Emilyturrettini

CHRONIQUE INTERNET

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

abc.xyz marque la fin de l’ère des .com

Dès l’annonce de la restructuration de Google et la création de sa nouvelle holding Alphabet, c’est avec stupéfaction que les curieux et la presse ont constaté que le nom de domaine alphabet.com était détenu par BMW et que le compte Twitter/alphabet appartenait à un certain Chris Andrikanich de Cleveland, USA.

Depuis que l’Internet existe, l’adresse royale sur le Web a été ".com". Devoir enregistrer son activité avec toute autre extension était en général un choix fait par défaut, avec regret, parce que l’extension .com était déjà prise.

Bien que ICANN, la société chargée de réglementer les adresses Internet, a décidé en 2011 d’étendre le nombre de noms de domaine génériques (.net, .com, .org...) en créant plus de 1,000 nouvelles extensions (.baby, .tech, .salon, .news…), ".com", malgré tout, restait ancré dans nos certitudes comme le premier choix.

Mais plus maintenant.

En attribuant le nom de domaine abc.xyz à Alphabet, Google a changé et rafraîchi le Web d’un seul geste, modifié notre mode de pensée et donné une nouvelle légitimité à toutes les nouvelles extensions. Et à .xyz, en particulier.

Une tendance que n’a pas flairée l’homme d’affaires et candidat aux primaires présidentielles républicaines Donald Trump. Le magazine Business Insider rapporte que son organisation a enregistré 3,153 noms de domaine .com entre mars et avril 2015. Un vieux réflexe pour protéger une marque sur Internet, qui d'un coup, paraît totalement absurde.

C’est un entrepreneur américain nommé Daniel Negari, âgé de 29 ans qui détient ".xyz". Il a payé $185,000. Il était le seul intéressé. Par opposition à Google qui a misé $25 millions dans une vente aux enchères pour acquérir l’extension .app.

Pourquoi .xyz? Cela me paraissait une évidence, explique Negari dans sa newsletter: «L’alphabet se termine par XYZ et les noms de domaine devraient se terminer de la même façon. C’est l’extension la plus flexible, la plus mémorable et qui transcende toutes les barrières linguistiques.»

Le nom de domaine .xyz s'adresse à la génération X Y Z. Une publicité pour fait passer ce message diffusée en février dernier vaudra un procès à Negari. Comparant une vielle Honda Accord immatriculée .com à une Audi R8 Spyder rutilante immatriculée .xyz (vous pouvez voir la vidéo ici),  la société Verisign qui gère les enregistrements de domaine .com et .net porte plainte pour "atteinte à leur image de marque".  

Mais son premier grand coup médiatique, Negari le doit à la série télé Silicon Valley produite par la chaîne HBO, dans laquelle la société fictive Hooli, qui rappelle étrangement Google, a comme adresse Internet hooli.xyz. Alors en clin d’oeil à cette série culte des geeks, Google insère dans son communiqué presse annonçant sa holding, un lien secret dans le code source de la page. En passant son curseur sur un point dans le texte, la page www.hooli.xyz apparaît. Le facteur cool est décuplé.

L’enregistrement d’un nom en .xyz, disponible depuis 2014, coûte $8 par an. C’est le prix payé par Google pour abc.yxz et Negari ne compte pas augmenter ce tarif.

Dans les jours qui ont suivi l'annonce par Google, les enregistrements en .xyx - en moyenne 2,466 par jour - ont triplé, rapporte CentralNic dans Le Financial Times. Et parmi eux, selon le magazine Fortune, de nombreux détenteurs illégitimes. Des particuliers qui n'ont rien avoir avec Google ont enregistré "googlecars.xyz,” “googlefiber.xyz,” “googledocs.xyz”. Des cas de cybersquatting qui risquent fort d'occuper leur département juridique.

Quoique… Il est certain que Google y a pensé. La déclinaison en noms de domaine de leurs différentes activités sous la houlette Alphabet sera intéressante à connaître. Google nous réserve certainement encore des surprises.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."