Zaki Myret

RÉDACTRICE EN CHEF DE BILAN

En 1997, Myret Zaki fait ses débuts dans la banque privée genevoise Lombard Odier Darier Hentsch & Cie. Puis, dès 2001, elle dirige les pages et suppléments financiers du quotidien Le Temps. En octobre 2008, elle publie son premier ouvrage, "UBS, les dessous d'un scandale", qui raconte comment la banque suisse est mise en difficulté par les autorités américaines dans plusieurs affaires d'évasion fiscale aux États-Unis et surtout par la crise des subprimes. Elle obtient le prix de Journaliste Suisse 2008 de Schweizer Journalist. En janvier 2010, Myret devient rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan. Cette année-là, elle publie "Le Secret bancaire est mort, vive l'évasion fiscale" où elle expose la guerre économique qui a mené la Suisse à abandonner son secret bancaire. En 2011, elle publie "La fin du dollar" qui prédit la fin de la monnaie américaine à cause de sa dévaluation prolongée et de la dérive monétaire de la Réserve fédérale. En 2014, Myret est nommée rédactrice en chef de Bilan.

Antiaméricain, l'insulte qui tue (la pensée)

Est-on antiaméricain si l’on critique la politique étrangère des Etats-Unis, leurs lois extraterritoriales, leur espionnage de millions d’individus de par le monde, les attaques de Washington contre la place financière suisse, la politique monétaire de la Fed, ou les dérives croissantes de Wall Street?

N’en déplaise à l’idiotie intellectuelle ambiante, la réponse est non. Pas plus qu’on n'est «antisuédois» si l’on critique l’achat d’avions de combat Gripen par la Confédération, ou qu’on n'est «antichinois» si l’on s’élève contre les salaires horaires des ouvriers chinois.

Qui d’entre nous ne porte pas dans son cœur cette Amérique dont les valeurs fondatrices ont fait le succès de l’Occident, celle dont la démocratie modèle émerveillait Alexis de Tocqueville en 1833? Aimer profondément l’Amérique n’empêche en rien de critiquer ses dérives actuelles.

Edward Snowden est-il antiaméricain pour avoir révélé les méthodes invasives de la CIA? Dans la bouche de ses usagers, le terme antiaméricain, en vogue après le 11 septembre 2001, porte une lourde charge d’idéologie et d’endoctrinement.

Témoin de ce biais, il est mal vu dans nos contrées d’être «antiaméricain » alors qu’il est très bien vu d’être «antieuropéen». Le premier est péché, le second est vertu. Aujourd’hui, un sentiment hostile monte en Suisse vis-à-vis du «grand frère américain», suite au conflit fiscal qui a donné lieu à des attaques sans précédent de Washington contre la souveraineté du droit helvétique.

L’hostilité est palpable. Faut-il s’en étonner? Les banques helvétiques seront contraintes de violer le droit suisse pour ne pas risquer un boycott de leurs activités en dollars. En réalité, les banques suisses pourraient, si elles n’avaient plus directement accès à des dollars, passer discrètement par la Banque nationale suisse, qui les fournirait en dollars, et continuer ainsi de travailler dans la devise reine. Mais aucun établissement ne se risquerait à braver ainsi la justice étasunienne, que nos banques craignent bien davantage que la justice de leur propre pays.

Ceux qui s’élèvent en Suisse contre cette politique de force, qui a signé la fin du droit international public, récoltent aussi parfois des charges d’«antiaméricanisme primaire» de la part de concitoyens helvétiques, véritables «américaniches primaires» aux yeux desquels on ne critique pas le plus fort, car il a forcément toujours raison.

La liberté d’expression décline en Occident

Il y a aussi le volet de la politique étrangère américaine, qui divise l’opinion occidentale et fait réémerger ce grotesque qualificatif dans les débats. Lorsque éclata la guerre en Syrie, certains d’entre nous, qui avaient en mémoire l’implication de la CIA dans le coup d’Etat contre Allende au Chili en 1973, les mensonges d’Etat ayant permis l’invasion de l’Irak en 2003 et l’invasion de la Libye en 2011, ont émis l’hypothèse que la CIA intervenait très probablement pour armer et soutenir les rebelles en Syrie. Sans surprise, les mêmes chiens de garde ont alors hurlé à l’«antiaméricanisme», voire au «complotisme». Jusqu’à ce que les médias américains confirment que la CIA forme et finance depuis des mois, dans le secret, des «rebelles» dans le but de renverser le régime syrien.

L’accusation d’«antiaméricanisme», qui veut tuer toute contestation, trahit le déclin de la liberté d’expression en Occident. Nul n’a su mieux répondre à cette posture ridicule que le penseur américain Noam Chomsky: «Le concept d’antiaméricanisme est intéressant, dit le professeur émérite de linguistique au MIT. Son équivalent n’est utilisé que dans les Etats totalitaires et les dictatures militaires. Ainsi, dans l’Union soviétique, les dissidents étaient condamnés pour antisoviétisme. (…) A supposer qu’une personne en Italie qui critique la politique italienne soit condamnée comme «anti-italienne», l’événement serait considéré comme trop ridicule, même pour que l’on puisse en rire.»

Antiaméricanisme: arme de destruction massive de la pensée?

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."