Aline Isoz

CONSULTANTE EN TRANSFORMATION DIGITALE

Aline Isoz officie en tant qu’experte en transformation numérique auprès des entreprises et institutions romandes et est notamment membre du comité du Cercle suisse des administratrices, experte Vigiswiss (association suisse des data centers) et de conseils consultatifs. Depuis la création de son entreprise Blackswan en 2010, elle intervient régulièrement dans le cadre de conférences ou d’ateliers thématiques auprès de décideurs, d’administrateurs de société et commente également les enjeux liés au numérique dans les médias en tant que consultante, et en tant que chroniqueuse pour le magazine Bilan et le quotidien Le Temps. En 2015, elle a lancé alineisoz.ch, une initiative de coaching et d’accompagnement digital pour les PME romandes.

Parallèlement à ses activités professionnelles, Aline Isoz a mis sur pied une délégation suisse de femmes actives dans le numérique invitée à la Journée de la femme digitale à Paris

Absolutum dominium*

Gérard Lenorman a dit :

« si j’étais Président de la République,
J´écrirais mes discours en vers et en musique
Et les jours de conseil on irait en pique-nique »

Heureusement, me direz-vous, Gérard Lenorman n’a finalement jamais été Président et l’actuel Chef de l’Etat français passe davantage de temps en revers qu’en vers, et tandis que l’UMP ignorant la musique se fait piquer, Marine, elle, les n…..

En ce qui me concerne – et malgré un personal branding fort au niveau local (d’Echallens à Cossonay, nul n’ignore qui je suis) – mes chances d’accéder à la plus haute marche de la République se réduisent d’année en année. Surtout depuis que j’ai abandonné mon passeport français sur l’autoroute des vacances, le jour où les aéroports ont cessé de me considérer comme une citoyenne de seconde zone avec ma croix blanche. Chacun portant la sienne, je ne serai donc probablement jamais Présidente. Et tant mieux.

Être un personnage public, de nos jours, prend tout son sens : quand on faillit, non seulement ça se sait, mais ça ne s’oublie pas. Plus question d’avoir la « mémoire courte » : rien ne se perd, rien ne se créé, tout est archivé.

Au moment même où certains remettent en question la raison d’être d’une monarchie en 2014, on exécute en public avec la même bestialité qu’au temps de la Révolution. Peu importe le parti, l’idéologie ayant laissé la place à l’économie, on coupe des têtes tantôt à gauche, tantôt à droite, avec pour conséquence première la montée des extrêmes et de la bêtise. Deuxième conséquence, bien plus grave, en étêtant les forces au pouvoir, on s’aperçoit soudain que le bateau n’a plus de capitaine à son bord et qu’on voit déjà dans les aspirants au poste de futurs guillotinés. Et on ne s’attache pas à ce qui est voué à disparaître.

En même temps que s’enchaînent les déboires de Juan, François et autres Jean-François sur mes fils d’actualité, il m’apparaît que les vrais maîtres du monde d’aujourd’hui sont ceux auxquels nous nous sommes asservis de plein gré : ceux qui ont créé la place publique sur laquelle on lynche quotidiennement nos gouvernants, entre deux épisodes de Game of Thrones finalement pas si gore que ça.

Mark, Larry et Sergueï, en souverains intelligents n’ignorant rien de la nature humaine, nous ont ainsi offert de véritables parcs d’attractions pour adultes, ouverts 24h sur 24, 7 jours sur 7 : Facebook et Google. Le roi est mort, vive le ROI !

 

« Ah ! ça ira, ça ira, ça ira,
Le peuple en ce jour sans cesse répète,
Ah ! ça ira, ça ira, ça ira,
Malgré les mutins tout réussira.
Nos ennemis confus en restent là
Et nous allons chanter « Alléluia ! » »

 

*Pouvoir, souveraineté absolu

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."