Jean Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Action au porteur: un refus révélateur

Législation Les organisations économiques et les partis bourgeois viennent d’infliger un camouflet au Conseil fédéral en rejetant la suppression des actions au porteur dans le cadre de la procédure de consultation législative. Les difficultés liées à l’identification de leurs détenteurs ne sont toujours pas résolues. Depuis quelques années, ces derniers ont certes l’obligation de s’annoncer auprès des sociétés, mais leurs dirigeants peinent à faire appliquer cette règle.

Aujourd’hui, la Suisse ne se conforme toujours pas aux recommandations internationales contre le blanchiment d’argent qui postulent l’interdiction de ces titres. La crainte d’une perte de compétitivité de la place financière face à des concurrents encore plus opaques peut se justifier car certains n’ont pas voulu adapter leur pratique. Mais le refus d’abolir les actions au porteur relève davantage d’une posture idéologique que d’une réflexion sérieuse sur leur intérêt réel dans un univers économique soumis aux exigences de transparence.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."