabilité ne font pas bon ménage. N’oublions pas que les villas de Le Corbusier ont besoin d’être repeintes tous les 5 ans. Cela implique des charges qui grèvent fortement la valeur de rendement. Heureusement qu’il y a la signature Le Corbusier pour maintenir la valeur de l’objet.

Mais ceux qui ne répondront pas aux nouveaux défis écologiques et sociaux verront leur valeur diminuée, voire très fortement.

Il est donc plus qu’urgent de ressortir les cahiers de devoirs pour réapprendre à vivre ensemble et anticiper les changements, la croissance passe aussi par là.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."