<p>Entrepreneur</p>

Patrick Delarive est un entrepreneur vaudois actif dans la gestion de fortune, l'immobilier et le showbiz.

Alban Dupuis, un patron plein d’énergie

Crédits: Dr

Il y a des marques si fortes qu’elles font partie du patrimoine national. C’est le cas de Switcher. Vous savez, la petite baleine jaune qu’a un jour imaginée Robin Cornelius, son «papa». Ce dont je vais vous parler aujourd’hui, c’est l’histoire de celui qui a été appelé en 2011, par tous ses actionnaires de Switcher, pour en reprendre la direction générale.

Alban Dupuis est né en 1970. A 9 ans, ses parents divorcent et il grandit très vite, je cite. Garçon turbulent, il décide de quitter la maison à l’âge de 17 ans. Avec 100 francs en poche, il part pour l’Allemagne, puis Londres et, seul, enchaîne job sur job. Deux ans plus tard, il rentre, passe sa matu et enchaîne cette fois études sur études. Simultanément, ce sont les matières de Sciences-po et des HEC qu’il dévore.

L’hyperactif est confirmé lorsqu’en 1989, à l’âge de 19 ans, il monte sa société de conseil Solution, focalisée sur les PME. Il décroche son premier mandat, un client historique de Switcher pour qui il travaillera une quinzaine d’années sous forme de missions ponctuelles. A cette époque, il exploite également un bar dans la vieille ville de Lausanne.

Trouver l’équilibre

Ses études terminées, il enchaîne les mandats, dont la direction de Military Megastore durant plus de dix ans, qui verra son chiffre d’affaires sextupler sous son ère. En 2011, notre Verseau ascendant Capricorne retrouve à nouveau Switcher, qui souffre alors d’une crise de croissance après l’arrivée de nouveaux actionnaires trop ambitieux pour une société reposant tant sur la vision, le charisme et l’énergie de son fondateur.

La société, leader dans son domaine, dispose d’un vrai système de transparence, d’éthique et de responsabilité sociale. Switcher est une société privée mais choisit de publier ses chiffres, les noms de ses fournisseurs et même ses secrets de fabrication. Un capital intangible phénoménal qui fait son ADN et qui catalogue la marque parmi les Gruyère, Cailler et Cenovis nationaux.

A son arrivée, Alban Dupuis se demande comment il peut réorganiser Switcher sans nuire aux ventes de notamment trois millions de pièces textiles par an. Une seule voie est possible: garder l’intangible et remettre en question tout le reste. Le pari est réussi. Les ventes se sont développées grâce à l’engagement de toutes les équipes, même si elles ont été réduites de 40% à 60 personnes.

Lorsque nous évoquons la difficulté de reprendre la direction d’une société au côté de son fondateur, Alban Dupuis reconnaît sans réserve que tout n’a pas été facile, cela d’autant plus qu’il voue un grand respect à son prédécesseur. «Mon objectif depuis toujours est de me réveiller avec un business qui tourne.» Qui tourne vingt-quatre heures sur vingt-quatre ou qui tourne sur un plan financier? «Les deux», me répond-il avec une énergie débordante.

Je suis sans aucun doute face à un hyperactif. Comment ce trait de caractère est-il compatible avec réussir «sa vie» par rapport à réussir «dans la vie». Très ouvert sur un plan professionnel, Alban Dupuis est clairement plus pudique sur le pan familial de sa vie. J’apprends quand même qu’il est marié, qu’il a deux enfants de 8 et 12 ans. Notre entretien se dirige vers le sujet de l’équilibre entre les vies. Il se raconte.

«En créant ma propre société, j’ai en fait favorisé non pas un équilibre, mais un réel déséquilibre entre vie privée et vie professionnelle, totalement impliqué dans mon travail.» Je comprends ensuite que c’est grâce à une capacité de travail et une énergie hors normes qu’il a pu, sur les années, concilier sa vie personnelle et professionnelle en les additionnant, sans avoir à diminuer l’une ou l’autre. Sa recette? Probablement une approche des choses constructive, positive, enthousiaste.

Je quitte mon invité avec le constat d’avoir rencontré une personnalité fondamentalement passionnée par la vie et la multitude des expériences qu’elle offre, en équilibre ou en déséquilibre.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."