Jean Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Après No Billag, les défis qui attendent la SSR

Le large refus dans les urnes de l’initiative «No Billag» permet à Gilles Marchand de remporter une bataille importante dans le combat qu’il mène pour maintenir un service public de qualité dans le domaine de l’audiovisuel. Mais le directeur général de la SSR ne pourra pas se reposer sur cette victoire. La tâche qui l’attend s’annonce difficile à la fois sur les fronts externes et internes.

D’abord, l’UDC a déjà déposé deux initiatives parlementaires destinées à obliger la SSR à réduire la voilure. La première vise à réduire la redevance annuelle à 300 francs par ménage. La deuxième exige que les entreprises en soient exemptées. Ces revendications ont de fortes chances d’aboutir au sein d’un Parlement dominé par l’UDC et le Parti libéral-radical. Ces forces politiques peuvent aussi compter sur le soutien des deux grandes associations patronales: economiesuisse et l’Union suisse des arts et métiers. Si ces deux initiatives franchissent le cap du Conseil national et du Conseil des Etats, elles auront pour conséquence une réduction d’un quart du budget de la SSR.

Ensuite, la nouvelle loi sur les médias électroniques dont le contenu sera connu d’ici cet été ouvrira un nouveau front. Les débats parlementaires porteront d’emblée sur la réduction de la quote-part de la redevance perçue par la SSR. Les acteurs privés sont déjà à l’affût pour en profiter. Et en premier lieu la presse. Une partie des fonds pourrait en effet être allouée pour soutenir la transformation numérique de la branche. Une opportunité à ne pas manquer pour les éditeurs.

Enfin, sur le front interne, la SSR devra poursuivre les réformes déjà engagées ces derniers mois. Les mesures à prendre toucheront à la structure de l’entreprise, aux moyens de production, aux choix des émissions et de leur diffusion, à la suppression de certaines chaînes de radio et tv et au défi du numérique. La SSR ne pourra plus faire l’impasse sur une restructuration d’envergure. Mais les résistances des collaborateurs s’annoncent d’ores et déjà fortes.

Malgré leur cuisante défaite, les partisans de «No Billag» sont parvenus indirectement à leur objectif: ils ont réussi à mettre un grand coup de pied dans la fourmilière.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."