Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

La faute à la technologie?

Avons-nous appris que ce n'est pas à quelle vitesse nous courrons qui compte, mais combien nous suivent et qui nous semons en route dans notre course au « progrès » ?

Quel progrès d'ailleurs, pour qui et pour quoi ?

Une révolution a besoin du peuple. Mauvaise pioche. Cette révolution-ci a entraîné le peuple dans une autre voie, celle de la rébellion démocratique.

L’ironie, c’est que la mondialisation et la technologie ont fourni le mobile et les moyens pour être perméable à son discours

Ce n’est pas une raison pour arrêter la mondialisation et la technologie

Si nous ne sommes pas capables de définir un progrès positif pour tous, de l'accompagner et de guider, alors nous récolterons la révolte

La course cognitive entre l'homme et l'ordinateur est perdue d'avance.

Comment donc accompagner cette inévitable évolution sans perdre personne en route? En arrêtant de courir sans but

Nous irons peut-être moins vite, voire moins loin, mais nous arriverons ensemble. Ce sera peut-être même agréable.