Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

ARCHITECTURE/Les cinémas font partie du patrimoine

On parle des musées construits aujourd'hui à coups de centaines de millions comme des «cathédrales du XXIe siècle». Vers 1930, c'étaient les cinémas qui jouaient le même rôle. Toujours plus grands. Toujours plus riches. L'Amérique se couvrait ainsi de temples de style mauresque, aztèque, chinois ou tout bêtement Louis XV. Le record avait été atteint en 1927 avec le Roxy de New York et ses 5960 sièges. Il ne devait se voir dépassé que par le Radio City Music Hall en 1932. Ce dernier accueillait quelques spectateurs de plus. 

Continue depuis 1947, pour cause de télévision, la baisse de fréquentation amena des fermetures, suivies de démolitions. La destruction du Roxy, en 1960, fut déplorée par «Life Magazine». L'hebdomadaire eut alors l'idée de demander à Gloria Swanson (1), qui avait inauguré la salle en 1927, de poser. L'ancienne star vint en robe du soir et gants noirs. La photo parue est vite devenue une icône. Les consciences en matière de patrimoine allaient évoluer.

Transformations en églises

La casse du légendaire Pennsylvania Station, en 1964, servira d'électrochoc. New York allait enfin se doter de lois permettant des classements, extérieurs comme intérieurs. Le mouvement s'accéléra quand Grand Central Terminal, une autre gare, fut menacé de mort au début des années 1970. Radio City Music Hall, en perdition, sera sauvé et restauré. D'autres salles réussiront à se trouver une reconversion. Parfois au sens propre du terme. Un certain nombre d'entre elles sont devenues des églises évangélistes ou baptistes. 

En Europe, il n'a jamais existé d'aussi vastes paquebots cinématographiques. Certaines salles n'en ont pas moins connu des décors étonnants. Il fallait les préserver. Paris a fait un effort pour La Pagode et surtout le Grand Rex, chef d’œuvre Art Déco. Les amateurs peuvent aujourd'hui visiter les coulisses de ce monument des boulevards, toujours en activité. Un heureux sort qu'il partage avec le Pathé Tuschinski d'Amsterdam, inauguré dès 1921. Et si le Gaumont-Palace parisien de 1932 a hélas disparu, la Ville vient de restaurer à grand frais, côté Barbès, l'incroyable Louxor, conçu en forme de palais pharaonique par l'architecte Henri Zipcy en 1921. L'édifice revient de loin. Très loin même. Il a été laissé dans un total abandon de l988 à 2013...

Modifications continues 

Il ne faut cependant pas se bercer d'illusions. Les grands cinémas d'avant 1939, avec leurs empilements de colonnes, de loges et de rideaux rouges sont peu nombreux à subsister. Il en existe bien moins que des cathédrales gothiques, en dépit de la différence d'âge. Il faut dire qu'un cinéma, comme un hôtel ou un restaurant, se transforme régulièrement. Les immenses salles américaines des années 20 et 30 succédaient ainsi aux modestes Nickelodeon des débuts du XXe siècle, où la place ne coûtait qu'une pièce de monnaie... en nickel. Autrement dit 5 cents. 

(1) Gloria Swanson reste aujourd'hui connue comme la Norma Desmond de «Sunset Boulevard» (1950), qui symbolise le vieil Hollywood du muet.

Photo (DR): Gloria Swanson dans le ruines du Roxy en 1960. Son film "The Love of Sunya" avait inauguré la salle en 1927.

L'article accompagne celui sur le Plaza genevois, aujourd'hui menacé de mort. Il se trouve juste au dessus dans la file.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."