Jean Romaine

PRÉSIDENTE DE LA FONDATION HIRONDELLE

Romaine Jean est présidente de la Fondation Hirondelle et consultante indépendante. Elle a été rédactrice en chef des magazines, cheffe de la rubrique politique et présentatrice du 19.30. Elle a lancé notamment les émissions "Infrarouge", "Coulisses de l'évènement" et "Toute une vie" et présenté l'émission "forum des Européens", sur Arte. Elle est licenciée en sciences politiques.

Affaire Weinstein: quand la machine à rêves se grippe

Le producteur hollywoodien Harvey Weinstein se comportait donc comme un producteur hollywoodien, semble-t-il. Et l’on feint de s’en étonner! Addiction au sexe, harcèlement, drague lourde et même viol? «Un gros porc puant», selon Antoine de Caunes, père de l’une des victimes supposées du mammifère. Le monde entier entend depuis une semaine les récits hallucinés des plus grandes actrices qui déballent. Les couloirs feutrés des grands hôtels, les peignoirs entrouverts, les menaces, les violences. Hollywood serait donc cela, se demande-t-on, ingénu?

Et si la réponse était oui? Et si Hollywood était bien tout cela, au vu et au su de tout le monde? Tout est trop dans cette affaire, qui laisse un goût étrange. Tout est trop, comme à Hollywood. De l’omerta dont a joui Weinstein aux regards gênés de ceux qui semblent aujourd’hui découvrir la violence des puissants, lorsqu’ils sont puissants. Le milieu qui s’était levé pour siffler Donald Trump se retrouve aujourd’hui dans les mêmes draps. Et l’image fait mal.

Le visage ingrat d’Harvey se promène désormais partout. Le parrain de Tarantino et de Soderbergh, le tout puissant nabab, le multi-oscarisé est devenu paria d’un scandale mondial. «Sexe, mensonge et vidéo»! Seul Dominique Strauss-Khan a fait mieux. L’affaire révélée le 5 octobre est bien le marqueur d’une étrange époque, où l’on abat en un clic et sans rémission ceux que l’on avait autrefois aveuglement magnifiés. Peut-on oublier que l’homme aujourd’hui à terre, le magnat fraichement débarqué, a été décoré à Paris et à Londres ? Légion d’honneur, Ordre de l’Empire britannique. Par la Reine Elizabeth en personne. Peut-on oublier que tout le monde savait et que personne n’a rien dit?

La raison en est limpide. Elle a été donnée par l’actrice Rosanna Arquette, qui a le mérite de la franchise: «refuser les avances de Weinstein et des prédateurs d’Hollywood valait anathème dans le milieu». Les dizaines de stars qui dénoncent désormais avaient les moyens de parler, contrairement aux femmes anonymes et sans voix. Elles ne l'ont souvent pas fait pour ne pas briser leur carrière. Ainsi vont les règles du jeu de la machine à rêves, qui ne fait plus rêver lorsqu’elle entrouvre son antre.

Les mêmes explications valent pour la presse. Pourquoi n’a-t-on rien dit? Comme pour Strauss-Kahn, beaucoup savaient et beaucoup se sont tus. Omerta, pressions, censure et parfois, dieu merci, courage. Nous aurions tort, de ce côté de l’Atlantique, de nous sentir épargnés!

Le scandale a été révélé par le New York Times et le New Yorker, deux titres qui résistent à l’affaissement général de la profession. Il est le fruit d’une enquête de 10 mois et d’un refus, semble-t-il, de la chaine NBC. «Secret de polichinelle» dit-aujourd’hui le Washington post. «Secret de polichinelle», répète-t-on partout. Producteurs, acteurs, financiers, procureurs et journalistes habitués des tournées promotionnelles et des festivals, savaient mais n’ont rien dit, pour ne pas compromettre leur carrière.

La boîte de Pandore des puissants du 7e art a été entrouverte pour un temps. Elle se refermera aussi vite que sera oubliée l’affaire Weinstein. Un puissant d’Hollywood est tombé, peut-être lâché ou même dénoncé par ses ex-associés, qui prendront sa place. Comme pour les porcs, lorsqu’un producteur atteint une certaine taille, on finit par l’abattre.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."