Aline Isoz

CONSULTANTE EN TRANSFORMATION DIGITALE

Aline Isoz officie en tant qu’experte en transformation numérique auprès des entreprises et institutions romandes et est notamment membre du comité du Cercle suisse des administratrices, experte Vigiswiss (association suisse des data centers) et de conseils consultatifs. Depuis la création de son entreprise Blackswan en 2010, elle intervient régulièrement dans le cadre de conférences ou d’ateliers thématiques auprès de décideurs, d’administrateurs de société et commente également les enjeux liés au numérique dans les médias en tant que consultante, et en tant que chroniqueuse pour le magazine Bilan et le quotidien Le Temps. En 2015, elle a lancé alineisoz.ch, une initiative de coaching et d’accompagnement digital pour les PME romandes.

Parallèlement à ses activités professionnelles, Aline Isoz a mis sur pied une délégation suisse de femmes actives dans le numérique invitée à la Journée de la femme digitale à Paris

Abusus non tollit usum

D’habitude, c’est la chronique du mardi. Du coup, le mardi, vous attendez la chronique du mardi. Logique. De la même façon que lorsque vous allez à la Migros, vous vous attendez à trouver des fruits et des légumes, ou qu’en allant poster votre courrier, vous savez que vous pourrez également acheter un pommeau de douche. Cherchez l’erreur…

Car oui, chaque chose a une place, chaque personne une fonction, chaque objet un nom, chaque entreprise a son core business. Sinon, c’est le chaos. Ainsi, nous rangeons nos chaussettes dans des bacs à chaussettes, des chaussures dans des armoires à chaussures, nos conserves dans un garde-manger. Il ne viendrait à l’idée de personne de ranger ses livres dans le micro-ondes : il n’est pas prévu pour ça. Sauf que… sauf qu’un micro-ondes éteint n’est prévu pour rien et que si vous avez envie d’y mettre vos livres, ça vous regarde.

En décoration, comme en mode, on a le droit de détourner les objets de leur usage d’origine : c’est même plutôt tendance, toujours assez malin dans l’exécution.

Le domaine où l’on n’aime pas trop que les choses sortent de leur petite case, c’est le monde professionnel. Dès lors, à un poste donné, on cherche un profil ayant déjà de l’expérience à un poste équivalent, à une fonction donnée, on s’attend à un CV « cohérent », à un niveau hiérarchique donné, on s’attend à une attitude adéquate. Un stagiaire peut arriver avec un sweat décolleté jusqu’au nombril, piercing visible, mais il ne viendrait pas à l’idée d’un Brand manager de débarquer avec son polo F**ck me I’m Famous, même s’il adore passer ses vacances à Ibiza. D’ailleurs mieux vaut que personne ne sache où il passe ses vacances, ça pourrait faire désordre.

Heureusement, la langue française est bien faite, car il y a effectivement assez de mots pour les attribuer aux différents rôles existants : communicant (là, on a le droit à la boucle d’oreille, même si c’est ringard, aux chemises noires permanentes, à la barbe de trois jours), humoriste (là, on peut rire de tout, la burqa, les Juifs, les femmes, les enfants, l’argent – attention, il faut encore catégoriser parmi les humoristes ceux qui pratiquent le 1er degré, l’humour noir, le cynisme, etc. chacun étant confiné à son répertoire), RH (sourire pepsodent, terminologie anglaise ou en acronyme – attention à la confusion avec les communicants, costard, chaussures à bouts pointus), comptables (lunettes, costard étriqué, introversion, capital émotionnel nul), community manager (trendy, jeune, pantalon carotte, cheveux de couleur variable, foulard, basket), chacun a droit à sa panoplie du « parfait-petit-c’est-selon ».

Du coup, quand vous êtes communicant, merci de ne pas commettre l’impair de parler d’argent, quand vous êtes humoriste, de ne pas vous lancer en politique, quand vous êtes RH, de ne pas vous lancer dans le bénévolat, etc. Un peu de savoir-vivre...

Grâce à l’arrivée de la génération slash, vous avez néanmoins la possibilité d’avoir un métier + un métier. Ces deux métiers deviennent votre nouvelle case puisque vous appartenez de facto à la génération slash. Malin, non? De toute façon, on ne peut avoir plusieurs métiers pour de vrai, ça se saurait, vu le nombre de gens qui ont déjà de la peine à en faire un comme il faut, celui qui en a plusieurs a soit moins de 35 ans, soit c'est un Working poor. Là, on comprend.

Oubliez de vous présenter comme suit : Bonjour, moi, Aline, 38 ans, bloggeuse, experte en réseaux sociaux (jusque là, ça passe), publicitaire, strategic planner, chef de projet, entrepreneur, business développeuse, vendeuse… Après « experte en réseaux sociaux », on vous prend pour une mythomane, après vendeuse pour une schizophrène, et si vous rajoutez « fan de karaoké », vous êtes définitivement dans la classe des «keskonvaenfaire ? ».

Côté orientation politique, idem. Je vous dirais bien que je vote communiste, mais l’Histoire a malheureusement montré que l’Humanité n’était pas prête. Du coup, il m’arrive d’avoir, sur des sujets divers et alternativement, des affinités avec les socialistes, les Verts, l’UDC, etc. Et c’est gênant, croyez-le bien. D’un autre côté, si un parti voulait bien avoir le monopole des bonnes idées, je serais sincèrement ravie de voter dans son sens, de prendre ma carte et même de m’engager.

Idem pour les métiers : si une seule profession arrivait à satisfaire ma curiosité et à m’occuper, je serais enchantée, vraiment…

Non… je crois qu’il faut connaître ses limites, je n’arrive pas à entrer dans une seule case à la fois. La preuve : même pour les enfants, il a fallu que j’en fasse deux le même jour. Comme quoi, on ne change pas ce que l’on est, même si cela signifie le chaos pour les autres. Je suis et resterait donc un micro-ondes perpétuellement éteint.

NB : les étiquettes ayant la dente dure, j’ai eu envie de vous offrir ma chronique du mardi un mercredi, histoire d’être cohérente avec mon propre positionnement.

*L’abus n’exclut pas l’usage

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."